Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

Moyen-orient

Des milliers d'Iraniens manifestent aux cris de "mort à l'Amérique"

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 12/11/2013

Plusieurs milliers d'Iraniens ont célébré, lundi à Téhéran, à l'appel du camp conservateur, le 34e anniversaire de l'assaut contre l'ambassade des États-Unis, et ce malgré l'amorce d'un rapprochement entre les deux pays.

"Mort à l'Amérique !" Ce slogan a été repris en cœur par plusieurs milliers d'Iraniens,  lundi 4 novembre à Téhéran, à l’occasion du 34e anniversaire de l'assaut contre l'ambassade des États-Unis et la prise d’otage de 52 diplomates en Iran, en 1979. Des effigies du président américain Barack Obama et des drapeaux américains et israéliens ont également été brûlés. D'autres manifestations ont eu lieu dans plusieurs villes de la République islamique, selon des images diffusées par la télévision d'État. 

Ces évènements sont orchestrés par des groupes conservateurs, qui ont appelé à des manifestations encore plus importantes que les années précédentes, en signe de défiance à l'égard de Washington. Et ce, au moment même où les deux pays ennemis semblent amorcer une détente depuis l’élection du président modéré Hassan Rohani, notamment au sujet du dossier nucléaire controversé de Téhéran.
 
Des ministres de Rohani présents à la manifestation
 
Toujours est-il que l’objectif fixé par les groupes conservateurs semble avoir été atteint, puisqu’un journaliste de l’AFP, présent sur place, a confirmé que la mobilisation était plus importante que les années précédentes. En outre, plusieurs personnalités conservatrices, dont le chef des Bassidj (miliciens islamistes) Mohammad Reza Naghdi ainsi qu'un des vice-présidents et plusieurs ministres du gouvernement de Hassan Rohani participaient à la commémoration à Téhéran, selon les médias.
 
En septembre, en marge de l'Assemblée générale de l'ONU à New York, le président iranien et son homologue américain se sont entretenus par téléphone, un contact sans précédent à ce niveau entre les deux pays depuis la rupture de leurs relations diplomatiques en 1979. Outre cet échange téléphonique, les chefs de la diplomatie des deux pays s'étaient également rencontrés à New York. Cependant, cette politique a été critiquée par le camp conservateur iranien mais aussi par le Guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, qui a considéré que certaines des actions du président de la République islamique à New York n'étaient "pas appropriées".
 
Khamenei souffle le chaud et le froid
 
Samedi, le quotidien conservateur Kayhan avait mis en garde contre le risque qu'il y a à faire confiance aux États-Unis et a fait état de signes indiquant que "les Américains entendent tromper la République islamique" lors du prochain cycle de négociations sur le nucléaire prévu en fin de semaine à Genève.
 
Mais l'ayatollah Ali Khamenei, plus haute autorité du pays, a apporté dimanche son soutien appuyé aux négociations sur le programme nucléaire et prévenu les partisans d'une ligne dure de ne pas accuser à tort le président Hassan Rohani, qui n’était pourtant pas son candidat favori pour la présidentielle de juin, de se compromettre avec les Américains.
 
"Personne ne devrait considérer nos négociateurs comme des gens qui se compromettent", a déclaré le guide suprême de la Révolution islamique, selon son site officiel Khamenei.ir. "Leur mission est difficile et personne ne doit affaiblir un officiel qui fait son travail." Il a cependant tempéré toute idée de détente entre les deux pays. "Nous ne devons pas faire confiance à un ennemi qui nous sourit. Les Américains nous sourient et disent qu'ils veulent négocier mais dans le même temps, ils disent que toutes les options sont sur la table", a asséné le Guide suprême.
 
L'Iran et les pays du groupe 5+1 (États-Unis, France, Royaume-Uni, Russie, Chine et Allemagne), qui ont repris à la mi-octobre les négociations nucléaires, doivent se retrouver jeudi et vendredi à Genève. Les Occidentaux soupçonnent Téhéran de vouloir se doter de l'arme atomique sous couvert de programme nucléaire civil, ce que nient les Iraniens.
 
Avec dépêches

Première publication : 04/11/2013

  • NÉGOCIATIONS À GENÈVE

    Nucléaire iranien : la France doute des bonnes intentions de Téhéran

    En savoir plus

  • COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE

    Nucléaire iranien : reprise des négociations sur fond d'apaisement diplomatique

    En savoir plus

  • IRAN - ÉTATS-UNIS

    Le Guide suprême soutient à demi-mot le rapprochement avec Washington

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)