Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le hip-hop fusion à la française

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Tunisie se prépare à voter

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Sommet européen sur l'emploi : la croissance à l'ordre du jour

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • L'armée suédoise traque un introuvable sous-marin russe

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • François Hollande inaugure la Fondation Vuitton à Paris

    En savoir plus

  • Paris et Berlin s'entendent pour stimuler l'investissement en Europe

    En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Kate et William attendent leur deuxième enfant pour avril

    En savoir plus

  • Quand l’EI ne veut plus que ses militants postent de selfies

    En savoir plus

  • La crainte s'empare des Iraniennes après des attaques à l'acide

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

FRANCE

L'État va emprunter 4,5 milliards d'euros pour solder la dette du Crédit Lyonnais

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/11/2013

Le gouvernement a décidé d'anticiper le remboursement d'une dette de 4,5 milliards d'euros liée à la faillite du crédit Lyonnais, en empruntant sur les marchés financiers, a annoncé Bercy, dimanche, confirmant une information du "Parisien".

L'État va anticiper d'un an un emprunt de 4,5 milliards d'euros sur les marchés financiers pour solder la dette issue du naufrage du Crédit Lyonnais, rapporte dimanche 10 novembre le journal "Le Parisien", ce que confirme le ministère du Budget

"Il est bien prévu dans le projet de loi de finances rectificative une reprise de dette de l'EPFR" (Etablissement public de financement et de restructuration), un organisme créé dans les années 1990 afin d'organiser le soutien financier de l'État au plan de sauvetage du Crédit Lyonnais, a indiqué un porte-parole du ministère, qui a également confirmé le montant évoqué par le quotidien.

Un "point final" au volet financier

Précisément, un des articles de la loi de finances rectificative de 2013, qui doit être présentée mercredi en Conseil des ministres, "autorisera l'Agence France Trésor – le service de Bercy chargé de la dette – à emprunter 4,5 milliards d'euros sur les marchés financiers", avec pour objectif de rembourser "les dernières dettes générées par la quasi-faillite de cette banque publique en 1993". "Si le Parlement accepte la mesure, l'État mettra donc un point final au volet financier de ce naufrage industriel", souligne Le Parisien.

Pour sauver Le Crédit Lyonnais, l'État a créé en 1995 deux structures : le Consortium de réalisation (CDR), qui était chargé de vendre des actifs du Crédit Lyonnais, et l'EPFR, qui avait emprunté à l'époque 130 milliards de francs (environ 19,8 milliards d'euros) à l'établissement bancaire, rappelle le journal. Il reste aujourd'hui une traite de 4,5 milliards d'euros à régler avant le 31 décembre 2014.

"On anticipe d'un an sur l'échéance car les conditions de financement sont favorables", a expliqué le porte-parole, faisant valoir qu'il s'agissait d'"une solution conforme à l'intérêt des finances publiques".

La justice poursuit son enquête sur l'arbitrage

Cependant le feuilleton judiciaire de ce dossier se poursuit, notamment le dossier Adidas et l'arbitrage controversé qui avait accordé 403 millions d'euros à l'homme d'affaires Bernard Tapie pour solder son contentieux avec le Crédit Lyonnais.

Avec un montage complexe, la banque avait racheté Adidas à Bernard Tapie dans la première moitié des années 90 avant de revendre l'équipementier à Robert Louis-Dreyfus. Bernard Tapie s'était estimé floué et a attaqué en justice pour demander une compensation. Ce qui a donné lieu à un arbitrage et 403 millions d'euros de compensation.

Mais la justice enquête désormais sur cet arbitrage, qu'elle soupçonne d'être une "escroquerie en bande organisée" qui mêlerait Bernard Tapie, son avocat Me Maurice Lantourne, le juge arbitre Pierre Estoup ou encore le patron d'Orange Stéphane Richard, ex-directeur de cabinet de Christine Lagarde alors ministre de l'Économie et des finances.

Avec dépêches

Première publication : 10/11/2013

  • FRANCE

    Bernard Tapie prévient qu'il "va se battre" contre "le vol" de ses biens

    En savoir plus

  • JUSTICE

    Arbitrage : Bernard Tapie dénonce un complot visant Nicolas Sarkozy

    En savoir plus

  • FRANCE

    Arbitrage : Bernard Tapie mis en examen pour escroquerie en bande organisée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)