Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

EUROPE

Les nationalistes russes crient leur haine des immigrés à Moscou

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/11/2013

Des milliers de nationalistes russes ont défilé lundi à Moscou contre la présence d'immigrés d'anciennes Républiques soviétiques. Une manifestation sur fond de tensions après le meurtre d'un Russe tué par un Azerbaïdjanais.

Ils protestaient contre la présence d’immigrés d’ex-Républiques soviétiques. Des milliers de nationalistes russes ont défilé lundi 4 novembre à Moscou principalement dans le quartier de Lioublino, dans le sud-est de la capitale. Baptisée "Marche russe", cette manifestation annuelle a rassemblé quelque 10 000 nationalistes qui exhibaient des drapeaux noirs, jaunes et blancs – les couleurs de la Russie impériale.

La marche s'est déroulée dans un contexte de tensions, trois semaines seulement après de violentes émeutes anti-immigrés provoquées par le meurtre d'un jeune Russe tué par un Azerbaïdjanais à Birioulevo, un autre quartier du sud de la capitale.

Pendant le rassemblement, quelques dizaines de participants ont brusquement quitté le périmètre délimité par des barrières métalliques, avant d'être interpellés par la police antiémeute. Certains criaient des slogans nazis et avaient le visage masqué, selon des images de la chaîne de télévision Dojd.

"Aujourd'hui une mosquée, demain le djihad"

Le chef de file du mouvement "Les Russes", l'ultra-nationaliste Dmitri Demouchkine, figurait parmi les manifestants exhibant des banderoles "Aujourd'hui une mosquée, demain le djihad", et réclamant l'introduction de mesures destinées à limiter l'arrivée en Russie d'immigrés d'ex-Républiques soviétiques du Caucase et d'Asie centrale.

Une autre manifestation organisée par le Parti libéral-démocrate (LDPR) de l'ultra-nationaliste Vladimir Jirinovski a réuni plus d'un millier de personnes sur la place Pouchkine, au cœur de la capitale, selon la police.

D’autres "marches russes" ont eu lieu également dans d'autres villes du pays - ils étaient 3 000 à Saint-Pétersbourg, plusieurs centaines à Krasnoïarsk en Sibérie, sous la neige - à l'occasion de cette journée de l'Unité du peuple - jour de la fête nationale en Russie - instaurée en 2005 par le président Vladimir Poutine pour cimenter l'identité nationale en Russie.

Mettre en place un régime de visas pour les immigrés

Des analystes et critiques du Kremlin reprochent depuis des années à Poutine, arrivé au pouvoir en 2 000, de promouvoir des sentiments nationalistes dans la société russe pour asseoir son autorité. Vladimir Poutine devait commémorer la journée de l'Unité en participant à une exposition à Moscou dédiée à la dynastie des Romanov - qui régna en Russie de 1613 à 1917 - en compagnie du patriarche orthodoxe russe Kirill.

Parmi les revendications des manifestants lundi à Moscou figuraient l'introduction d'un régime de visas en Russie pour les immigrés des anciennes Républiques soviétiques - idée à laquelle le maire de Moscou Sergueï Sobianine s'est déclaré favorable.

L'opposant Alexeï Navalny, connu aussi pour ses positions nationalistes, a renoncé cette année à participer à la "Marche russe", expliquant sur son blog qu'il ne voulait pas donner au Kremlin l'occasion de le discréditer.

La "Marche russe" s'est achevée par un concert de Kolovrat, un groupe de rock russe qui défend la suprématie de la race blanche et fait ouvertement la promotion du nazisme, populaire parmi les skinheads et autres jeunes extrémistes.

Avec dépêches

Première publication : 04/11/2013

  • RUSSIE

    Plus de mille interpellations à Moscou suite à des émeutes anti-immigrés

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)