Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • Écosse : "Quel que soit le résultat, il va y avoir beaucoup de mécontents"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

EUROPE

Standard & Poor's dégrade la note de la France à "AA"

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/11/2013

Pour la deuxième fois depuis janvier 2012, l’agence de notation Standard & Poor’s a abaissé la note de la France à "AA", contre "AA+", en raison de la perte de marge de manœuvre financière du pays.

L'agence d'évaluation financière, Standard & Poor's, a dégradé  la note de la France, de "AA+" à "AA". Une deuxième dégradation en moins de deux ans, qui sanctionne, selon l’agence, la perte de marge de manœuvre financière du pays, en raison de son incapacité à se réformer davantage, notamment en raison d’un chômage élevé.

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a estimé vendredi que la note de la dette publique française restait "l'une des meilleures du monde".

Interrogé par France Bleu Provence lors d'un déplacement à Marseille, il a estimé que l'agence S&P n'avait "pas pris en compte toutes les réformes" dans son analyse, notamment celle, en cours d'adoption, des retraites.

"L'agence parle des perspectives. Certains pays ont des perspectives négatives, ce n'est pas le cas de la France", s'est par ailleurs félicité Jean-Marc Ayrault.

Cette nouvelle note attribuée à la France est la troisième meilleure possible dans la classification de S&P. Elle est assortie d’une perspective "stable", ce qui laisse présager d’un statu quo à court ou moyen terme.

En janvier 2012, S&P avait été la première grande agence internationale à priver la France de son "AAA", la meilleure évaluation possible du barème. Son analyse avait été partagée ensuite par ses concurrentes Moody's et Fitch Ratings.

Un communiqué de S&P motive cette décision, notamment car "la marge de manœuvre budgétaire de la France s'est réduite, alors (qu'il) la considér(ait) auparavant comme élevée au regard des pays comparables".

"Notamment, remarque l'agence, il nous semble que les pouvoirs publics disposent désormais d'une marge de manœuvre réduite pour augmenter les recettes", préalable nécessaire à la réduction de l'endettement du pays.

"Nous considérons que les mesures de politiques économiques mises en œuvre depuis depuis le 23 novembre 2012 [date à laquelle S&P avait confirmé la note du pays, NDLR] n'ont pas réduit de manière significative le risque, que le taux de chômage reste au-dessus de 10 % jusqu'en 2016", argumente l'agence.

Elle estime par ailleurs "que le niveau actuel du chômage amoindrit le soutien populaire en faveur de nouvelles réformes structurelles et sectorielles, et affecte les perspectives de croissance à plus long terme".

La perspective "stable" à laquelle la note de la France a été adossée implique que, selon l'agence, "les facteurs de risques pesant sur la qualité de crédit de la France s'équilibrent". La probabilité d'une nouvelle évolution de cette note au cours des deux années à venir est donc "inférieure à une sur trois", explique-t-elle.

Par ailleurs, la note accordée à la dette à court terme du pays reste fixée à "A-1+", soit la meilleure possible.

Avec dépêches

Première publication : 08/11/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Washington va porter plainte contre Standard & Poor’s pour son rôle dans la crise financière

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)