Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • Écosse : "Quel que soit le résultat, il va y avoir beaucoup de mécontents"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

EUROPE

Municipales au Kosovo : un scrutin marqué par des violences entres Serbes

© Capture d'écran

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/11/2013

Des incidents ont émaillé les élections municipales dans le nord du Kosovo, un territoire à majorité serbe. Belgrade - qui ne reconnaît pas l'indépendance du Kosovo - espère que ce scrutin facilitera son adhésion à l'UE.

Considérées comme un test, les municipales au Kosovo n'ont pas remporté un grand succès. Le scrutin, organisé dimanche 3 novembre, a été marqué par une très faible participation dans les zones serbes et par des violences.

Le vote constituait un test pour la mise en œuvre de l'accord de normalisation des relations entre Belgrade et Pristina, et il a été observé de près par l'Union européenne. Le principal enjeu était précisément la participation des Serbes du nord du territoire, qui jusqu'à présent ont toujours rejeté l'autorité kosovare. Comme Belgrade, ils ne reconnaissent pas l'indépendance proclamée en 2008.

En juillet 2013, le Kosovo avait été formellement reconnu par 99 États, représentant l’essentiel des grandes démocraties (dont 22 des 27 États membres de l’Union européenne et tous les membres du G7).

Le Kosovo est membre du FMI, de la Banque mondiale, de la BERD et de la Banque de développement du Conseil de l’Europe, mais il ne fait pas partie de l'Organisation des Nations unies (ONU). Pour le devenir, l'entité doit obtenir le soutien de 9 membres du Conseil de sécurité sur les 15, en comprenant l'avis favorable des 5 membres permanents, puis obtenir à l'Assemblée générale un avis positif à la majorité des deux tiers (des 193 membres).


Violences et intimidations

Ces heurts entre Serbes ont été si importants à Kosovska Mitrovica, principale ville du nord du territoire, que le scrutin a dû être interrompu. Des extrémistes cagoulés ont pénétré dans un bureau de vote, agressé le personnel du bureau et des électeurs et  ont détruit les urnes avant de s'enfuir. Un candidat à la mairie de Kosovska Mitrovica, Krstimir Pantic, a déclaré à la presse qu'une femme avait été sérieusement blessée lors de cet incident.

Tout au long de la journée, aux alentours des bureaux de vote dans cette ville, des groupes de Serbes nationalistes hostiles à la participation serbe au scrutin ont conspué et insulté ceux qui s'y rendaient.

Faible taux de participation dans les zones serbes

Bien qu'encouragés par Belgrade à participer au scrutin pour la première fois depuis l'indépendance proclamée en 2008 par les Kosovars albanais et non reconnue par la Serbie, les Serbes du Kosovo ont peu voté. Quatre heures avant la fin du vote prévue à 18h00 GMT, le taux de participation dans les zones serbes ne dépassait pas 13%.

Pour un partisan du boycott, Igor Vojinovic, refuser le vote était "la seule manière de sauver l'État serbe" dans le nord du Kosovo. "Ces élections ne servent qu'à appliquer l'accord de Bruxelles, qui est une trahison du peuple serbe", a-t-il déclaré à l'AFP.

Après ces incidents, le porte-parole de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, Nikola Gaon, a indiqué que l'OSCE, chargée d'aider au bon déroulement du scrutin, avait retiré son personnel de Kosovska Mitrovica pour des raisons de sécurité.

À Belgrade, le Premier ministre serbe Ivica Dacic a dénoncé "les menaces et les appels au boycottage qui mettent en danger la survie des Serbes au Kosovo".

Car le boycott du scrutin par les Serbes pourrait avoir pour conséquence l'arrivée de représentants albanais aux commandes des municipalités à majorité serbe. Les partis kosovars ont en effet présenté des listes dans toutes les circonscriptions du nord du Kosovo.

La Serbie, qui espère ouvrir prochainement des négociations d'adhésion à l'UE, avait encouragé pour la première fois la participation de la communauté serbe, car le bon déroulement du vote était une condition à la poursuite de son rapprochement avec Bruxelles.

Avec dépêches
 

Première publication : 04/11/2013

  • UNION EUROPÉENNE

    Feu vert de l'UE pour ouvrir des négociations d'adhésion avec la Serbie

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    La Serbie et le Kosovo décident de normaliser leurs relations

    En savoir plus

  • SERBIE

    Belgrade refuse de signer un accord parrainé par Bruxelles avec Pristina

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)