Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Un projet d'attentat jihadiste déjoué contre la Commission européenne à Bruxelles

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

FRANCE

Centenaire de la Guerre 14-18 : le timide hommage aux troupes africaines

© DR

Texte par Guillaume GUGUEN

Dernière modification : 08/11/2013

François Hollande souhaite qu’aucun Français impliqué dans la Guerre 14-18 "ne soit oublié" des commémorations qui se sont ouvertes jeudi. Mais l'honneur rendu par la République aux troupes africaines reste timoré, selon l'essayiste Charles Onana.

Lancées depuis l’Élysée par un discours solennel du chef de l’État, François Hollande , ce jeudi 7 novembre, les commémorations du centenaire de la Grande Guerre seront placées sous le signe de la cohésion nationale mais aussi de l'amitié entre les pays ayant pris part il y a 100 ans au premier conflit mondial (voir encadré ci-dessous). Pour la présidence, ce "cycle mémoriel" est ainsi l’occasion de rendre hommage à tous ceux qui ont combattu pour la France entre 1914 et 1918. "Aujourd’hui, je souhaite qu’aucun des Français impliqués dans cette mêlée sanguinaire ne soit oublié", a indiqué le président.

Dans un souci de "réconciliation", le président François Hollande a souhaité qu’une place soit accordée au sein du musée de l’armée des Invalides aux quelque 740 soldats français fusillés "pour l'exemple" durant la Grande Guerre.

Avant l'actuel chef de l'État, Lionel Jospin, alors Premier ministre, avait déjà émis le souhait, en 1998, que ces soldats réintègrent la "mémoire collective nationale". Plus tard, le président Nicolas Sarkozy avait lui aussi défendu la mémoire de ces "poilus" privés des honneurs de la République.

Parmi les autres initiatives annoncées par le chef de l'État, la participation, le 14 juillet 2014, au défilé sur les Champs-Élysées, des représentants des 72 pays belligérants. Le 3 août, le président allemand, Joachim Gauck, assistera à la cérémonie de commémoration de l'entrée en guerre.

Le 11 novembre sera inauguré le mémorial international de Notre-Dame-de-Lorette (Pas-de-Calais) où apparaîtront , dans l'ordre alphabétique, les noms des 600 000 soldats morts sur les champs de bataille du Nord-Pas-de-Calais, alliés et ennemis d'hier, sans distinction de nationalité.

Lors de son discours, François Hollande a notamment salué les 430 000 soldats des colonies françaises "qui ont pris part à une guerre qui avait pu ne pas être la leur". Certains historiens et observateurs déplorent ainsi que la place de ces hommes dans la mémoire collective soit réduite à la portion congrue. "Les troupes africaines ont participé activement à la Première Guerre mondiale, leur contribution fut déterminante, observe Charles Onana, journaliste-essayiste français, auteur de "La France et ses tirailleurs" (éd. Duboiris, 2003). Or, à part dans les villages et les campagnes où ils étaient présents, le grand public n’en a pas toujours conscience. Bien souvent, j’ai pu me rendre compte que les élèves, les étudiants, n’avaient aucune idée de cet engagement."

Pourtant, durant les quatre années de ce sanglant conflit qui fit près de 1,7 million de morts côté français, la puissance coloniale qu’est alors la France aura appelé quelque 500 000 hommes du continent africain à se battre aux côtés des 8 millions de soldats mobilisés en métropole. Parmi ces combattants composant les rangs de ce qu’on appelle alors l’Armée coloniale se trouvent 175 000 Algériens, 40 000 Marocains, 80 000 Tunisiens et 180 000 Subsahariens, plus communément appelés "tirailleurs sénégalais".

"Pas de reconnaissance plus forte que celle de la connaissance"

Comme pour faire écho au discours du président pour qui "il n’y a pas de reconnaissance plus forte que celle de la connaissance", Charles Onana plaide pour un meilleur enseignement de cet aspect de la Grande Guerre dans les salles de classe. "Le devoir de mémoire induit un volet académique qui consiste à faire entrer cette contribution africaine dans les manuels d’Histoire, affirme l’essayiste. Il est important, non pas de mentionner, mais de raconter l’histoire de ces hommes pour faire reculer l’ignorance et battre en brèche des comportements réactionnaires. Les jeunes sauraient alors qu’au moment de la guerre, il y avait une solidarité entre les frères d’armes et que personne ne se préoccupait des distinctions raciales."

Pourquoi alors un tel manque d’empressement à aborder ce chapitre du conflit ? "C’est une partie de l’Histoire de France qui est ignorée car elle est liée au fait colonial, qui a du mal à être abordé sans susciter de malaise", constate Charles Onana. Alors que les questions d’intégration et d’identité nationale agitent régulièrement la classe politique hexagonale, la France aurait, selon l’écrivain, tout intérêt à davantage aborder, "calmement, sans préjugés et sans passion", cette union "Noirs-Blancs-Beurs".

"La connaissance de la participation des troupes africaines ou d’hommes comme Blaise Diagne, député français du Sénégal et ami de Georges Clemenceau, qui a permis à la France de recruter massivement des tirailleurs sénégalais, pourrait permettre d’instaurer un climat de concorde, insiste Charles Onana. Notamment auprès des jeunes qui rencontrent aujourd'hui des problèmes identitaires et éprouvent des difficultés à entretenir des relations apaisées avec la République."

Ce jeudi, le président français, dans une anaphore, sa marque oratoire, n’a pas dit le contraire : "Commémorer, c'est savoir d'où l'on vient pour mieux appréhender ce qui nous relie et nous fédère dans une nation, la nôtre. Commémorer, c'est renouveler le patriotisme, celui qui unit, celui qui rassemble, qui n'écarte personne au-delà des parcours, des croyances, des origines et des couleurs de peau. Commémorer ce n'est pas seulement invoquer le passé ou le convoquer, c'est porter un message de confiance dans notre pays."
 

Première publication : 07/11/2013

  • GUERRE 14-18

    France : les poilus fusillés "pour l’exemple" bientôt réhabilités ?

    En savoir plus

  • FRANCE

    11-Novembre : Hollande rend hommage à "tous les morts pour la France"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le 11 Novembre bientôt dédié à tous les soldats "morts pour la France"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)