Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

La Seine : le XXIème arrondissement de Paris

En savoir plus

FOCUS

Brésil : des cours par visioconférence au cœur de l’Amazonie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le petit prince", du livre à l'écran

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Syrie : "L'Armée de la conquête" à la recherche de respectabilité

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : nouvelle controverse sur le port d'armes, après plusieurs tueries

En savoir plus

DÉBAT

Migrants à Calais : comment sortir de l'impasse ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Migrants à Calais : comment sortir de l'impasse ? (partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Burundi, le leader de l'opposition, qui avait appelé au boycott, élu vice-président de l'Assemblée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Grèce : le FMI pose ses conditions et jette un froid

En savoir plus

Economie

La BCE surprend les marchés en baissant son principal taux directeur

© AFP

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 07/11/2013

Prenant les marchés financiers par surprise, la Banque centrale européenne a décidé, jeudi, de baisser son principal taux directeur à 0,25 %, contre 0,5 % auparavant. Un geste censé lutter contre les risques de déflation de la zone euro.

Nouveau record pour la Banque centrale européenne (BCE). Elle a décidé, jeudi 7 novembre, d'abaisser son principal taux directeur à 0,25 %, son plus bas historique. Il s'établissait, depuis mai 2013, à 0,50 %.

Cet indice, qui sert de référence aux principales banques de la zone euro pour fixer le taux d'intérêt de certains crédits, est l'une des armes principales de la BCE pour lutter contre l'inflation, et soutenir la reprise économique.

Les marchés financiers ont été pris de court par la décision de la banque centrale. La plupart des analystes anticipaient bien une baisse du taux... mais plus tard. Le risque, d'après Mark Wall et Gilles Moëc de la Deutsche Bank, est que cette annonce apparaisse comme le signe "d'un reniement [par la BCE, NDLR] de l'hypothèse de croissance actuelle".

Un Cassandre de l'économie européenne

En effet, la banque centrale abaisse, généralement, son taux lorsqu'elle veut inciter les banques à accorder davantage de crédit aux particuliers et entreprises pour stimuler la croissance. En clair, c'est un signe qu'elle croit l'économie mal en point... alors que la plupart des responsables européens répètent, depuis des semaines, que la crise est passée.

Mario Draghi, patron de la BCE, accepte, visiblement, de passer pour un Cassandre de l'économie européenne. Pourquoi ? Parce que l'évolution des prix commence, de l'avis général, à être inquiétante. L'inflation en zone euro a atteint en octobre un plus bas depuis fin 2009, à 0,7 % dans la région, bien loin de l'objectif d'un peu moins de 2 % de la BCE.

La décision de la BCE est, donc, une manière de lutter contre le spectre d'une déflation, certes synonyme de baisse de prix, mais aussi des salaires et, in fine, de l'activité. Ainsi, en Grèce, les prix n'ont pas augmenté depuis plusieurs mois, tandis que l'Espagne se prépare également à connaître une baisse des prix.

Avec dépêches

Première publication : 07/11/2013

  • ZONE EURO

    La BCE réduit son principal taux directeur à son plus bas historique

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Face-à-face entre Mario Draghi et le Bundestag sur le rôle de la BCE

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    BCE : nouvelles déclarations de Mario Draghi, un plan en trompe-l'oeil?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)