Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre l'État islamique

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : croissance, inflation... Tableau noir pour l'exécutif?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Adèle Haenel, nouveau visage du cinéma français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Gaza : pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Ce qu'il faut retenir de la vidéo de la décapitation de James Foley par l'EI

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • La Fifa interdit au FC Barcelone de recruter

    En savoir plus

  • Au bord de l'éruption, le volcan islandais Bardarbunga menace le trafic aérien

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

FRANCE

Prostitution : les "salopes" de 1971 répondent aux "salauds" de 2013

© AFP

Texte par Amara MAKHOUL-YATIM

Dernière modification : 02/11/2013

Se désignant comme les "343 salauds", des personnalités de la culture et des médias se sont élevés contre la pénalisation de la prostitution, en référence aux 343 salopes, ayant revendiqué leur droit à l'avortement en 1971. Ces dernières s’indignent.

En se désignant comme "les 343 salauds", les signataires du manifeste "Touche pas à ma pute", à paraître dans le numéro de novembre du magazine Causeur, et signé en réalité par 19 personnes, font référence à un autre appel bien célèbre. Il s'agit du "Manifeste des 343", pour autant de femmes, qui en 1971 n'ont pas hésité à avouer publiquement avoir eu recours à l'avortement, encore illégal à l'époque.

Choquées par la comparaison, ces femmes n'ont pas de mots assez durs pour condamner l'intiative de ce collectif d'hommes, qui a ainsi voulu se dresser contre la pénalisation de la prostitution.

"Le visage hideux du machisme"

Yvette Roudy, ancienne ministre socialiste des Droits des femmes de 1981 à 1986, et signataire alors de l'appel des "salopes", va jusqu'à les qualifer de "pauvres types". Dans un entretien accordé au Parisien le 1er novembre, elle fustige "le machisme sous son visage hideux. Ils sont bêtes, nuls, minables, lâches, ignobles".

"Quand on est monté au créneau en 1971, on avait du panache, de la noblesse. C’était courageux. On revendiquait la dignité et une question de droits", se souvient-elle. "Eux ne respectent rien. Ils ramènent la masculinité à leurs couilles. Leur liberté est celle du renard dans le poulailler", déplore Yvette Roudy.

"Les 343 salauds portent bien leur nom"

Dans le Nouvel Observateur, une autre des "salopes" est montée au créneau. Nicole Muchnik a été l'un des fers de lance du "Manifeste des 343 salopes", qui ont en 1971 revendiqué haut et fort leur droit à avorter. "Les 343 salauds portent bien leur nom", estime cette journaliste de 77 ans, qui se dit "énormément blessée" de la comparaison entre les deux appels.

"Je trouve comique que ces hommes, qui passent pour être intelligents, protestent, parce qu'on touche à leur portefeuille, parce qu'on leur inflige une amende", observe-t-elle. "À côté, ils ne parlent pas ou à peine, pour s'excuser du fait que ces femmes soient en réalité des esclaves du sexe", dénonce Nicole Muchnik.

"Je n'ai franchement rien contre le fait qu'une petite bourgeoise ait envie de se faire un 'type' en fréquentant un hôtel de passe ou ce qu'elle veut, c'est sa liberté. La prostitution, c'est bien autre chose, c'est de la vente de femme, et rien d'autre", assène encore celle qui se désigne comme "la première des salopes".

Première publication : 01/11/2013

  • FRANCE

    "Touche pas à ma pute", le manifeste polémique des "343 salauds"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Des parlementaires veulent réduire la prostitution en punissant le client

    En savoir plus

  • FRANCE

    Najat Vallaud-Belkacem veut faire "disparaître" la prostitution

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)