Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

EUROPE

Standard & Poor's dégrade la note de la France à "AA"

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/11/2013

Pour la deuxième fois depuis janvier 2012, l’agence de notation Standard & Poor’s a abaissé la note de la France à "AA", contre "AA+", en raison de la perte de marge de manœuvre financière du pays.

L'agence d'évaluation financière, Standard & Poor's, a dégradé  la note de la France, de "AA+" à "AA". Une deuxième dégradation en moins de deux ans, qui sanctionne, selon l’agence, la perte de marge de manœuvre financière du pays, en raison de son incapacité à se réformer davantage, notamment en raison d’un chômage élevé.

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a estimé vendredi que la note de la dette publique française restait "l'une des meilleures du monde".

Interrogé par France Bleu Provence lors d'un déplacement à Marseille, il a estimé que l'agence S&P n'avait "pas pris en compte toutes les réformes" dans son analyse, notamment celle, en cours d'adoption, des retraites.

"L'agence parle des perspectives. Certains pays ont des perspectives négatives, ce n'est pas le cas de la France", s'est par ailleurs félicité Jean-Marc Ayrault.

Cette nouvelle note attribuée à la France est la troisième meilleure possible dans la classification de S&P. Elle est assortie d’une perspective "stable", ce qui laisse présager d’un statu quo à court ou moyen terme.

En janvier 2012, S&P avait été la première grande agence internationale à priver la France de son "AAA", la meilleure évaluation possible du barème. Son analyse avait été partagée ensuite par ses concurrentes Moody's et Fitch Ratings.

Un communiqué de S&P motive cette décision, notamment car "la marge de manœuvre budgétaire de la France s'est réduite, alors (qu'il) la considér(ait) auparavant comme élevée au regard des pays comparables".

"Notamment, remarque l'agence, il nous semble que les pouvoirs publics disposent désormais d'une marge de manœuvre réduite pour augmenter les recettes", préalable nécessaire à la réduction de l'endettement du pays.

"Nous considérons que les mesures de politiques économiques mises en œuvre depuis depuis le 23 novembre 2012 [date à laquelle S&P avait confirmé la note du pays, NDLR] n'ont pas réduit de manière significative le risque, que le taux de chômage reste au-dessus de 10 % jusqu'en 2016", argumente l'agence.

Elle estime par ailleurs "que le niveau actuel du chômage amoindrit le soutien populaire en faveur de nouvelles réformes structurelles et sectorielles, et affecte les perspectives de croissance à plus long terme".

La perspective "stable" à laquelle la note de la France a été adossée implique que, selon l'agence, "les facteurs de risques pesant sur la qualité de crédit de la France s'équilibrent". La probabilité d'une nouvelle évolution de cette note au cours des deux années à venir est donc "inférieure à une sur trois", explique-t-elle.

Par ailleurs, la note accordée à la dette à court terme du pays reste fixée à "A-1+", soit la meilleure possible.

Avec dépêches

Première publication : 08/11/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Washington va porter plainte contre Standard & Poor’s pour son rôle dans la crise financière

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)