Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Manuel Valls, le Tony Blair français ?

En savoir plus

  • L'EI revendique dans une vidéo la décapitation d'un second journaliste américain

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Nord-Mali : quatre casques bleus tués par l'explosion d'une mine près de Kidal

    En savoir plus

  • Pôle emploi : Rebsamen se défend de vouloir "stigmatiser" les chômeurs

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez.... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • "Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • Rythmes scolaires : la rentrée chahutée par des maires récalcitrants

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

EUROPE

"Triangle de l'horreur" : des centaines de corps exhumés d'un charnier en Bosnie

© AFP

Vidéo par Valériane GAUTHIER

Texte par Gaëlle LE ROUX

Dernière modification : 01/11/2013

En deux mois, 360 corps ont été exhumés du charnier de Tomasica, en Bosnie-Herzégovine, découvert début septembre. La région a été l'une des plus marquées par les campagnes d'épurations ethniques au cours de la guerre civile entre 1992 et 1995.

Les sacs mortuaires blancs s’alignent depuis début septembre sur le site d'une ancienne mine de fer, à Tomasica, dans le nord-ouest de la Bosnie. En près de deux mois, les autorités ont retourné des milliers de mètres cubes de terre, ont ratissé 5000 m2 de terrain… Fin octobre, ils ont recensé 360 corps exhumés. Ceux, à en croire les papiers d’identité retrouvés sur place, de civils croates et bosniaques tués dans leur village au cours de la guerre intercommunautaire de Bosnie-Herzégovine (1992-1995).

Les enquêteurs ne s’attendaient pas à découvrir autant de corps. Ils poursuivent les fouilles sur ce site, où, selon eux, "plusieurs centaines" d'autres cadavres pourraient être exhumés dans les semaines à venir. Le plus grand charnier à ce jour, en Bosnie-Herzégovine, avait été découvert à Crni Vrh, près de Srebrenica, où 629 corps ont été exhumés en 2003.

Selon l’Institut bosnien pour les personnes disparues, Tomasica est lié à un autre charnier, découvert à quelques dizaines de kilomètres de là, où les corps de 373 personnes avaient été découverts en 2001. Les auteurs du massacre auraient déplacé des cadavres d’une fosse à l’autre à l’aide de bulldozers pour tenter de masquer l’ampleur de leur crime : les restes de certaines victimes ont été retrouvés dans les deux charniers.

Épuration ethnique

Tomasica se trouve à environ 20 kilomètres de la ville de Prijedor, où la politique d’épuration ethnique a été l’une des plus violentes au début des années 90. Au cours de la guerre, les Serbes chrétiens orthodoxes y ont massacré des milliers de Bosniaques musulmans et de Croates catholiques. Aux alentours de Prijedor se trouvaient trois grands camps de concentration – "le triangle de l’horreur" - où ont été enfermées et affamées plusieurs milliers de personnes.

L’Institut bosniaque recherche encore 1 200 des 3 000 personnes de la région portées disparues. Les enquêteurs espèrent les retrouver dans le charnier de Tomasica.

La plupart des victimes retrouvées dans le charnier ont été tuées dans leurs villages. Leurs corps ont ensuite été amenés sur le site pour y être brûlés. Mais lors des fouilles, les enquêteurs ont également retrouvé des balles d’armes à feu. Ce qui indique, selon le procureur Eldar Jahic, que certaines personnes ont été amenées vivantes au bord de la fosse et ont été exécutées, corroborant le récit de certains témoins.

Près du charnier, quelques visiteurs assistent aux exhumations. Vahina Behlic, 51 ans, est venue spécialement de Slovénie, où elle vit avec sa famille depuis qu’elle a fui son village d’origine, Zecovi, près de Prijedor, pendant le conflit. La quinquagénaire recherche sa mère, Fatima, exécutée devant sa maison par des soldats serbes. "Je l’ai su par à un témoin qui a survécu aux exécutions grâce à sa grand-mère, qui s’est jetée sur lui et l’a caché avec son corps, raconte-t-elle. Il a dit que 32 personnes avaient été tuées dans le village ce jour-là. En me tenant debout ici, j’ai l’impression qu’ils me regardent depuis en bas".

Avec dépêches

 

Première publication : 01/11/2013

  • BOSNIE-HERZEGOVINE

    La "révolution des bébés" unifie la Bosnie

    En savoir plus

  • BOSNIE

    Un ancien abri antinucléaire de Tito transformé en musée d'art contemporain

    En savoir plus

  • SERBIE

    Le président serbe s'excuse "à genoux" pour le massacre de Srebrenica

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)