Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

  • Le convoi russe atteint Lougansk malgré les protestations occidentales

    En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait aucune ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Irak : près de 70 morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

Afrique

Kidal, la ville touareg qui échappe à tout contrôle

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Charlotte OBERTI

Dernière modification : 03/11/2013

À Kidal, la ville où ont été enlevés les deux journalistes de RFI, la situation sécuritaire est instable. Le mouvement rebelle du MNLA est aux commandes, et les forces armées maliennes et étrangères sont en sous-effectif.

Les deux journalistes de RFI, Ghislaine Dupont et Claude Verlon, ont été tués à Kidal, berceau de la communauté touareg. Dans cette ville du Nord-Mali administrée par les membres du Mouvement national pour la libération de l’Azawad [MNLA], l’armée malienne, les forces françaises et celles de l’ONU peinent à assurer la sécurité.

Si, en juin dernier, les accords de Ouagadougou ont abouti à la création d'une commission mixte composée des deux parties – armée de Bamako et MNLA – chargée de veiller à la sécurité de la ville, dans les faits, l’armée malienne semble dépossédée de ce territoire.

"Nos forces [au nombre de 200, le nombre maximum autorisé par le MNLA, NLDR] n’ont pas une marge d’action, qui leur permettrait d’être en permanence présentes sur les différents axes", explique le ministre malien de la Défense, Soumeylou Boubeyè Maïga, sur l’antenne de FRANCE 24. "Le contingent de la Minusma [200 soldats également, NDLR] qui est là-bas est plus ou moins cantonné". Une affirmation étayée par Abdoulaye Bathily, le numéro deux de la force onusienne. "Nous sommes à moins de 50 % de nos effectifs, et nous avons beaucoup de problèmes logistiques étant donné l’immensité du territoire à couvrir", s’est-il justifié, sur FRANCE 24.

Même cas de figure pour la force militaire Serval, faible, elle aussi, de 200 soldats sur place. "Elle ne dispose pas d’effectifs suffisants pour sécuriser la ville", précise le ministre Soumeylou Boubeyè Maïga.

"Les troupes de l’armée malienne ne patrouillent pas à Kidal"

Une infériorité numérique, qui complique les opérations des militaires sur place. "Les troupes de l’armée malienne, comme de la Minusma, ne patrouillent pas dans Kidal, car, par la force des choses, Kidal bénéficie d’une sorte de statut à part", poursuit le ministre. La ville fait en effet partie du processus politique engagé entre Bamako, la capitale au Sud, et le Nord, dans le cadre des accords préliminaires de Ouagadougou. "C’est la seule zone, où la souveraineté de l’État n’est pas effective", reconnaît le ministre de la Défense.

Aux commandes de la ville, le MNLA, est cependant aux prises avec une autre faction touareg : Ansar Dine. "Le MNLA tient le centre-ville. Les islamistes d’Ansar Dine, dont le chef a joué un rôle déterminant dans la libération des quatre otages d’Arlit, sont à la périphérie", explique, au journal "Le Parisien", Mathieu Guidère, spécialiste du terrorisme.

En outre, le MNLA, initialement un groupe aux revendications indépendantistes, est un mouvement hétéroclite, précise André Bourgeot, directeur de recherche au CNRS. "Il y a des djihadistes, des narcotrafiquants, parfois des jeunes qui prennent des substances illicites", commente-t-il sur FRANCE 24. "Les activités criminelles à Kidal sont donc probablement assez fréquentes", conclut-il.

Première publication : 03/11/2013

  • MALI

    Journalistes assassinés au Mali : retour sur les faits

    En savoir plus

  • MALI

    Journalistes tués au Mali : "les assassins, ce sont ceux que nous combattons"

    En savoir plus

  • MALI

    Mali : les derniers reportages de Ghislaine Dupont et Claude Verlon

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)