Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande solidaire avec Netanyahou

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

  • Vidéo : à Tel-Aviv, les habitants vivent dans la peur des tirs de roquettes

    En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne avance vers Donetsk, toujours aux mains des pro-russes

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Un raid israélien tue neuf spectateurs de la demi-finale du Mondial à Gaza

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

Economie

FagorBrandt met la clef sous la porte, 1 800 emplois menacés

© AFP

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 06/11/2013

Le fabricant français d'électroménager FagorBrandt a annoncé, ce mercredi, qu'il déposait le bilan et se plaçait en redressement judiciaire. Dans le même temps, Fagor, la maison mère espagnole, annonçait également son dépôt de bilan.

Pour les 1 800 salariés de FagorBrandt, l'avenir vient de s'obscurcir d'un coup. Le fabricant français d'électroménager a annoncé, mercredi 6 novembre, "son intention de déposer une cessation de paiement avec placement de l'entreprise sous protection judiciaire", a déclaré à l'AFP Thierry Léonard, directeur général de cette filiale du groupe espagnol Fagor.

Reste que cette décision n'est pas une surprise. L'avenir de FagorBrandt était compromis depuis que la coopérative basque Mondragon avait renoncé, la semaine dernière, a injecter de l'argent frais dans le groupe.

Mais pour l'intersyndicale le coup est dur. D'autant plus que, d'après l'un de ses porte-parole, "ce ne sont pas 1 870 salariés qui sont concernés par cette situation mais bien 3 000 au minimum" en comptant tous les fournisseurs et sous-traitant dont l'avenir est remis en cause après cette cessation de paiement.

"Belles marques"

Fagorbrandt assemble, sur quatre sites en France, des produits pour les marques d'électroménager Vedette, Brandt, Sauter et De Dietrich. Un beau catalogue qui pourrait intéresser d'éventuelles repreneurs. "Il y aura des candidats à la reprise. Tous les gros opérateurs sont à l’affût car le groupe a de belles marques et une part de marché importante", assure au quotidien économique "Les Échos" Patrick Colnot, du cabinet Secafi, qui conseille les syndicats de salariés.

Thierry Léonard a, d'ailleurs, assuré avoir reçu des "marques d'intérêts" de la part d'éventuels partenaires mais sans en dire plus. Reste à savoir si, comme le craint Patrick Colnot, ces "sauveurs" ne seraient pas uniquement intéressés par les "belles marques" et s'empresseraient de délocaliser la production hors de France.

Si l'avenir de FagordBrandt est donc plus que compromis, il en va de même pour sa maison mère. Les nouvelles sont, en effet, tout aussi sombres de l'autre côté des Pyrénées. Le groupe Fagor a également fait état, ce jeudi, de son intention de déposer le bilan. Cette société qui emploie 5 700 personnes dans le monde n'a pas réussi à trouver un moyen d'apurer une dette de 800 millions d'euros.

Avec dépêches

Première publication : 06/11/2013

  • CONSOMMATION

    Les enseignes britanniques partent à l'assaut de Paris

    En savoir plus

  • INDUSTRIE

    Arnaud Montebourg remet le "Grizzly" de Titan sur la piste de l'usine Goodyear

    En savoir plus

  • FRANCE

    FlexoJob, le site du prêt de salariés pour ne pas licencier

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)