Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

À Gaza, Israël et le Hamas revendiquent la victoire

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'aime l'entreprise"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La fin du calvaire pour Peter Theo Curtis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71e Mostra de Venise

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls : le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

DÉBAT

Cessez-le-feu à Gaza : un espoir pour la paix ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Et si la gauche assouplissait les 35 heures ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

  • Kiev dénonce une invasion russe et en appelle à l'Otan

    En savoir plus

  • Israël-Palestine, Libye, Russie... Ce que préconise François Hollande

    En savoir plus

  • Vidéo : à Paris, les coiffeuses sans-papiers de Château d'eau se rebellent

    En savoir plus

  • Erdogan débute son mandat présidentiel en Turquie

    En savoir plus

  • Matignon dément toute intention de toucher aux 35 heures

    En savoir plus

  • Michel Platini renonce à briguer la présidence de la Fifa

    En savoir plus

  • Trafic présumé de bébés : le président du Parlement a quitté le Niger

    En savoir plus

  • Le "califat" de Boko Haram : "Un simple coup médiatique"

    En savoir plus

  • La mère de Steven Sotloff implore le "calife" de l’EI d’épargner son fils

    En savoir plus

  • Samuel Eto’o met un terme à sa carrière internationale avec le Cameroun

    En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • Coup d’envoi de la 71e Mostra de Venise

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

EUROPE

Standard & Poor's dégrade la note de la France à "AA"

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/11/2013

Pour la deuxième fois depuis janvier 2012, l’agence de notation Standard & Poor’s a abaissé la note de la France à "AA", contre "AA+", en raison de la perte de marge de manœuvre financière du pays.

L'agence d'évaluation financière, Standard & Poor's, a dégradé  la note de la France, de "AA+" à "AA". Une deuxième dégradation en moins de deux ans, qui sanctionne, selon l’agence, la perte de marge de manœuvre financière du pays, en raison de son incapacité à se réformer davantage, notamment en raison d’un chômage élevé.

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a estimé vendredi que la note de la dette publique française restait "l'une des meilleures du monde".

Interrogé par France Bleu Provence lors d'un déplacement à Marseille, il a estimé que l'agence S&P n'avait "pas pris en compte toutes les réformes" dans son analyse, notamment celle, en cours d'adoption, des retraites.

"L'agence parle des perspectives. Certains pays ont des perspectives négatives, ce n'est pas le cas de la France", s'est par ailleurs félicité Jean-Marc Ayrault.

Cette nouvelle note attribuée à la France est la troisième meilleure possible dans la classification de S&P. Elle est assortie d’une perspective "stable", ce qui laisse présager d’un statu quo à court ou moyen terme.

En janvier 2012, S&P avait été la première grande agence internationale à priver la France de son "AAA", la meilleure évaluation possible du barème. Son analyse avait été partagée ensuite par ses concurrentes Moody's et Fitch Ratings.

Un communiqué de S&P motive cette décision, notamment car "la marge de manœuvre budgétaire de la France s'est réduite, alors (qu'il) la considér(ait) auparavant comme élevée au regard des pays comparables".

"Notamment, remarque l'agence, il nous semble que les pouvoirs publics disposent désormais d'une marge de manœuvre réduite pour augmenter les recettes", préalable nécessaire à la réduction de l'endettement du pays.

"Nous considérons que les mesures de politiques économiques mises en œuvre depuis depuis le 23 novembre 2012 [date à laquelle S&P avait confirmé la note du pays, NDLR] n'ont pas réduit de manière significative le risque, que le taux de chômage reste au-dessus de 10 % jusqu'en 2016", argumente l'agence.

Elle estime par ailleurs "que le niveau actuel du chômage amoindrit le soutien populaire en faveur de nouvelles réformes structurelles et sectorielles, et affecte les perspectives de croissance à plus long terme".

La perspective "stable" à laquelle la note de la France a été adossée implique que, selon l'agence, "les facteurs de risques pesant sur la qualité de crédit de la France s'équilibrent". La probabilité d'une nouvelle évolution de cette note au cours des deux années à venir est donc "inférieure à une sur trois", explique-t-elle.

Par ailleurs, la note accordée à la dette à court terme du pays reste fixée à "A-1+", soit la meilleure possible.

Avec dépêches

Première publication : 08/11/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Washington va porter plainte contre Standard & Poor’s pour son rôle dans la crise financière

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)