Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Economie

FagorBrandt met la clef sous la porte, 1 800 emplois menacés

© AFP

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 06/11/2013

Le fabricant français d'électroménager FagorBrandt a annoncé, ce mercredi, qu'il déposait le bilan et se plaçait en redressement judiciaire. Dans le même temps, Fagor, la maison mère espagnole, annonçait également son dépôt de bilan.

Pour les 1 800 salariés de FagorBrandt, l'avenir vient de s'obscurcir d'un coup. Le fabricant français d'électroménager a annoncé, mercredi 6 novembre, "son intention de déposer une cessation de paiement avec placement de l'entreprise sous protection judiciaire", a déclaré à l'AFP Thierry Léonard, directeur général de cette filiale du groupe espagnol Fagor.

Reste que cette décision n'est pas une surprise. L'avenir de FagorBrandt était compromis depuis que la coopérative basque Mondragon avait renoncé, la semaine dernière, a injecter de l'argent frais dans le groupe.

Mais pour l'intersyndicale le coup est dur. D'autant plus que, d'après l'un de ses porte-parole, "ce ne sont pas 1 870 salariés qui sont concernés par cette situation mais bien 3 000 au minimum" en comptant tous les fournisseurs et sous-traitant dont l'avenir est remis en cause après cette cessation de paiement.

"Belles marques"

Fagorbrandt assemble, sur quatre sites en France, des produits pour les marques d'électroménager Vedette, Brandt, Sauter et De Dietrich. Un beau catalogue qui pourrait intéresser d'éventuelles repreneurs. "Il y aura des candidats à la reprise. Tous les gros opérateurs sont à l’affût car le groupe a de belles marques et une part de marché importante", assure au quotidien économique "Les Échos" Patrick Colnot, du cabinet Secafi, qui conseille les syndicats de salariés.

Thierry Léonard a, d'ailleurs, assuré avoir reçu des "marques d'intérêts" de la part d'éventuels partenaires mais sans en dire plus. Reste à savoir si, comme le craint Patrick Colnot, ces "sauveurs" ne seraient pas uniquement intéressés par les "belles marques" et s'empresseraient de délocaliser la production hors de France.

Si l'avenir de FagordBrandt est donc plus que compromis, il en va de même pour sa maison mère. Les nouvelles sont, en effet, tout aussi sombres de l'autre côté des Pyrénées. Le groupe Fagor a également fait état, ce jeudi, de son intention de déposer le bilan. Cette société qui emploie 5 700 personnes dans le monde n'a pas réussi à trouver un moyen d'apurer une dette de 800 millions d'euros.

Avec dépêches

Première publication : 06/11/2013

  • CONSOMMATION

    Les enseignes britanniques partent à l'assaut de Paris

    En savoir plus

  • INDUSTRIE

    Arnaud Montebourg remet le "Grizzly" de Titan sur la piste de l'usine Goodyear

    En savoir plus

  • FRANCE

    FlexoJob, le site du prêt de salariés pour ne pas licencier

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)