Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : retenu par l'armée Robert Mugabe préside tout de même une cérémonie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le baiser imposé d'Al Franken

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

COP 23 en Allemagne : une occasion manquée ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise au Liban : La France à la manoeuvre

En savoir plus

TECH 24

Quoi de neuf, e-docteur ?

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Taux directeur : le diapason du système bancaire

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Afrique - Chine : le piège de la dépendance ?

En savoir plus

#ActuElles

Consentement sexuel des mineur(e)s : quel âge minimum ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La France, terre de vin et de tourisme

En savoir plus

Moyen-orient

Nucléaire iranien : Téhéran fait pression pour obtenir un accord avant samedi soir

© AFP | Arrivée du chef de la diplomatie américaine, John Kerry, à Genève

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/11/2013

À Genève, des chefs des diplomaties occidentales tentent depuis vendredi de négocier avec Téhéran un accord sur le nucléaire iranien. Le vice-ministre iranien des Affaires étrangères insiste pour qu'un accord soit conclu avant samedi soir.

Après des années de blocage, les négociations sur le dossier du nucléaire iranien pourraient enfin aboutir à un accord, samedi 9 novembre. Les ministres des Affaires étrangères des États-Unis, du Royaume-Uni, de la France et de l'Allemagne, ainsi que le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, doivent en effet poursuivre leurs discussions à Genève. Participant de dernière minute, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, devait se joindre aux négociations samedi.

Le vice-ministre iranien des Affaires étrangères, Abbas Araghchi, s'est prononcé en faveur d'un accord avant la fin de la journée de samedi. "Les négociations ne vont pas se poursuivre demain (dimanche). Soit elles se terminent ce soir, soit il y aura un autre round", a-t-il affirmé, cité par les agences iraniennes.

Vendredi, le secrétaire d’État américain, John Kerry, qui a interrompu une tournée au Proche-Orient pour l’occasion, s’est longuement entretenu avec son homologue iranien, Mohammad Javad Zarif. Ce dernier avait déclaré, mardi 5 novembre, sur l’antenne de FRANCE 24, qu'un accord sur le programme nucléaire de Téhéran pourrait être scellé cette semaine.

"Pas d’accord à ce stade"

Quelques heures auparavant, peu après son arrivée sur le sol suisse, John Kerry avait nuancé l’avancée des négociations. "Je veux souligner qu'il n'y a pas d'accord à ce stade […] Je pense que personne ne devrait se méprendre sur le fait qu'il reste d'importantes divergences à combler", avait-il indiqué.

Le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, arrivé vendredi matin, s’est également montré prudent. "Rien n'est encore acquis", a-t-il affirmé, qualifiant les discussions de difficiles. "Nous voulons un accord qui soit une première réponse solide aux inquiétudes liées au nucléaire iranien", a-t-il ajouté.

Cette réunion ulcère par ailleurs l’État hébreu, dont l’Iran est l’ennemi juré. Israël a d’ailleurs adressé une mise en garde aux Occidentaux, assurant qu'il ne se sentirait pas tenu par un tel accord.

Les discussions de l'Iran et du groupe des "5+1" sont centrées sur une proposition iranienne non rendue publique, selon laquelle Téhéran accepterait de geler une partie de son programme en échange de la levée de certaines sanctions internationales qui asphyxient son économie. La délégation iranienne a clairement fait savoir à ses interlocuteurs qu'ils devraient envisager un allégement des sanctions pétrolières et bancaires dès la première phase de tout accord provisoire.

L'enrichissement d'uranium par l'Iran est au cœur des inquiétudes des pays occidentaux et d'Israël, qui craignent que l'uranium enrichi à 20 % soit utilisé pour obtenir de l'uranium à 90 % pour un usage militaire.

Avec dépêches

Première publication : 08/11/2013

  • IRAN

    Netanyahou : tout accord sur le nucléaire iranien serait "une erreur historique"

    En savoir plus

  • NÉGOCIATIONS À GENÈVE

    Nucléaire iranien : la France doute des bonnes intentions de Téhéran

    En savoir plus

  • NATIONS UNIES

    Israël prêt à agir "seul" contre Téhéran

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)