Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bachar al-Assad, "boucher" ou interlocuteur incontournable ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le film "Timbuktu" serait déprogrammé du FESPACO

En savoir plus

FOCUS

Élections européennes : l'enjeu de l'immigration

En savoir plus

FOCUS

Les officiers du LAPD équipés de caméras portatives

En savoir plus

FOCUS

En Tunisie, le tourisme reprend des couleurs

En savoir plus

FOCUS

Le FPÖ ou la nostalgie d'un "monde allemand"

En savoir plus

FOCUS

Les médias pakistanais n’hésitent plus à s’autocensurer

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Fumio Kishida , ministre des Affaires étrangères du Japon

En savoir plus

POLITIQUE

"Le vrai problème, c’est le fonctionnement de l’État grec"

En savoir plus

Moyen-orient

Syrie : la conférence de paix Genève II n'aura pas lieu "avant décembre"

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/11/2013

La conférence internationale Genève II, qui devait initialement se tenir au mois de novembre pour tenter de trouver une issue au conflit syrien, a été reportée. Elle n'aura pas lieu avant décembre, a avancé une source russe.

La conférence internationale de paix sur la Syrie n’aura pas lieu en novembre, rapporte mardi 5 novembre l’agence russe Itar-Tass. "La conférence ne se déroulera pas avant décembre", a affirmé une source non identifiée citée par l’agence de presse russe.

La proposition d’une conférence de Genève II a été avancée en mai dernier par les États-Unis et la Russie, qui espéraient tous deux réunir autour de la même table l'opposition et le régime syrien. Cette conférence a pour but de trouver une issue au conflit qui fait rage en Syrie depuis plus de deux ans et demi et qui a causé la mort de plus de 115 000 personnes, selon le dernier bilan de l’Observatoire syrien des droits de l’homme.

Le report de cette conférence n'est pourtant pas une surprise. La tenue de Genève II s'annonçait compliquée : l'opposition est profondément divisée sur la question de la transition politique du pays - principal sujet de discussion de la conférence. Le régime exclut en effet tout départ anticipé de Bachar al-Assad, alors que l'opposition en exil rejette l’idée d’une transition le maintenant au pouvoir. Le président syrien lui-même avait émis des doutes, fin octobre, quant à la tenue de Genève II estimant que les "conditions n’étaient pas encore réunies " pour négocier.

Avec dépêches

Première publication : 05/11/2013

  • SYRIE

    Qadri Jamil : "Poser le départ d'Assad comme condition est un obstacle aux négociations"

    En savoir plus

  • SYRIE

    "En écartant Qadri Jamil, Assad confirme qu'il ne veut pas négocier à Genève-2"

    En savoir plus

  • SYRIE

    Assad : "les conditions ne sont pas encore réunies pour des négociations de paix"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)