Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Exclusif : Marzouki met en garde les Tunisiens contre la "tentation extrémiste"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Essebsi : "Ennahda a organisé la campagne de Marzouki"

En savoir plus

REPORTERS

France : le FN à l’épreuve du terrain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean-Christophe Moreau, co-auteur de "Islamophobie : la contre-enquête"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Charlotte Gainsbourg : "Je n'aurais pas pu être autre chose qu’actrice"

En savoir plus

BILLET RETOUR

Liban : Beyrouth, entre souvenir et amnésie

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Hollande à Florange : un retour sous tension

En savoir plus

FOCUS

Violences conjugales : la France s'attaque à la source du fléau

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Jihadistes français : les proches sous le choc

En savoir plus

Afrique

Tunisie : pas de consensus sur le Premier ministre, le dialogue national suspendu

© AFP

Vidéo par Mounia Ben Aïssa

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/11/2013

Les islamistes du parti Ennahda au pouvoir et l'opposition ne sont pas parvenus à un consensus sur le nom du futur Premier ministre. Le dialogue national, qui visait à sortir la Tunisie d'une grave crise politique, est suspendu.

Le dialogue national est suspendu en Tunisie. En cause : le nom du futur Premier ministre. Les pourparlers entre les islamistes tunisiens du parti Ennahda au pouvoir et leurs opposants ont ainsi échoué lundi 4 novembre au soir et ont été suspendus sine die.

"Nous avons décidé de suspendre le dialogue national jusqu'à ce qu'il y ait un terrain favorable à sa réussite", a déclaré le secrétaire général de l'UGTT, Houcine Abassi.

"Nous ne sommes pas arrivés à un consensus sur la personnalité qui dirigera le gouvernement, nous avons essayé de résoudre les difficultés, mais il n'y a pas eu de consensus", a-t-il ajouté.

Chaque camp défend son candidat

Les deux camps ont bataillé pour s'imposer : les islamistes d'Ennahda et leur allié laïc Ettakatol insistant sur Ahmed Mestiri, 88 ans, et l'essentiel de l'opposition pour Mohamed Ennaceur, 79 ans. Les deux prétendants au poste sont des vétérans, déjà ministres à l'époque du père de l'indépendance, Habib Bourguiba.

"Nous ne voyons pas d'alternative à Ahmed Mestiri", a souligné Rached Ghannouchi, chef d'Ennahda, après l'échec des négociations.

L'opposition, qui refuse Ahmed Mestiri jugé trop vieux et trop faible, a dit avoir proposé d'autres solutions, notamment la candidature d'un ex-ministre de la Défense, Abdelkarim Zbidi, refusée par le président Moncef Marzouki, un allié.

"La troïka [coalition au pouvoir, NDLR], notamment Ennahda, a fait échouer le dialogue. Ils cherchent par tous les moyens à rester au pouvoir", a martelé Hamma Hammami, un des représentants de la coalition d'opposition Front de salut national.

Selon lui, les détracteurs d'Ennahda mèneront désormais "des discussions pour prendre les mesures qui s'imposent".

Aggravation de la crise politique

Ces pourparlers visaient à sortir la Tunisie de la profonde impasse dans laquelle elle est plongée, depuis l'assassinat le 25 juillet d'un député d'opposition attribué à la mouvance jihadiste.

Le Premier ministre, Ali Larayedh, avait promis fin octobre de laisser sa place à condition que l'ensemble du calendrier de ce "dialogue national" soit respecté.

Outre la désignation d'un nouveau chef de gouvernement et de son cabinet, ces négociations devaient aboutir à l'adoption d'une législation et d'un calendrier électoral, ainsi qu'au lancement de la procédure d'adoption de la Constitution, en cours d'élaboration depuis deux ans.

Mais ces différents dossiers ont d'ores et déjà pris du retard : les membres de la future commission électorale n'ont pas été élus samedi comme prévu en raison d'un problème de procédure, et le travail sur la législation régissant les élections, censée être adoptée le 9 novembre, n'a pas commencé.

Lundi après-midi, des élus d'opposition ont en outre accusé Ennahda de multiplier les amendements au règlement intérieur de l'Assemblée nationale constituante pour retirer aux opposants leurs armes parlementaires.

Après trois mois de disputes et moult reports, les pourparlers ont débuté le 25 octobre, mais depuis, aucune décision consensuelle concrète n'a été mise en oeuvre. Mais ce coup d'arrêt menace d'aggraver une crise politique déjà profonde, et nourrie par les violences jihadistes.

Arrivés au pouvoir en octobre 2011, les islamistes ont été considérablement affaiblis par la multiplication des crises politiques, les assassinats de deux opposants, les heurts avec les jihadistes, les faiblesses de l'économie et les polémiques sur leurs tentatives supposées "d'islamiser" la société ou de juguler la liberté d'expression.

Avec dépêches

Première publication : 05/11/2013

  • TUNISIE

    Tunisie : attentat-suicide à Sousse, seul le kamikaze a été tué

    En savoir plus

  • TUNISIE

    La Tunisie suspend son sort au "dialogue national"

    En savoir plus

  • INFOGRAPHIE

    Tunisie : les dates-clés de la crise politique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)