Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

SUR LE NET

Gaza : Tsahal et le Hamas s'affrontent aussi en ligne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le tourisme, moteur de l'économie espagnole

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Come prima"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les oubliés de Mossoul

En savoir plus

  • En direct : une cinquantaine de Français à bord du vol AH5017 d'Air Algérie

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • En images : À Alep, les cratères d'obus deviennent des "piscines" pour enfants

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • Tour de France : "Depuis le temps qu'un Italien n'a pas gagné !"

    En savoir plus

  • "Le conflit israélo-palestinien est importé en France depuis longtemps"

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

Afrique

Tunisie : pas de consensus sur le Premier ministre, le dialogue national suspendu

© AFP

Vidéo par Mounia Ben Aïssa

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/11/2013

Les islamistes du parti Ennahda au pouvoir et l'opposition ne sont pas parvenus à un consensus sur le nom du futur Premier ministre. Le dialogue national, qui visait à sortir la Tunisie d'une grave crise politique, est suspendu.

Le dialogue national est suspendu en Tunisie. En cause : le nom du futur Premier ministre. Les pourparlers entre les islamistes tunisiens du parti Ennahda au pouvoir et leurs opposants ont ainsi échoué lundi 4 novembre au soir et ont été suspendus sine die.

"Nous avons décidé de suspendre le dialogue national jusqu'à ce qu'il y ait un terrain favorable à sa réussite", a déclaré le secrétaire général de l'UGTT, Houcine Abassi.

"Nous ne sommes pas arrivés à un consensus sur la personnalité qui dirigera le gouvernement, nous avons essayé de résoudre les difficultés, mais il n'y a pas eu de consensus", a-t-il ajouté.

Chaque camp défend son candidat

Les deux camps ont bataillé pour s'imposer : les islamistes d'Ennahda et leur allié laïc Ettakatol insistant sur Ahmed Mestiri, 88 ans, et l'essentiel de l'opposition pour Mohamed Ennaceur, 79 ans. Les deux prétendants au poste sont des vétérans, déjà ministres à l'époque du père de l'indépendance, Habib Bourguiba.

"Nous ne voyons pas d'alternative à Ahmed Mestiri", a souligné Rached Ghannouchi, chef d'Ennahda, après l'échec des négociations.

L'opposition, qui refuse Ahmed Mestiri jugé trop vieux et trop faible, a dit avoir proposé d'autres solutions, notamment la candidature d'un ex-ministre de la Défense, Abdelkarim Zbidi, refusée par le président Moncef Marzouki, un allié.

"La troïka [coalition au pouvoir, NDLR], notamment Ennahda, a fait échouer le dialogue. Ils cherchent par tous les moyens à rester au pouvoir", a martelé Hamma Hammami, un des représentants de la coalition d'opposition Front de salut national.

Selon lui, les détracteurs d'Ennahda mèneront désormais "des discussions pour prendre les mesures qui s'imposent".

Aggravation de la crise politique

Ces pourparlers visaient à sortir la Tunisie de la profonde impasse dans laquelle elle est plongée, depuis l'assassinat le 25 juillet d'un député d'opposition attribué à la mouvance jihadiste.

Le Premier ministre, Ali Larayedh, avait promis fin octobre de laisser sa place à condition que l'ensemble du calendrier de ce "dialogue national" soit respecté.

Outre la désignation d'un nouveau chef de gouvernement et de son cabinet, ces négociations devaient aboutir à l'adoption d'une législation et d'un calendrier électoral, ainsi qu'au lancement de la procédure d'adoption de la Constitution, en cours d'élaboration depuis deux ans.

Mais ces différents dossiers ont d'ores et déjà pris du retard : les membres de la future commission électorale n'ont pas été élus samedi comme prévu en raison d'un problème de procédure, et le travail sur la législation régissant les élections, censée être adoptée le 9 novembre, n'a pas commencé.

Lundi après-midi, des élus d'opposition ont en outre accusé Ennahda de multiplier les amendements au règlement intérieur de l'Assemblée nationale constituante pour retirer aux opposants leurs armes parlementaires.

Après trois mois de disputes et moult reports, les pourparlers ont débuté le 25 octobre, mais depuis, aucune décision consensuelle concrète n'a été mise en oeuvre. Mais ce coup d'arrêt menace d'aggraver une crise politique déjà profonde, et nourrie par les violences jihadistes.

Arrivés au pouvoir en octobre 2011, les islamistes ont été considérablement affaiblis par la multiplication des crises politiques, les assassinats de deux opposants, les heurts avec les jihadistes, les faiblesses de l'économie et les polémiques sur leurs tentatives supposées "d'islamiser" la société ou de juguler la liberté d'expression.

Avec dépêches

Première publication : 05/11/2013

  • TUNISIE

    Tunisie : attentat-suicide à Sousse, seul le kamikaze a été tué

    En savoir plus

  • TUNISIE

    La Tunisie suspend son sort au "dialogue national"

    En savoir plus

  • INFOGRAPHIE

    Tunisie : les dates-clés de la crise politique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)