Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Nigéria face à Boko Haram

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ali Benflis répond aux attaques d’Abdelaziz Bouteflika

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Booty Looting", un pillage chorégraphié de Wim Vandekeybus

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Bras de fer entre Washington et Téhéran autour d’un ambassadeur

En savoir plus

SUR LE NET

San Francisco : une nouvelle agression liée aux Google Glass

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Cuisine durable

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Déficit public : la France tiendra-t-elle ses engagements?

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Valls : opération séduction

En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

  • Kiev passe à l'offensive contre les pro-russes dans l'Est

    En savoir plus

  • Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

  • Les prisonniers d'Abou Ghraib transférés face à la menace djihadiste

    En savoir plus

  • Des travaux d'intérêt général pour Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • Vidéo : Yasmina Khadra appelle les Algériens à "chasser" le régime

    En savoir plus

  • Réforme des régions : la Bourgogne et la Franche-Comté sur la voie de la fusion

    En savoir plus

  • Reportage : à Horlivka, les insurgés s'emparent des bâtiments officiels

    En savoir plus

  • Un an après les attentats, Boston rend hommage à ses victimes

    En savoir plus

  • L'incendie de Valparaiso pourrait encore durer plusieurs jours

    En savoir plus

  • Hillsborough : 25 ans après, Liverpool demande toujours justice pour les victimes

    En savoir plus

  • Amnesty International accuse l'Algérie de violer les droits de l'Homme

    En savoir plus

  • Obama à Poutine : les insurgés de l’est de l’Ukraine doivent poser les armes

    En savoir plus

  • Michel Foucher : "Dans l'Est, les gens se sentent ukrainiens"

    En savoir plus

  • La France place l'économie au cœur de sa diplomatie

    En savoir plus

Afrique

À Paris et à Bamako, enquêtes sur l’assassinat des envoyés spéciaux de RFI

© FRANCE 24

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/11/2013

Les corps des deux envoyés spéciaux de RFI enlevés et tués samedi à Kidal, dans le nord du Mali, sont arrivés dimanche à Bamako. La France et le Mali ont annoncé l’ouverture d’enquêtes judiciaires.

Un avion militaire français en provenance de Gao s’est posé dimanche à 18h00 locales à l’aéroport de Bamako. À son bord, les corps de Ghislaine Dupont et Claude Verlon, les envoyés spéciaux de RFI tués samedi à Kidal, à 1 500 km au nord-est de Bamako. Un assassinat commis par des "terroristes", selon le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius.

Sur le tarmac de l’aéroport de Bamako dimanche se trouvaient le Premier ministre malien, les ministres maliens de la Défense et de la Sécurité intérieure, l’ambassadeur de France à Bamako, des responsables de RFI, des journalistes maliens mais aussi des citoyens lambda venus s’incliner devant les cercueils des deux envoyés spéciaux de RFI", explique Serge Daniel, correspondant de FRANCE 24 et RFI à Bamako. Kader Arif,  ministre français des Anciens combattants, avait également fait le déplacement. Les dépouilles de Ghislaine Dupont et Claude Verlon ont été déposées dans la morgue de l’aéroport de Bamako en attendant un rapatriement en France dans la nuit de lundi à mardi.

Ouverture d’enquêtes judiciaires à Paris et à Bamako

Des policiers français devaient quitter Paris lundi pour Bamako afin d'enquêter sur le meurtre des deux journalistes de RFI, a appris l'AFP de source proche du dossier.

Samedi, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire pour des "faits d'enlèvement et séquestration suivis de meurtres en lien avec une entreprise terroriste". L'enquête, placée sous l'autorité du parquet de Paris, a été confiée à la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) et à la sous-direction antiterroriste (SDAT).

À Kidal, précise-t-on de même source, des gendarmes français du détachement de prévôté de l'opération Serval ont assisté leurs collègues maliens dans leurs premières constatations.

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta, qui ne s’est pas exprimé publiquement depuis le double assassinat, a réuni dimanche ses plus proches collaborateurs au palais présidentiel de Koulouba, à Bamako. Le Premier ministre Oumar Tatam Ly et les différents ministres concernés étaient présents. Il a notamment été question de la mort des envoyés spéciaux de RFI et de l’insécurité qui règne dans le nord du Mali.

À l’issue de cette réunion, le porte-parole du gouvernement, Mahamane Baby, a assuré que "certaines mesures vont être prises" par les autorités maliennes. En premier lieu, "l’ouverture d’une enquête judiciaire au Mali". Cette saisie de la justice malienne viendrait donc en parallèle de la procédure lancée samedi soir en France par le parquet de Paris.

Ensuite, les autorités maliennes ont également affirmé leur volonté de régler le cas de Kidal, ville contrôlée par des groupes touareg rivaux et où les forces armées maliennes et étrangères sont en sous-effectif. "Il est important que la souveraineté du Mali soit établie sur l’ensemble du territoire national, y compris à Kidal. Ce point sera également évoqué avec le secrétaire général de l’ONU, Monsieur Ban Ki-moon, lors de sa visite à Bamako, la semaine prochaine", a annoncé Mahamane Baby.

Cérémonies d’hommage

"Le président de la République [malienne] a présenté au peuple français, aux familles des victimes, ainsi qu’à la communauté de la presse, les condoléances du peuple malien et du gouvernement malien", a déclaré dimanche le porte-parole du gouvernement malien. Sur les conditions de l’exécution des deux envoyés spéciaux de RFI et l’identité possible de leurs assassins, il n’a pas souhaité faire de commentaires.

Les hommages aux deux envoyés spéciaux de RFI se poursuivent. À Bamako, les journalistes maliens organisent une marche silencieuse qui partira de la Maison de la presse à 15 heures et prendra la direction de l'ambassade de France. Une cérémonie officielle devrait également avoir lieu à l’aéroport de Bamako avant le rapatriement des dépouilles.

Première publication : 04/11/2013

  • MALI

    Journalistes assassinés au Mali : retour sur les faits

    En savoir plus

  • MALI

    Journalistes tués au Mali : "les assassins, ce sont ceux que nous combattons"

    En savoir plus

  • MALI

    RFI en deuil : "Tout le monde doit être indigné"

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)