Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ebossé : Une contre autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie: il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

Amériques

Espionnage : John Kerry reconnaît que les États-Unis sont allés "trop loin"

© AFP

Dernière modification : 01/11/2013

Le secrétaire d'État américain a reconnu jeudi que le système de surveillance mis en place par Washington était disproportionné. Un aveu qui intervient en pleine polémique avec l'Europe sur les pratiques de l'agence de renseignement américaine NSA.

C'est un premier aveu pour les autorités américaines. Jeudi soir, alors qu'il participait depuis Washington à une conférence vidéo organisée à Londres, le secrétaire d'État américain John Kerry a reconnu que son pays était allé "trop loin" en matière d'espionnage. Une annonce qui intervient en pleine polémique avec l'Europe sur la collecte massive de données par l'Agence nationale de sécurité (NSA).

"Dans certains cas, je vous le concède, comme l'a fait le président (américain Barack Obama), certaines de ces actions sont allées trop loin et nous allons nous assurer que cela n'arrive plus à l'avenir", a admis le chef de la diplomatie américaine .

John Kerry a toutefois tenu à justifier les pratiques de renseignements et de collecte d'informations, au nom de la lutte antiterroriste et la prévention contre d'éventuels attentats.

Selon lui, les autorités américaines ont déjoué de nombreux projets d'attentats ces dernières années, grâce à l'interception de communications et la collecte d'informations.

"Nous avons de fait empêché que des avions ne tombent, que des immeubles n'explosent et que des gens soient assassinés, parce que nous étions en mesure d'être au courant en amont de ces projets."

La NSA persiste et signe

Alors que la polémique avec les Européens ne faiblit pas, suite à de nouvelles révélations par voie de presse, John Kerry a indiqué que le président Obama était "résolu à tenter de clarifier et (...) (qu'il) procédait à un réexamen (de ces pratiques) afin que personne ne se sente trompé".

Un discours qui tranche avec celui du patron de la puissante NSA, le général Keith Alexander, qui a lui récemment démenti que son agence de renseignement ait capté des dizaines de millions de communications de citoyens européens.

(Avec dépêches)

Première publication : 01/11/2013

  • SURVEILLANCE ÉLECTRONIQUE

    La NSA se faufile dans les serveurs de Google et Yahoo!

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Espionnage : "La NSA a sauvé des milliers de vies à travers l’Europe"

    En savoir plus

  • ESPIONNAGE

    Angela Merkel sur écoute depuis 2002, selon la presse allemande

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)