Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"Magic on the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prisonnier Pistorius"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mort d'un patron baroque"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Quel(s) patron(s) pour Total ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

DÉBAT

Les patrons de l'énergie française à l'heure de la transition

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

EUROPE

Washington et Berlin sur le point de conclure un accord de non espionnage mutuel

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/11/2013

Les États-Unis et l'Allemagne s'apprêtent à conclure un accord, dans lequel ils s'engagent mutuellement à ne pas s'espionner, d'après les informations du journal allemand Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung, à paraître dimanche.

L’affaire des écoutes du portable de la chancelière allemande par les services secrets américains ne restera pas sans conséquences. Les États-Unis et l'Allemagne s'apprêtent à conclure un accord, où ils s'engagent mutuellement à ne pas s'espionner, selon l'hebdomadaire allemand Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung à paraître dimanche 3 novembre.

Selon l'hedbomadaire, qui cite des sources proches du gouvernement allemand, une délégation de la chancellerie allemande et de hauts responsables américains, qui se sont rencontrés en milieu de semaine à la Maison Blanche, ont convenu de conclure cet accord au début de l'annnée prochaine.

Rencontre à la Maison Blanche

Mercredi dernier, le conseiller de la chancelière allemande en politique étrangère, Christoph Heusgen, et le coordinateur des services de renseignement au sein de la chancellerie, Günter Heiss, avaient rencontré à la Maison Blanche de hauts représentants du gouvernement américain, notamment la conseillère à la sécurité nationale, Susan Rice, et le directeur national du renseignement James Clapper.

Un porte-parole du gouvernement allemand avait alors indiqué que le sujet des entretiens avait été entre autres "la base claire que le gouvernement allemand veut établir pour les activités des services secrets des deux pays et leur collaboration".

Le président des services secrets allemands [BND], et celui de l'Office de la protection de la Constitution, Gerhard Schindler et Hans-Georg Maassen, devraient rencontrer, lundi 4 novembre, à Washington les dirigeants des services secrets américains, d’après FAS.

Le portable de la chancelière sur écoute

Selon l'hebdomadaire allemand, Der Spiegel, à paraître lui aussi, dimanche 3 novembre, et qui se fait également l'écho d'un tel accord en préparation, les deux pays sont prêts à s'engager à ne pas pratiquer d'espionnage industriel.

Der Spiegel affirme, par ailleurs, que le directeur de l'Agence de sécurité nationale américaine [NSA], Keith Alexander, a reconnu en petit comité que le téléphone portable de la chancelière Angela Merkel avait été mis sous écoute par le passé.

À la question de savoir si le portable de Merkel était écouté, le député européen allemand Elmar Brok, Keith Alexander a répondu : cela "ne l'est plus", lors d'une rencontre avec la sénatrice démocrate Dianne Feinstein, rapporte Der Spiegel, se fondant sur les propos de participants à cette rencontre.

Interrogée par l'AFP, la porte-parole du gouvernement allemand n'a pas confirmé la date de cet entretien. Il était toutefois déjà connu que les dirigeants des services secrets allemands devaient se rendre à Washington, après les révélations sur une surveillance présumée du téléphone portable de Merkel.

Avec dépêches

Première publication : 03/11/2013

  • ESPIONNAGE

    Écoutes de Merkel : Snowden prêt à témoigner depuis la Russie

    En savoir plus

  • GRANDE-BRETAGNE

    Écoutes illégales du "News of the World" : deux proches de David Cameron jugés à Londres

    En savoir plus

  • MÉDIAS

    L’agence de presse AP espionnée par l’administration américaine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)