Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Ebola : Obama prévoit d'envoyer 3 000 militaires en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

FRANCE

Les "bonnets rouges" ont massivement manifesté à Quimper contre l'écotaxe

© AFP | Manifestation à Quimper

Vidéo par France 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/11/2013

Entre 15 000 et 30 000 personnes ont manifesté samedi à Quimper contre l'écotaxe et pour l'emploi, alors que les plans sociaux se multiplient dans la région. En fin de journée, de violentes échauffourées ont éclaté.

Les Bretons ont effectué une démonstration de force, samedi 2 novembre, à Quimper. Entre 15 000 et 30 000 personnes se sont rassemblées à proximité de la préfecture du Finistère pour manifester contre l’écotaxe et pour l’emploi en Bretagne, après une avalanche de plans sociaux et de fermetures d’entreprises.

"Cette manifestation est un grand succès pour l'emploi en Bretagne", a déclaré Christian Troadec, maire DVG de Carhaix et l'un des principaux organisateurs du rassemblement.

À Quimper, de 65 000 habitants dirigée par le maire PS Bernard Poignant, un proche de François Hollande, les manifestants se sont d'abord retrouvés place de la Résistance, sous des drapeaux bretons et diverses pancartes, comme "Droit au travail", "Gouvernement à la con", "le Français n'est pas une vache à lait", "Flamby démission", "Bretons oui, moutons non".

Le nombre de participants a été bien supérieur à toutes les attentes, alors que le gouvernement a annoncé mardi 29 octobre une suspension de l'écotaxe et a fait procéder jeudi 31 octobre au démontage symbolique d'un portique destiné à repérer les véhicules soumis à l’écotaxe à Pont-de-Buis, non loin de Quimper.
 
Echauffourées
 
De violentes échauffourées ont éclaté en fin de journée. À Quimper, peu après 15H00, un petit groupe de manifestants s'est opposé aux forces de l'ordre en leur jetant des projectiles, pierres, pavés, barres de fer, pots de chrysanthèmes et fusées de détresse. Les bonnets rouges, un symbole de la lutte anti-fiscale du 17e siècle en Bretagne, ont tenté d'escalader les grilles de la préfecture et ont mis le feu à des palettes.
 
Les policiers ont répondu en faisant usage d'un canon à eau et de grenades lacrymogènes vers 18h30, sur la place de la Résistance. Le calme est finalement revenu peu avant 20H30, selon la préfecture. Trois manifestants ont été interpellés et cinq personnes - quatre manifestants et un CRS - ont été blessées, selon la préfecture.
 
Parallèlement aux affrontements qui ont éclaté à Quimper, un portique écotaxe a été détruit à Saint-Allouestre dans le Morbihan dans un incendie provoqué par des "bonnets rouges".
 
Le rassemblement quimpérois n'a cependant pas fait l'unanimité : les syndicats CGT, Solidaires et FSU, ainsi que EELV et le Front de gauche appelaient à leur propre manifestation, à Carhaix (Finistère), car le rassemblement de Quimper était soutenu par plusieurs organisations patronales, dont Produit en Bretagne (300 entreprises, 100.000 salariés).
 
La manifestation à Carhaix s'est déroulée dans le calme, rassemblant 3.000 manifestants selon la CGT et 600 selon la préfecture.
 
"La FDSEA et le Medef sont à l'origine de la crise bretonne. Ils instrumentalisent la taxe poids lourd et la détresse des salariés [avec la manifestation de Quimper, NDLR]", a dit sur place le secrétaire national de EELV, Pascal Durand.


Avec dépêches

 

Première publication : 03/11/2013

  • CRISE DE L’AGROALIMENTAIRE

    Manifestation pour l’emploi : violentes échauffourées en Bretagne

    En savoir plus

  • FRANCE

    La suppression de l'écotaxe coûterait 1 milliard d'euros à l'État

    En savoir plus

  • FRANCE

    Jean-Marc Ayrault annonce la suspension de l'écotaxe sur tout le territoire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)