Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Effrayer, semer la zizanie, recruter"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • Qui est Hervé Gourdel, l’otage français aux mains des jihadistes algériens ?

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "L'EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

Economie

La BCE surprend les marchés en baissant son principal taux directeur

© AFP

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 07/11/2013

Prenant les marchés financiers par surprise, la Banque centrale européenne a décidé, jeudi, de baisser son principal taux directeur à 0,25 %, contre 0,5 % auparavant. Un geste censé lutter contre les risques de déflation de la zone euro.

Nouveau record pour la Banque centrale européenne (BCE). Elle a décidé, jeudi 7 novembre, d'abaisser son principal taux directeur à 0,25 %, son plus bas historique. Il s'établissait, depuis mai 2013, à 0,50 %.

Cet indice, qui sert de référence aux principales banques de la zone euro pour fixer le taux d'intérêt de certains crédits, est l'une des armes principales de la BCE pour lutter contre l'inflation, et soutenir la reprise économique.

Les marchés financiers ont été pris de court par la décision de la banque centrale. La plupart des analystes anticipaient bien une baisse du taux... mais plus tard. Le risque, d'après Mark Wall et Gilles Moëc de la Deutsche Bank, est que cette annonce apparaisse comme le signe "d'un reniement [par la BCE, NDLR] de l'hypothèse de croissance actuelle".

Un Cassandre de l'économie européenne

En effet, la banque centrale abaisse, généralement, son taux lorsqu'elle veut inciter les banques à accorder davantage de crédit aux particuliers et entreprises pour stimuler la croissance. En clair, c'est un signe qu'elle croit l'économie mal en point... alors que la plupart des responsables européens répètent, depuis des semaines, que la crise est passée.

Mario Draghi, patron de la BCE, accepte, visiblement, de passer pour un Cassandre de l'économie européenne. Pourquoi ? Parce que l'évolution des prix commence, de l'avis général, à être inquiétante. L'inflation en zone euro a atteint en octobre un plus bas depuis fin 2009, à 0,7 % dans la région, bien loin de l'objectif d'un peu moins de 2 % de la BCE.

La décision de la BCE est, donc, une manière de lutter contre le spectre d'une déflation, certes synonyme de baisse de prix, mais aussi des salaires et, in fine, de l'activité. Ainsi, en Grèce, les prix n'ont pas augmenté depuis plusieurs mois, tandis que l'Espagne se prépare également à connaître une baisse des prix.

Avec dépêches

Première publication : 07/11/2013

  • ZONE EURO

    La BCE réduit son principal taux directeur à son plus bas historique

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Face-à-face entre Mario Draghi et le Bundestag sur le rôle de la BCE

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    BCE : nouvelles déclarations de Mario Draghi, un plan en trompe-l'oeil?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)