Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacob Desvarieux, l'ambassadeur international du Zouk!

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

  • Menaces contre la France : "l’EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

    En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

EUROPE

La police met fin au siège de l'ancienne télévision nationale

© AFP

Vidéo par Axelle SIMON

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/11/2013

À Athènes, la police anti-émeute a évacué l’ancienne télévision nationale grecque ERT, dont les locaux étaient occupés depuis juin par des journalistes licenciés après la fermeture de la chaîne par le gouvernement.

Jeudi 7 novembre, les forces anti-émeute de la police grecque ont évacué l’ancienne télévision nationale grecque ERT, qui était occupée depuis juin par des journalistes licenciés. Il y a quelques mois, le gouvernement avait décidé de fermer cette institution, jugée trop coûteuse alors que la Grèce est lourdement frappée par la crise.

Les locaux, situés dans le nord d’Athènes, ont été pris d’assaut par la police, a constaté un journaliste de l’AFP.

Environ 200 manifestants qui protestaient contre l’éviction des journalistes licenciés, ont aussi été repoussés et évacués par les forces de l’ordre, sans que n’ait été constaté d’affrontement ou d’incident majeur au cours de l’opération.

Un représentant du syndicat Pospert des employés de ERT, Nikos Tsimbidas, a déclaré à l'AFP qu'il avait été mis en état d'arrestation.

L'agence de presse grecque Ana a annoncé pour sa part que la police avait arrêté trois autres ex-employés de ERT, dont le journaliste Panagiotis Kalfagiannis, par ailleurs dirigeant de Pospert.

Ces ex-employés d'ERT occupaient le bâtiment depuis la fermeture brutale de l’institution par le gouvernement, le 11 juin. Cette décision avait provoqué le licenciement de 2 600 personnes et failli provoquer la chute du gouvernement de coalition d'Antonis Samaras, après l’annonce du départ d'un de ses alliés de la coalition.

Selon les chiffres des autorités, ERT coûtait 300 millions d’euros par an au contribuable grec. En dépit des appels, En dépit des appels, le gouvernement Samaras est resté ferme sur sa décision de ne pas rétablir la radio-télévision publique.

Protestant contre leur licenciement, des anciens employés ont maintenu depuis juin des émissions sauvages réalisées dans les locaux occupés, alors que dans le même temps, une station de télévision nationale provisoire, DT, émet depuis juillet dans des locaux distincts.

Avec dépêches

 

Première publication : 07/11/2013

  • Grèce : un pays à genoux (partie 1)

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Quand la dette grecque fait le bonheur de trois fonds d’investissement hellènes

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Fusillade meurtrière à proximité d’un local néonazi à Athènes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)