Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"N'oublions pas la Syrie"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libye : Un incendie "hors de contrôle" menace Tripoli

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH 17 en Ukraine : une enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

  • À Gaza, Israël s’attaque aux symboles du Hamas

    En savoir plus

  • Vidéo : la chute du vol AH5017 a été "vertigineuse", selon Ouagadougou

    En savoir plus

  • Une enquête préliminaire vise le financement de la campagne 2007 de Sarkozy

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Un incendie hors de contrôle menace Tripoli d’une "catastrophe humaine"

    En savoir plus

  • Aïd meurtrier à Gaza, Netanyahou annonce une "longue campagne"

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

SPORT

En terre de France, les All Blacks rendent hommage à leurs "poilus"

© Wikipedia | L'équipe de Dave Gallaher "The Original All Blacks" en 1905

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 06/11/2013

En tournée d'automne en Europe, les All Blacks affronteront la France, samedi, au Stade de France. À cette occasion, les rugbymen néo-zélandais honoreront la mémoire de 13 joueurs tombés au combat lors de la Première Guerre mondiale.

Depuis 1923, chaque soir à 18h30 précises, la flamme du Soldat inconnu est ravivée sous l’Arc-de-Triomphe. En ce mercredi 6 novembre, ce ne sont pas d’anciens combattants qui auront l’honneur de participer à cette cérémonie, mais des sportifs venus de l’autre bout du monde. Quatre-vingt dix ans après la fin de la Première Guerre mondiale, l’équipe de rugby des All Blacks va saluer la mémoire de ses ancêtres rugbymen néo-zélandais tombés au combat.

"C’est vraiment spécial pour nous, car dans notre pays, nous avons un profond respect pour ceux qui sont venus se battre ici", explique ainsi à FRANCE24 le talonneur Keven Mealamu, champion du monde en 2011. "C’est très important car c’est une manière de se souvenir de ce que ces gars ont fait pour la Nouvelle-Zélande. Pour nous, c’est vraiment différent. Nous ne mettons pas notre vie en jeu, nous ne faisons que jouer", ajoute son coéquipier, le troisième ligne Liam Messam.

En effet, cet archipel du Pacifique sud a payé un lourd tribut dans le conflit. Environ 120 000 Néo-Zélandais ont pris part aux combats et plus de 18 000 d'entre eux ont trouvé la mort sur le front occidental, en Turquie ou dans le Pacifique. Parmi ces disparus, l’équipe des All Blacks a particulièrement été touchée. Treize membres de la sélection nationale ont été tués dans les violents combats de la "Der des Der". Pour le seul mois de juin 1917, quatre "Kiwis" ont été fauchés durant la bataille de Messines en Flandres (Georges Sellars, James Baird, Reginald Taylor et James McNeece).

Les héritiers de Dave Gallaher
Trois joueurs des All Blacks : Liam Messam, Keven Mealamu et Luke Whitelock © Stéphanie Trouillard

   
En plus de cette cérémonie autour de la flamme éternelle, les rugbymen néo-zélandais porteront sur leur maillot, lors de leur face-à-face amical samedi contre la France, un "poppy",ce coquelicot symbole du sacrifice des combattants de la Première Guerre mondiale dans les pays du Commonwealth. "L’histoire entre nos deux équipes dépassent le cadre du rugby. Il y a des hommes de notre pays qui sont morts ici", souligne Keven Mealamu.

Le héros Dave Gallaher

 

Le premier grand capitaine des All Blacks Dave Gallaher en 1905
© wikipedia

Mais dans la mémoire collective néo-zélandaise, le souvenir du rugbyman et soldat Dave Gallaher reste le plus fort. Ce joueur d’origine irlandaise a marqué l’histoire de son sport en participant à la première tournée internationale de son équipe en 1905, surnommé "les Originals". Considéré comme le premier grand capitaine des All Blacks, il est aussi devenu un héros en dehors de la pelouse en donnant sa vie pour sa patrie. Alors âgé de 43 ans, il n’a pas hésité à s’engager et à rejoindre l’Europe après la mort au combat de son jeune frère Douglas Wallace Gallaher en 1916. Lors de la célèbre bataille de Passchendaele, en Belgique le 4 octobre 1917, la terreur des terrains de rugby, blessée au visage, succombe quelques heures plus tard. Il est depuis enterré au cimetière britannique de Nine Elms de Poperinge, à quelques kilomètres de la frontière française, où les All Blacks lui ont rendu hommage en 2000.

Presque cent ans après sa mort, Dave Gallaher est toujours perçu comme un modèle par ses héritiers. "Nous en avons tous entendu parler quand nous avons intégré les All Blacks. C’est comme un mentor", raconte Keven Mealamlu. "La première fois que je suis venu en France, il faisait partie de ces choses qui m’ont motivé pour bien jouer. On essaye toujours de donner le meilleur de nous pour lui". Pour Liam Messam, la mémoire de cet illustre prédécesseur permet également de se donner du courage avant chaque grand match : "À cette époque, lors de la première guerre mondiale, on pouvait jouer pour les All Blacks et un an après tomber au front. C’est une histoire très triste, mais cela nous renforce".

Un siècle après le sanglant conflit qui a ravagé l’Europe, la jeune génération des All Blacks semble en revanche moins au fait sur ce passé. "Je ne connais pas grand-chose pour être honnête", avoue le troisième ligne Luke Whitelock en regardant une photo de Dave Gallaher. "Mais c’est important d’être ici 100 ans après, car leur sacrifice a rendu possible ce que nous faisons tous les jours", ajoute toutefois le joueur de 22 ans, qui effectue sa première tournée internationale sous le célèbre maillot noir. À défaut de réviser l’histoire des All Blacks, le jeune rugbyman pourra toujours toucher une partie de l'histoire en cas de victoire contre la France. Le trophée remis en jeu à chaque rencontre entre les Bleus et les All Blacks portent en effet le nom de Dave Gallaher. Le capitaine des "Originals" n’a jamais vraiment quitté le terrain.

Documentaire sur l'histoire de Dave Gallaher (en anglais)

Première publication : 06/11/2013

  • RUGBY

    Le rugbyman Jonah Lomu a frôlé la mort lors du Mondial-2011

    En savoir plus

  • RUGBY

    Troisième défaite en trois matches pour le XV de France face aux All Blacks

    En savoir plus

  • RUGBY

    Le XV de France s'accroche mais s'incline face aux All Blacks

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)