Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

Afrique

Journalistes assassinés au Mali : "J'ai entendu un seul coup de feu"

© FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/11/2013

Les deux journalistes de RFI Claude Verlon et Ghislaine Dupont sortaient de chez Ambéry Ag Rhissa, un représentant du MNLA à Kidal qu'ils venaient d'interviewer. FRANCE 24 a recueilli son témoignage par téléphone.

Les deux journalistes français de Radio France internationale (RFI) Claude Verlon et Ghislaine Dupont, en reportage à Kidal, dans le nord-est du Mali, ont été assassinés samedi 2 novembre, après avoir été enlevés par des hommes armés devant le domicile d'Ambéry Ag Rhissa, un représentant du Mouvement national de libération de l'Azawad à Kidal (MNLA, rébellion touareg).

"Ils ont fait l'interview et lorsqu'elle s'est terminée, ils ont été appelés par quelqu'un de la ville, avec qui, je crois, ils avaient rendez-vous, a-t-il raconté sur l'antenne de FRANCE 24. Mais je ne sais pas qui c'est. Et ils ont passé le téléphone à leur chauffeur pour qu'il sache où aller exactement dans la ville. Ensuite je les ai raccompagnés jusque devant la porte pour leur dire au revoir. Je suis rentré chez moi". 



Ambéry Ag Rhissa raconte ensuite avoir "entendu un bruit un peu insolite dans la rue", peu de temps après le départ des deux journalistes. "Leur voiture était garée devant ma maison, à dix mètres de la porte environ, poursuit l'homme. Je suis sorti pour voir ce qu'il se passait. Dès que je suis arrivé à la porte j'ai vu une voiture, un pick-up, garé à côté de la leur. Il y avait un monsieur à terre qui avait une arme. Il l'a immédiatement braqué sur moi et il m'a dit 'retourne à l'intérieur, rentre, rentre !'", ajoute le représentant du MNLA à Kidal.

Ambéry Ag Rhissa a donc obtempéré. "Je suis rentré et peu de temps après, ils ont démarré avec les deux journalistes. Ils ont démarré en trombes. J'ai entendu un seul coup de feu, apparemment tiré en l'air, précise-t-il. Je n'ai pas pu voir combien ils étaient mais plusieurs personnes qui les ont vu ont dit qu'ils étaient quatre. Celui que j'ai vu en tous cas ne porte pas de signe extérieur qui permette de l'identifier comme appartenant à une organisation donnée".

Première publication : 02/11/2013

  • MALI

    Mali : deux journalistes français enlevés à Kidal

    En savoir plus

  • MALI

    François Hollande : "Le terrorisme est installé au Mali"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)