Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Université d'été du PS : "une allumette et c'est l'incendie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : la Syrie, une alliée inévitable ?

En savoir plus

DÉBAT

François Hollande expose la ligne diplomatique de la France

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Geoffroy Roux de Bézieux, vice-président du Medef

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le président du Parlement nigérien inquiété dans une affaire de trafic de bébés

En savoir plus

SUR LE NET

"L'Ice Bucket Challenge" détourné par un acteur américain

En savoir plus

SUR LE NET

Des militants anti-avortement s'opposent au " Ice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Honduras : ces enfants qui fuient leur pays au péril de leurs vies

En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

  • Obama "n'a pas encore de stratégie" pour intervenir contre l'EI en Syrie

    En savoir plus

  • Ukraine : le "double jeu dangereux" de Vladimir Poutine

    En savoir plus

  • La jeune garde des économistes français impressionne le FMI

    En savoir plus

  • Syrie : 43 casques bleus capturés par un groupe armé dans le Golan

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG hérite de Barcelone, Monaco de Benfica

    En savoir plus

  • En images : des millions de criquets envahissent Antananarivo

    En savoir plus

  • Des pirates russes “patriotes” à l’assaut de banques américaines ?

    En savoir plus

  • Netflix prépare "Marseille", un "House of Cards" aux accents provençaux

    En savoir plus

  • Cristiano Ronaldo, sacré meilleur joueur européen de l'année

    En savoir plus

  • Vidéo : à Paris, les coiffeuses sans-papiers de Château d'eau se rebellent

    En savoir plus

EUROPE

Municipales au Kosovo : un scrutin marqué par des violences entres Serbes

© Capture d'écran

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/11/2013

Des incidents ont émaillé les élections municipales dans le nord du Kosovo, un territoire à majorité serbe. Belgrade - qui ne reconnaît pas l'indépendance du Kosovo - espère que ce scrutin facilitera son adhésion à l'UE.

Considérées comme un test, les municipales au Kosovo n'ont pas remporté un grand succès. Le scrutin, organisé dimanche 3 novembre, a été marqué par une très faible participation dans les zones serbes et par des violences.

Le vote constituait un test pour la mise en œuvre de l'accord de normalisation des relations entre Belgrade et Pristina, et il a été observé de près par l'Union européenne. Le principal enjeu était précisément la participation des Serbes du nord du territoire, qui jusqu'à présent ont toujours rejeté l'autorité kosovare. Comme Belgrade, ils ne reconnaissent pas l'indépendance proclamée en 2008.

En juillet 2013, le Kosovo avait été formellement reconnu par 99 États, représentant l’essentiel des grandes démocraties (dont 22 des 27 États membres de l’Union européenne et tous les membres du G7).

Le Kosovo est membre du FMI, de la Banque mondiale, de la BERD et de la Banque de développement du Conseil de l’Europe, mais il ne fait pas partie de l'Organisation des Nations unies (ONU). Pour le devenir, l'entité doit obtenir le soutien de 9 membres du Conseil de sécurité sur les 15, en comprenant l'avis favorable des 5 membres permanents, puis obtenir à l'Assemblée générale un avis positif à la majorité des deux tiers (des 193 membres).


Violences et intimidations

Ces heurts entre Serbes ont été si importants à Kosovska Mitrovica, principale ville du nord du territoire, que le scrutin a dû être interrompu. Des extrémistes cagoulés ont pénétré dans un bureau de vote, agressé le personnel du bureau et des électeurs et  ont détruit les urnes avant de s'enfuir. Un candidat à la mairie de Kosovska Mitrovica, Krstimir Pantic, a déclaré à la presse qu'une femme avait été sérieusement blessée lors de cet incident.

Tout au long de la journée, aux alentours des bureaux de vote dans cette ville, des groupes de Serbes nationalistes hostiles à la participation serbe au scrutin ont conspué et insulté ceux qui s'y rendaient.

Faible taux de participation dans les zones serbes

Bien qu'encouragés par Belgrade à participer au scrutin pour la première fois depuis l'indépendance proclamée en 2008 par les Kosovars albanais et non reconnue par la Serbie, les Serbes du Kosovo ont peu voté. Quatre heures avant la fin du vote prévue à 18h00 GMT, le taux de participation dans les zones serbes ne dépassait pas 13%.

Pour un partisan du boycott, Igor Vojinovic, refuser le vote était "la seule manière de sauver l'État serbe" dans le nord du Kosovo. "Ces élections ne servent qu'à appliquer l'accord de Bruxelles, qui est une trahison du peuple serbe", a-t-il déclaré à l'AFP.

Après ces incidents, le porte-parole de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, Nikola Gaon, a indiqué que l'OSCE, chargée d'aider au bon déroulement du scrutin, avait retiré son personnel de Kosovska Mitrovica pour des raisons de sécurité.

À Belgrade, le Premier ministre serbe Ivica Dacic a dénoncé "les menaces et les appels au boycottage qui mettent en danger la survie des Serbes au Kosovo".

Car le boycott du scrutin par les Serbes pourrait avoir pour conséquence l'arrivée de représentants albanais aux commandes des municipalités à majorité serbe. Les partis kosovars ont en effet présenté des listes dans toutes les circonscriptions du nord du Kosovo.

La Serbie, qui espère ouvrir prochainement des négociations d'adhésion à l'UE, avait encouragé pour la première fois la participation de la communauté serbe, car le bon déroulement du vote était une condition à la poursuite de son rapprochement avec Bruxelles.

Avec dépêches
 

Première publication : 04/11/2013

  • UNION EUROPÉENNE

    Feu vert de l'UE pour ouvrir des négociations d'adhésion avec la Serbie

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    La Serbie et le Kosovo décident de normaliser leurs relations

    En savoir plus

  • SERBIE

    Belgrade refuse de signer un accord parrainé par Bruxelles avec Pristina

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)