Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Doutes sur l'identité du second bourreau de Daesh

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Franck Baudino, médecin et PDG de Health 4 Development (H4D)

En savoir plus

POLITIQUE

"L’islam n’est pas organisé en France"

En savoir plus

POLITIQUE

Affaire Fillon - Jouyet : "dommage" que les Français ne puissent pas entendre les enregistrements

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : les revendications des militaires entendues par le pouvoir

En savoir plus

FOCUS

En Iran, un éventuel accord sur le nucléaire divise la population

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Pierre Cardin, 92 ans, éternel créateur du futur

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abdou Diouf salue la transition démocratique au Burkina Faso

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : l'offensive d'Obama face à l'immigration

En savoir plus

Afrique

À Paris et à Bamako, enquêtes sur l’assassinat des envoyés spéciaux de RFI

© FRANCE 24

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/11/2013

Les corps des deux envoyés spéciaux de RFI enlevés et tués samedi à Kidal, dans le nord du Mali, sont arrivés dimanche à Bamako. La France et le Mali ont annoncé l’ouverture d’enquêtes judiciaires.

Un avion militaire français en provenance de Gao s’est posé dimanche à 18h00 locales à l’aéroport de Bamako. À son bord, les corps de Ghislaine Dupont et Claude Verlon, les envoyés spéciaux de RFI tués samedi à Kidal, à 1 500 km au nord-est de Bamako. Un assassinat commis par des "terroristes", selon le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius.

Sur le tarmac de l’aéroport de Bamako dimanche se trouvaient le Premier ministre malien, les ministres maliens de la Défense et de la Sécurité intérieure, l’ambassadeur de France à Bamako, des responsables de RFI, des journalistes maliens mais aussi des citoyens lambda venus s’incliner devant les cercueils des deux envoyés spéciaux de RFI", explique Serge Daniel, correspondant de FRANCE 24 et RFI à Bamako. Kader Arif,  ministre français des Anciens combattants, avait également fait le déplacement. Les dépouilles de Ghislaine Dupont et Claude Verlon ont été déposées dans la morgue de l’aéroport de Bamako en attendant un rapatriement en France dans la nuit de lundi à mardi.

Ouverture d’enquêtes judiciaires à Paris et à Bamako

Des policiers français devaient quitter Paris lundi pour Bamako afin d'enquêter sur le meurtre des deux journalistes de RFI, a appris l'AFP de source proche du dossier.

Samedi, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire pour des "faits d'enlèvement et séquestration suivis de meurtres en lien avec une entreprise terroriste". L'enquête, placée sous l'autorité du parquet de Paris, a été confiée à la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) et à la sous-direction antiterroriste (SDAT).

À Kidal, précise-t-on de même source, des gendarmes français du détachement de prévôté de l'opération Serval ont assisté leurs collègues maliens dans leurs premières constatations.

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta, qui ne s’est pas exprimé publiquement depuis le double assassinat, a réuni dimanche ses plus proches collaborateurs au palais présidentiel de Koulouba, à Bamako. Le Premier ministre Oumar Tatam Ly et les différents ministres concernés étaient présents. Il a notamment été question de la mort des envoyés spéciaux de RFI et de l’insécurité qui règne dans le nord du Mali.

À l’issue de cette réunion, le porte-parole du gouvernement, Mahamane Baby, a assuré que "certaines mesures vont être prises" par les autorités maliennes. En premier lieu, "l’ouverture d’une enquête judiciaire au Mali". Cette saisie de la justice malienne viendrait donc en parallèle de la procédure lancée samedi soir en France par le parquet de Paris.

Ensuite, les autorités maliennes ont également affirmé leur volonté de régler le cas de Kidal, ville contrôlée par des groupes touareg rivaux et où les forces armées maliennes et étrangères sont en sous-effectif. "Il est important que la souveraineté du Mali soit établie sur l’ensemble du territoire national, y compris à Kidal. Ce point sera également évoqué avec le secrétaire général de l’ONU, Monsieur Ban Ki-moon, lors de sa visite à Bamako, la semaine prochaine", a annoncé Mahamane Baby.

Cérémonies d’hommage

"Le président de la République [malienne] a présenté au peuple français, aux familles des victimes, ainsi qu’à la communauté de la presse, les condoléances du peuple malien et du gouvernement malien", a déclaré dimanche le porte-parole du gouvernement malien. Sur les conditions de l’exécution des deux envoyés spéciaux de RFI et l’identité possible de leurs assassins, il n’a pas souhaité faire de commentaires.

Les hommages aux deux envoyés spéciaux de RFI se poursuivent. À Bamako, les journalistes maliens organisent une marche silencieuse qui partira de la Maison de la presse à 15 heures et prendra la direction de l'ambassade de France. Une cérémonie officielle devrait également avoir lieu à l’aéroport de Bamako avant le rapatriement des dépouilles.

Première publication : 04/11/2013

  • MALI

    Journalistes assassinés au Mali : retour sur les faits

    En savoir plus

  • MALI

    Journalistes tués au Mali : "les assassins, ce sont ceux que nous combattons"

    En savoir plus

  • MALI

    RFI en deuil : "Tout le monde doit être indigné"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)