Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après le 17, le 18"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : les prestations sociales gelées jusqu'en octobre 2015

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après moi, le déluge"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: élection sous tension

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Veille de scrutin en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 2)

En savoir plus

  • En direct : le président sortant Bouteflika a voté en fauteuil roulant

    En savoir plus

  • Nigeria : confusion autour du sort des 129 lycéennes enlevées par des islamistes

    En savoir plus

  • Crise ukrainienne : Poutine s'adresse aux Russes, les diplomates réunis à Genève

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • Anelka affirme ne pas avoir accepté l’offre du club brésilien

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

Amériques

Avec De Blasio, New York vire à gauche et tourne la page des années Bloomberg

© Archives AFP

Vidéo par Maud ROUBEAUD

Texte par Guillaume GUGUEN

Dernière modification : 06/11/2013

Sans surprise, le démocrate Bill de Blasio a été élu mardi à la mairie de New York. Résolument ancré à gauche, cet avocat de 52 ans se présente comme l’exact opposé du maire sortant Michael Bloomberg, en poste depuis douze ans.

Après avoir été occupé 12 années durant par le milliardaire Michael Bloomberg, le fauteuil du maire de New York a été confié à Bill de Blasio, un démocrate résolument ancré à gauche, vainqueur des élections municipales mardi 5 septembre.

Le gouverneur républicain Chris Christie rempile dans le New Jersey

Dans le New Jersey, territoire traditionnellement tourné vers les démocrates, le républicain Chris Christie a pourtant remporté facilement un deuxième mandat de gouverneur. Son charisme en fait désormais une personnalité incontournable dans la perspective de la présidentielle de 2016.

La Virginie a également élu un nouveau gouverneur, lors d'une élection très disputée, remportée de justesse par le démocrate Terry McAuliffe, grand ami des Clinton, qui a devancé le républicain du Tea Party, Ken Cuccinelli.

Depuis plusieurs semaines, tous les sondages indiquaient que cet Italo-Américain de 52 ans serait élu avec plus de 40 points d'avance sur son adversaire républicain Joe Lhota. Un fossé qui semble se confirmer selon les premiers résultats publiés dans la nuit.

Métropole de 8,3 millions d'habitants, la plus grande ville des États-Unis compte six fois plus d'électeurs démocrates (3,1 millions) que de républicains (491 000), mais n'a pas porté de démocrate à la mairie depuis David Dinkins en 1989, faute notamment d'une mobilisation suffisante de l'électorat du parti.

Passé du statut d’outsider à celui de grand favori en quelques mois, Bill de Blasio, progressiste auto-proclamé et "fier de l'être", s’est fait le défenseur des classes moyennes, des familles et des minorités. New York demeure une ville très inégalitaire : si elle compte le plus de milliardaires au monde, 21 % de sa population vit en dessous du seuil de pauvreté.

Le changement, c’est maintenant ?

Lors de l'un de ses derniers meetings de campagne, le 2 novembre à Manhattan, ce géant de près de 2 mètres a rappelé ses principaux engagements de campagne : des impôts plus lourds pour les plus riches afin de financer l'école maternelle pour tous les enfants à partir 4 ans, des programmes péri-scolaires le soir au collège, la construction de 200 000 logements sociaux et le maintien des hôpitaux de quartier.

"une victoire écrasante"

"Nous avons assez d'immeubles de luxe", a ainsi insisté le démocrate, qui avait toutefois pris garde durant sa campagne de rencontrer le monde des affaires et de l'immobilier, principales sources de richesse à New York.

Médiateur élu de New York depuis 2010, ancien conseiller municipal pour Brooklyn (2002-2009), ex-directeur de campagne d'Hillary Clinton quand elle s'est présentée au Sénat en 2000, Bill de Blasio a su cultiver une image d’homme de gauche décomplexé? Une image qui tranche avec celle de l’actuel maire Michael Bloomberg, ancien homme d’affaires réputé froid et intransigeant. Bien que les New-Yorkais jugent positivement le bilan de ce dernier à la tête de la ville, notamment en termes de sécurité et de santé publique, deux tiers d’entre eux disaient aspirer à un changement.

Les De Blasio, une "Modern Family"

Doté, selon ses proches, d’un sens de l'écoute et du compromis, Bill de Blasio s’est employé à coller au plus près d’une ville cosmopolite et progressiste. Aussi, lors de sa campagne, il n’a pas hésité à mettre sa famille à contribution pour marquer des points.

Dante de Blasio sur une vidéo de campagne de son père

Selon les médias américains, l’influence de son épouse, Chirlane McCray, une poétesse afro-américaine réputée pour son activisme en faveur des femmes et des homosexuels, aura été déterminante pour le démocrate. Ainsi que les apparitions et interventions publiques de leurs deux enfants. Lorsque Bill de Blasio avait emporté la primaire démocrate le 11 septembre, le candidat s'était livré, avec sa femme, leur fils Dante, 16 ans, et sa désormais célèbre coupe afro (voir ci-contre), ainsi que leur fille Chiara, 18 ans, couronne de fleurs dans les cheveux, à une petite danse très remarquée devant les caméras.

Malgré l'avance qu'on lui prédisait, De Blasio, jusqu'au bout, a mobilisé ses troupes dans une ville qui traditionnellement vote peu pour les municipales. Le nouveau maire de New York prendra ses fonctions le 1er janvier 2014.

Avec dépêches

Première publication : 04/11/2013

  • PORTRAIT

    Bill de Blasio, "le gauchiste" qui a conquis New York

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)