Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Début des audiences de Charles Blé Goudé devant la CPI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Weber, un colosse du théâtre français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Papa Wemba, invité du Journal de l'Afrique !

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : elle filme au péril de sa vie à Raqqa, fief de l'EI en Syrie

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les sports oubliés dans le vent

En savoir plus

SUR LE NET

Instagram bloqué en Chine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

En savoir plus

DÉBAT

Comment lutter contre l'organisation de l'État islamique?

En savoir plus

  • Manifestations à Hong Kong : Pékin prive les Chinois d’informations sur Internet

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG s'attaque au Barça sans Zlatan

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les musulmans de France sont "pris au piège"

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Quinze ans de prison requis contre le leader de Sharia4Belgium

    En savoir plus

  • Hong Kong toujours bloquée, l'exécutif demande la fin des manifestations

    En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

  • Vidéo : Dohuk, province du Kurdistan submergée par les déplacés irakiens

    En savoir plus

  • Présidentielle brésilienne : Dilma Rousseff, touchée mais pas coulée

    En savoir plus

  • Seulement 25 % de femmes au Sénat : à qui la faute ?

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes de Turquie tentent de rallier Kobani, assiégée par l’EI

    En savoir plus

  • La dette française dépasse pour la première fois les 2 000 milliards d'euros

    En savoir plus

EUROPE

Standard & Poor's dégrade la note de la France à "AA"

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/11/2013

Pour la deuxième fois depuis janvier 2012, l’agence de notation Standard & Poor’s a abaissé la note de la France à "AA", contre "AA+", en raison de la perte de marge de manœuvre financière du pays.

L'agence d'évaluation financière, Standard & Poor's, a dégradé  la note de la France, de "AA+" à "AA". Une deuxième dégradation en moins de deux ans, qui sanctionne, selon l’agence, la perte de marge de manœuvre financière du pays, en raison de son incapacité à se réformer davantage, notamment en raison d’un chômage élevé.

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a estimé vendredi que la note de la dette publique française restait "l'une des meilleures du monde".

Interrogé par France Bleu Provence lors d'un déplacement à Marseille, il a estimé que l'agence S&P n'avait "pas pris en compte toutes les réformes" dans son analyse, notamment celle, en cours d'adoption, des retraites.

"L'agence parle des perspectives. Certains pays ont des perspectives négatives, ce n'est pas le cas de la France", s'est par ailleurs félicité Jean-Marc Ayrault.

Cette nouvelle note attribuée à la France est la troisième meilleure possible dans la classification de S&P. Elle est assortie d’une perspective "stable", ce qui laisse présager d’un statu quo à court ou moyen terme.

En janvier 2012, S&P avait été la première grande agence internationale à priver la France de son "AAA", la meilleure évaluation possible du barème. Son analyse avait été partagée ensuite par ses concurrentes Moody's et Fitch Ratings.

Un communiqué de S&P motive cette décision, notamment car "la marge de manœuvre budgétaire de la France s'est réduite, alors (qu'il) la considér(ait) auparavant comme élevée au regard des pays comparables".

"Notamment, remarque l'agence, il nous semble que les pouvoirs publics disposent désormais d'une marge de manœuvre réduite pour augmenter les recettes", préalable nécessaire à la réduction de l'endettement du pays.

"Nous considérons que les mesures de politiques économiques mises en œuvre depuis depuis le 23 novembre 2012 [date à laquelle S&P avait confirmé la note du pays, NDLR] n'ont pas réduit de manière significative le risque, que le taux de chômage reste au-dessus de 10 % jusqu'en 2016", argumente l'agence.

Elle estime par ailleurs "que le niveau actuel du chômage amoindrit le soutien populaire en faveur de nouvelles réformes structurelles et sectorielles, et affecte les perspectives de croissance à plus long terme".

La perspective "stable" à laquelle la note de la France a été adossée implique que, selon l'agence, "les facteurs de risques pesant sur la qualité de crédit de la France s'équilibrent". La probabilité d'une nouvelle évolution de cette note au cours des deux années à venir est donc "inférieure à une sur trois", explique-t-elle.

Par ailleurs, la note accordée à la dette à court terme du pays reste fixée à "A-1+", soit la meilleure possible.

Avec dépêches

Première publication : 08/11/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Washington va porter plainte contre Standard & Poor’s pour son rôle dans la crise financière

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)