Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

FRANCE

Marine Le Pen recrute un ancien proche de Juppé pour diriger son cabinet

© AFP

Texte par Yona HELAOUA

Dernière modification : 10/11/2013

Philippe Martel, un énarque qui a travaillé pour des personnalités de droite comme Alain Juppé ou Jacques Chirac est depuis peu le chef de cabinet de Marine Le Pen. Dans le Journal du Dimanche, il raconte son arrivée au Front national.

Il a franchi le pas, de la droite à l’extrême droite. Le Front national (FN) a annoncé mercredi 6 novembre que Philippe Martel, un ancien collaborateur d’Alain Juppé, est devenu le chef de cabinet de Marine Le Pen.

Cet énarque de 58 ans, ancien cadre du RPR qu’il a quitté en 1997, a notamment travaillé pour Jacques Chirac à la mairie de Paris et pour Alain Juppé au Quai d’Orsay. Il a rejoint le Front national avant les vacances d’été et a fait la connaissance de Marine Le Pen via un ami commun, Paul-Marie Coûteaux. "Le courant est bien passé. J’ai rédigé quelques notes pour elle. Cet automne, elle m’a proposé d’intégrer son cabinet. J’ai accepté", raconte-t-il au Journal du Dimanche (JDD).

Philippe Martel considère que le Front national fait l’objet d’une exclusion injuste du débat démocratique. Celui qui affirme ne pas croire "une seconde à un quelconque danger fasciste" de la part de ce parti assure au JDD qu’on "ne trouvera pas la moindre trace d’antisémitisme ou de racisme" en lui.

Alors comment se définit-il ? "Je suis un gaulliste chez Marine Le Pen", déclare-t-il encore, expliquant que ses opinions politiques ont finalement peu changé, excepté à propos de l’Europe : "Mon mea culpa, c’est d’avoir voté le traité de Maastricht. Je n’avais pas compris que la République française allait devenir un simple ‘État membre’." Autre ennemi selon lui : l’immigration, "un énorme problème économique, social et culturel", peut-on encore lire dans le JDD.

Pour le Front national, recruter une personnalité comme Philippe Martel a ses avantages : l’homme se dit encore ami avec "d’anciens ministres, membres de cabinet ou fonctionnaires". Il confirme : "J’apporte mon expérience, mon carnet d’adresses, et j’espère pouvoir aider Marine Le Pen à parachever la transformation de son mouvement en parti de gouvernement."

Première publication : 10/11/2013

  • POLÉMIQUE

    Le racisme est-il devenu politiquement correct en France ?

    En savoir plus

  • INTERNET

    Twitter se gausse de Marine Le Pen et de ses propos sur la barbe des ex-otages

    En savoir plus

  • POLITIQUE FRANÇAISE

    Droit du sol : quand Copé braconne sur les terres du Front national

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)