Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Éléments de langage

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Virus Ebola : l'OMS doit annoncer un plan de lutte de 100 millions de dollars

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 1er aout (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 1er aout (Partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Grande Guerre : au cœur de l’enfer

En savoir plus

#ActuElles

Les "Patronas" au secours des migrants mexicains

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Coup d'envoi de la transition énergétique en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza : les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

  • Gaza : le cessez-le-feu entre Israël et le Hamas vire au bain de sang

    En savoir plus

  • Vidéo : "Le monde devrait admirer Israël", selon son ambassadeur aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vidéo : la pauvreté pousse les femmes malgaches vers la contraception

    En savoir plus

  • Ouganda : la justice annule une loi anti-gay particulièrement répressive

    En savoir plus

  • Extensions Internet : l'Icann à la rescousse de l'Iran, la Syrie et la Corée du Nord

    En savoir plus

  • Grande Guerre : au cœur de l’enfer

    En savoir plus

  • Un séisme secoue la région d'Alger et fait six morts et 420 blessés

    En savoir plus

  • Ebola : sommet régional à Conakry pour tenter d'enrayer l'épidémie

    En savoir plus

  • Free convoite T-mobile : "What the hell is Iliad ?" se demandent les Américains

    En savoir plus

  • Plus de 50 kilos de cocaïne volatilisés au "36, quai des Orfèvres"

    En savoir plus

  • Centenaire de 14-18 : les clochers de France sonnent la “mobilisation générale”

    En savoir plus

  • Vidéo : les réfugiés libyens affluent en masse à la frontière tunisienne

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice accorde une peine aménagée, appel du parquet

    En savoir plus

  • Une dizaine de soldats ukrainiens tués par des séparatistes dans l'Est

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Lourd bilan après une série d’explosions dues au gaz à Taïwan

    En savoir plus

Moyen-orient

Octobre, le mois le plus meurtrier en Irak depuis cinq ans

© AFP | Archives

Vidéo par Inès OLHAGARAY

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 01/11/2013

Selon le bilan publié vendredi par les autorités irakiennes, 964 personnes sont mortes en Irak dans les violences en octobre et 1 600 autres ont été blessées. Soit le bilan le plus élevé depuis avril 2008.

L’Irak ou le deuil permanent. En proie aux violences confessionnelles, l'Irak a connu en octobre son mois le plus meurtrier en cinq ans et demi. Selon des chiffres publiés vendredi 1er novembre par les ministères de la Santé, de l'Intérieur et de la Défense, 964 personnes sont mortes dans les violences en octobre, dont 855 civils, 65 policiers et 44 soldats, et 1 600 blessés ont été recensés. De son côté, l'ONU donne un bilan plus élevé avec 979 morts et 1 902 blessés.

Le nombre total de morts en octobre est le plus élevé depuis avril 2008, quand 1 073 personnes avaient été tuées. Le pays sortait alors tout juste d'un conflit confessionnel entre sunnites et chiites ayant fait plusieurs milliers de morts. Plus de 5 400 personnes ont péri depuis le début de l'année et près d'un demi-million de civils irakiens ont été tués entre l'invasion américaine de leur pays en 2003 et 2011, d’après les conclusions d’une étude récemment publiée aux États-Unis. Celle-ci prend en compte aussi bien les morts résultant directement du conflit que des conséquences qu'il a engendrées.
 
Deux ans environ après le retrait des troupes américaines, le niveau des violences quasi-quotidiennes fait craindre un nouveau cycle similaire alors que la Syrie voisine est en proie à une guerre sanglante. D’autant plus qu’une bonne partie des violences a été imputée à l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), un groupe affilié à Al-Qaïda, également impliqué dans la guerre qui ravage la Syrie.
 
Le mécontentement croissant de la minorité sunnite qui se plaint d'être marginalisée politiquement par les chiites, majoritaires et désormais au pouvoir, et d'être la cible d'arrestations injustes, a favorisé cette flambée de violences. Vendredi, de nouvelles violences ont tué quatre personnes dans le nord de l'Irak, et ce, alors que la veille au moins 26 personnes avaient été tués dans une série d'attentats, dont l'explosion de cinq voitures piégées au nord de la capitale.
 
Al-Maliki en appelle à Washington
 
La publication du bilan du mois d’octobre intervient au moment où les violences sont au centre des entretiens aux États-Unis du Premier ministre Nouri al-Maliki qui est reçu vendredi par le président Barack Obama. Le Premier ministre chiite, qui va demander une aide militaire américaine, a plaidé jeudi à Washington pour que la communauté internationale mène une "troisième guerre mondiale" contre Al-Qaïda en pleine résurgence dans son pays, lors d'une intervention au centre de réflexion Institute of Peace, qualifiant Al-Qaïda et ses filiales de "virus" faisant souffler un "vent mauvais" dans toute la région. 

Le principe d'une aide accrue à l'Irak en matière de sécurité est soutenu par d'influents sénateurs républicains et démocrates. Mais mercredi ces derniers ont critiqué Nouri al-Maliki, lui attribuant une part de responsabilité dans la reprise des violences par sa "politique sectaire et autoritaire".“Malheureusement, la mauvaise gestion de la politique irakienne par le Premier ministre Maliki contribue à la récente résurgence de la violence, ont affirmé les sénateurs parmi lesquels figurent le républicain John McCain et le démocrate Carl Levin, rapporte CNN. En appliquant un programme politique sectaire et autoritaire, le Premier ministre Maliki et ses alliés privent de droits civils les sunnites, marginalisent les Kurdes et aliènent les nombreux chiites qui ont une vision démocratique et pluraliste de leur pays."

Ces "poids lourds" du Sénat ont aussi exigé de la Maison Blanche qu'elle fasse comprendre au pouvoir irakien que "l'influence pernicieuse de l'Iran au sein du gouvernement constitue un problème sérieux dans [leur] relation bilatérale".
 
Avec dépêches

 

Première publication : 01/11/2013

  • L'Irak toujours en guerre (partie 1)

    En savoir plus

  • Montée en puissance des crimes sectaires en Irak

    En savoir plus

  • SYRIE

    Reportage : les réfugiés irakiens en Syrie sous la menace d'un nouvel exode

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)