Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Instituer l'Etat de droit en Chine"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Guerre pour un barrage en Colombie et la sanglante chasse aux dauphins des Îles Feroé

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : quelle stratégie face à l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

Hong Kong : les manifestants soutenus à l'étranger

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : un budget 2015 sur des œufs

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Himalayesque"

En savoir plus

  • Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

    En savoir plus

  • Rentrée des classes meurtrière à Donestk

    En savoir plus

  • En images : Hong Kong sous haute tension pour la fête nationale chinoise

    En savoir plus

  • Ebola : le premier cas hors d’Afrique localisé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Ligue des champions : "On a montré que Paris peut être une grande équipe"

    En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Commission européenne : un oral difficile pour certains candidats

    En savoir plus

  • Des ravisseurs d'Hervé Gourdel, assassiné en Algérie, ont été identifiés

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Hervé Gaymard : "Il n'y aura pas de guerre des chefs à l'UMP"

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les Français musulmans sont "pris au piège"

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Fonds "vautours" : l’Argentine défie les États-Unis sur sa dette

    En savoir plus

Moyen-orient

Arafat : la commission d'enquête palestinienne accuse Israël

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/11/2013

Le président de la commission d'enquête palestinienne sur la mort de Yasser Arafat, Tawfiq Tiraoui, a désigné, vendredi, Israël comme le "principal et unique suspect de l'assassinat" du dirigeant historique palestinien.

"Israël est le premier, principal et unique suspect de l’assassinat, de Yasser Arafat", a estimé, vendredi 8 novembre, Tawfiq Tiraoui, le président de la commission d'enquête palestinienne sur la mort du dirigeant historique de l’Autorité palestinienne en 2004. Tawfiq Tiraoui, a précisé, lors d’une conférence de presse donnée à Ramallah en Cisjordanie, que la commission se fondait notamment sur les conclusions des rapports médicaux suisse et russe.

 Établis à partir d'échantillons biologiques, prélevés le 27 novembre 2012 sur sa dépouille, ces rapports permettent d'établir que "Yasser Arafat n'est mort "ni de vieillesse, ni de maladie, mais par empoisonnement", a indiqué le Dr Abdallah al-Bachir, chef de l'équipe médicale de la commission d'enquête.
 
Les experts helvètes ont trouvé dans le fémur et les côtes de Yasser Arafat un niveau de polonium de 18 à 36 fois supérieur à la normale. Pour le centre universitaire romand de médecine légale, ces doses supposent forcément l'intervention d'un tiers. 
 
Prudence de l’expertise
 
Mais les deux experts, qui ont examiné la dépouille de Yasser Arafat, restent néanmoins prudents : s’ils appuient l’hypothèse d’un empoisonnement au polonium, ils n’avançaient aucune certitude.
 
"On ne peut pas dire que le polonium a été la source de la mort" d'Arafat, a déclaré, jeudi 7 novembre, lors d'une conférence de presse à Lausanne, le professeur François Bochud, directeur de l'Institut de radiophysique appliquée. Mais "on ne peut pas l'exclure", a-t-il nuancé. "Nos résultats soutiennent raisonnablement la thèse de l'empoisonnement", a ajouté le professeur Bochud.
 
Il n'est pas possible pour les scientifiques d'apporter des conclusions plus tranchées. Selon le professeur Patrice Mangin, directeur du Centre universitaire romand de médecine légale, il aurait fallu obtenir des échantillons  après la mort d'Arafat, survenue dans un hôpital de la région parisienne, mais il n'en existe plus.
 
Des experts russes avaient, de leur côté, indiqué en octobre dernier, ne pas avoir retrouvé de polonium dans les échantillons biologiques. Une soixantaine d'échantillons de la dépouille du dirigeant historique palestinien, exhumée à Ramallah en novembre 2012, avait été répartis entre des équipes russes, françaises et suisses. 
 
La commission palestinienne attend le rapport de Paris
 
Le rapport français n'a, lui, toujours pas été transmis à la commission palestinienne, qui a demandé à Paris d'accélérer la procédure. "La France connaît toute la vérité et les détails sur le martyre de Yasser Arafat", a insisté Tawfiq Tiraoui.
 
Les raisons de la mort du dirigeant historique palestinien le 11 novembre 2004 n'ont pas été élucidées, et nombre de Palestiniens soupçonnent Israël, qui a toujours nié, de l'avoir empoisonné.
 
Souha Arafat, veuve de l'ancien président de l'Autorité palestinienne, avait annoncé jeudi avoir recueilli des informations de l'équipe suisse, et dénoncé un "assassinat politique". Cette dernière, qui a déposé plainte en 2012 en France, déclenchant une information judiciaire pour assassinat, n’accuse en revanche aucun pays ou individu en particulier.
 
Avec dépêches

Première publication : 08/11/2013

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    Arafat : les experts ne confirment pas la thèse de l'empoisonnement au polonium

    En savoir plus

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    La veuve de Yasser Arafat crie à "l'assassinat politique"

    En savoir plus

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    Arafat : l'expertise russe exclut l'hypothèse d'un empoisonnement

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)