Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : insécurité alimentaire en Casamance

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Otages en Syrie : la rançon ou la mort ?

En savoir plus

DÉBAT

Gouvernement Valls II : le bon choix ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Porto élimine Lille, reversé en Ligue Europa

    En savoir plus

Economie

New Delhi accuse Goldman Sachs d'ingérence politique

© AFP

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 08/11/2013

Le Parti du Congrès, au pouvoir en Inde, accuse Goldman Sachs d'essayer d'influencer l'issue des élections législatives indiennes de 2014. Le géant américain de la finance a publié une étude en faveur du candidat du parti nationaliste BJP.

La banque Goldman Sachs roule-t-elle pour les nationalistes indiens du Bharatiya Janata Party (BJP) ? C'est ce qu'à affirmé, vendredi 8 novembre, le ministre du Commerce Anand Shama dans une interview accordé au quotidien Economic Times.

Il accuse la banque d'investissement américaine d'avoir publié une étude qui analyse, de manière positive, l'arrivée éventuelle de Narendra Modi, le candidat du BJP, au poste de Premier ministre lors des élections législatives de 2014.

Cettte note de synthèse souligne, en effet, que "les investisseurs jugent le BJP favorable au monde des affaires, et son candidat au poste de Premier ministre Narendra Modi comme un élément de changement". Goldman Sachs continue en relevant que "le BJP est en train de gagner du terrain dans les sondages ces trois derniers mois, ce qui suggère la possibilité d'un gouvernement d'alliance dirigé par le BJP".

Des affirmations qui ont fait sortir de ses gonds le Parti du congrès, actuellement au pouvoir. "Ce rapport sur l'économie indienne démontre la volonté de Goldman Sachs de s'occuper de choses qui ne regardent pas cette banque, au lieu de se concentrer sur l'économie", a lâché Anand Shama dans l'entretien qu'il a accordé à l'Economic Times. "Il est temps que des banques comme Goldman Sachs réalisent que seuls les 800 millions d'Indiens ont leur mot à dire sur l'issue des élections et qu'ils ne se feront pas influencer [par ces institutions financières]", a-t-il poursuivi.

Une pression croissante du monde des affaires

De violentes sorties qui illustrent la fébrilité du Parti du congrès, qui dirige le pays depuis 10 ans. Goldman Sachs n'est, en effet, pas la première institution financière à considérer que l'arrivée au pouvoir du BJP pourrait être salutaire pour l'économie indienne. "Je pense, certes, que ce serait magnifique pour les marchés si [Narendra Modi] gagnait les élections, mais c'est loin d'être fait", a ainsi affirmé Mark Matthews, chef des études sur l'Asie de la banque suisse Julius Baer.

Des prises de position qui reflètent la pression croissante que le monde des affaires entend exercer sur le pouvoir, accusé de ne pas mettre en œuvre assez rapidement les réformes économiques.

Une tension que Narendra Modi a bien compris. Le candidat du parti nationaliste hindou ne manque pas une occasion pour souligner ses "succès" économiques en temps que gouverneur de l'État du Gujarat. Il est, en revanche, beaucoup moins dissert sur son rôle durant les massacres de musulmans dans le Gujarat en 2002 et sur les tensions confessionnelles dans cette région de l'Inde.

Première publication : 08/11/2013

  • ESPACE

    L’Inde fait du low-cost la marque de fabrique de sa mission martienne

    En savoir plus

  • MATIÈRES PREMIÈRES

    Comment la banque Goldman Sachs transforme l'aluminium en or

    En savoir plus

  • FINANCE

    Goldman Sachs : une culture d'entreprise "toxique", accuse un ex-dirigeant

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)