Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Afrique

Procès Morsi : "Je suis le président de la République d'Égypte"

© AFP | Mohamed Morsi arrive à son procès ce lundi

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/11/2013

Prévu lundi 4 novembre, le procès de Mohamed Morsi a été ajourné au 8 janvier, quelques heures après son ouverture en présence de l'ancien président issu des Frères musulmans. Il est poursuivi pour incitation au meurtre de manifestants.

Initialement prévu lundi 4 novembre, le procès de Mohamed Morsi, président égyptien déchu par l'armée l'été dernier, a été ajourné au 8 janvier, moins d'une heure après son ouverture en présence de l'ancien chef d'État issu des Frères musulmans.

Mohamed Morsi, arrivé en hélicoptère, a contesté sans surprise l'autorité de la cour et son renversement. "Je suis le président de la République d'Egypte et ce tribunal est illégal, a-t-il ainsi clamé à ses juges. "C'était un coup d'État militaire, les leaders de ce putsch devraient être jugés", a-t-il également lancé. Il est entré sous les applaudissements et aux cris de "À bas le régime militaire!" lancés par deux dirigeants de la confrérie des Frères musulmans, Essam al-Erian et Mohammed al-Beltagui, présents à ses côtés dans le box grillagé des accusés.



Détenu au secret depuis son renversement le 3 juillet dernier, Mohamed Morsi n'était pas apparu en public avant ce lundi matin, à l'école de police située près du Caire, où devait se dérouler son procès. Dans la salle d’audience, les caméras et téléphones portables étaient interdits.

Morsi et 14 autres dirigeants de la confrérie des Frères musulmans sont jugés au Caire pour incitation au meurtre et à la torture de manifestants devant le palais présidentiel le 5 décembre 2012.

Les raisons pour lesquelles l'audience a été suspendue n'ont pas été clairement établies à ce stade.

Plusieurs hypothèses sont toutefois relayées par les médias. La chaîne Nile TV explique que le juge a pris sa décision pour contraindre Morsi à comparaître dans un uniforme de prisonnier ; une autre chaîne publique ainsi que la radio indiquent pour leur part que le procès a été ajourné parce que les accusés perturbaient l'audience en chantant.

Morsi et ses coaccusés sont passibles de la peine de mort ou de la réclusion criminelle à perpétuité. En milieu de journée, des accrochages limités ont eu lieu dans la journée devant la Cour de cassation : des partisans et opposants de Morsi s'échangeant des jets de pierres. La police a tiré des gaz lacrymogènes pour les disperser, selon un correspondant de l'AFP sur place.

L'acte d'accusation se réfère à la mort de dizaines de personnes lors d'affrontements entre Frères musulmans et opposants qui protestaient contre un décret étendant les pouvoirs de Mohamed Morsi, élu six mois plus tôt.

Avec dépêches

 

Première publication : 04/11/2013

  • ÉGYPTE

    Début du procès de Mohamed Morsi, quatre mois après sa destitution

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Égypte : affrontements meurtriers lors de manifestations pro-Morsi

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    La justice ordonne le gel des avoirs des chefs des Frères musulmans

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)