Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

SUR LE NET

Gaza : Tsahal et le Hamas s'affrontent aussi en ligne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le tourisme, moteur de l'économie espagnole

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Come prima"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les oubliés de Mossoul

En savoir plus

  • En direct : une cinquantaine de Français à bord du vol AH5017 d'Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • En images : À Alep, les cratères d'obus deviennent des "piscines" pour enfants

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • Tour de France : "Depuis le temps qu'un Italien n'a pas gagné !"

    En savoir plus

  • "Le conflit israélo-palestinien est importé en France depuis longtemps"

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

  • Ukraine : deux avions de chasse de l'armée abattus dans l’est du pays

    En savoir plus

Moyen-orient

Arafat : la commission d'enquête palestinienne accuse Israël

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/11/2013

Le président de la commission d'enquête palestinienne sur la mort de Yasser Arafat, Tawfiq Tiraoui, a désigné, vendredi, Israël comme le "principal et unique suspect de l'assassinat" du dirigeant historique palestinien.

"Israël est le premier, principal et unique suspect de l’assassinat, de Yasser Arafat", a estimé, vendredi 8 novembre, Tawfiq Tiraoui, le président de la commission d'enquête palestinienne sur la mort du dirigeant historique de l’Autorité palestinienne en 2004. Tawfiq Tiraoui, a précisé, lors d’une conférence de presse donnée à Ramallah en Cisjordanie, que la commission se fondait notamment sur les conclusions des rapports médicaux suisse et russe.

 Établis à partir d'échantillons biologiques, prélevés le 27 novembre 2012 sur sa dépouille, ces rapports permettent d'établir que "Yasser Arafat n'est mort "ni de vieillesse, ni de maladie, mais par empoisonnement", a indiqué le Dr Abdallah al-Bachir, chef de l'équipe médicale de la commission d'enquête.
 
Les experts helvètes ont trouvé dans le fémur et les côtes de Yasser Arafat un niveau de polonium de 18 à 36 fois supérieur à la normale. Pour le centre universitaire romand de médecine légale, ces doses supposent forcément l'intervention d'un tiers. 
 
Prudence de l’expertise
 
Mais les deux experts, qui ont examiné la dépouille de Yasser Arafat, restent néanmoins prudents : s’ils appuient l’hypothèse d’un empoisonnement au polonium, ils n’avançaient aucune certitude.
 
"On ne peut pas dire que le polonium a été la source de la mort" d'Arafat, a déclaré, jeudi 7 novembre, lors d'une conférence de presse à Lausanne, le professeur François Bochud, directeur de l'Institut de radiophysique appliquée. Mais "on ne peut pas l'exclure", a-t-il nuancé. "Nos résultats soutiennent raisonnablement la thèse de l'empoisonnement", a ajouté le professeur Bochud.
 
Il n'est pas possible pour les scientifiques d'apporter des conclusions plus tranchées. Selon le professeur Patrice Mangin, directeur du Centre universitaire romand de médecine légale, il aurait fallu obtenir des échantillons  après la mort d'Arafat, survenue dans un hôpital de la région parisienne, mais il n'en existe plus.
 
Des experts russes avaient, de leur côté, indiqué en octobre dernier, ne pas avoir retrouvé de polonium dans les échantillons biologiques. Une soixantaine d'échantillons de la dépouille du dirigeant historique palestinien, exhumée à Ramallah en novembre 2012, avait été répartis entre des équipes russes, françaises et suisses. 
 
La commission palestinienne attend le rapport de Paris
 
Le rapport français n'a, lui, toujours pas été transmis à la commission palestinienne, qui a demandé à Paris d'accélérer la procédure. "La France connaît toute la vérité et les détails sur le martyre de Yasser Arafat", a insisté Tawfiq Tiraoui.
 
Les raisons de la mort du dirigeant historique palestinien le 11 novembre 2004 n'ont pas été élucidées, et nombre de Palestiniens soupçonnent Israël, qui a toujours nié, de l'avoir empoisonné.
 
Souha Arafat, veuve de l'ancien président de l'Autorité palestinienne, avait annoncé jeudi avoir recueilli des informations de l'équipe suisse, et dénoncé un "assassinat politique". Cette dernière, qui a déposé plainte en 2012 en France, déclenchant une information judiciaire pour assassinat, n’accuse en revanche aucun pays ou individu en particulier.
 
Avec dépêches

Première publication : 08/11/2013

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    Arafat : les experts ne confirment pas la thèse de l'empoisonnement au polonium

    En savoir plus

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    La veuve de Yasser Arafat crie à "l'assassinat politique"

    En savoir plus

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    Arafat : l'expertise russe exclut l'hypothèse d'un empoisonnement

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)