Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

FRANCE

Marine Le Pen recrute un ancien proche de Juppé pour diriger son cabinet

© AFP

Texte par Yona HELAOUA

Dernière modification : 10/11/2013

Philippe Martel, un énarque qui a travaillé pour des personnalités de droite comme Alain Juppé ou Jacques Chirac est depuis peu le chef de cabinet de Marine Le Pen. Dans le Journal du Dimanche, il raconte son arrivée au Front national.

Il a franchi le pas, de la droite à l’extrême droite. Le Front national (FN) a annoncé mercredi 6 novembre que Philippe Martel, un ancien collaborateur d’Alain Juppé, est devenu le chef de cabinet de Marine Le Pen.

Cet énarque de 58 ans, ancien cadre du RPR qu’il a quitté en 1997, a notamment travaillé pour Jacques Chirac à la mairie de Paris et pour Alain Juppé au Quai d’Orsay. Il a rejoint le Front national avant les vacances d’été et a fait la connaissance de Marine Le Pen via un ami commun, Paul-Marie Coûteaux. "Le courant est bien passé. J’ai rédigé quelques notes pour elle. Cet automne, elle m’a proposé d’intégrer son cabinet. J’ai accepté", raconte-t-il au Journal du Dimanche (JDD).

Philippe Martel considère que le Front national fait l’objet d’une exclusion injuste du débat démocratique. Celui qui affirme ne pas croire "une seconde à un quelconque danger fasciste" de la part de ce parti assure au JDD qu’on "ne trouvera pas la moindre trace d’antisémitisme ou de racisme" en lui.

Alors comment se définit-il ? "Je suis un gaulliste chez Marine Le Pen", déclare-t-il encore, expliquant que ses opinions politiques ont finalement peu changé, excepté à propos de l’Europe : "Mon mea culpa, c’est d’avoir voté le traité de Maastricht. Je n’avais pas compris que la République française allait devenir un simple ‘État membre’." Autre ennemi selon lui : l’immigration, "un énorme problème économique, social et culturel", peut-on encore lire dans le JDD.

Pour le Front national, recruter une personnalité comme Philippe Martel a ses avantages : l’homme se dit encore ami avec "d’anciens ministres, membres de cabinet ou fonctionnaires". Il confirme : "J’apporte mon expérience, mon carnet d’adresses, et j’espère pouvoir aider Marine Le Pen à parachever la transformation de son mouvement en parti de gouvernement."

Première publication : 10/11/2013

  • POLÉMIQUE

    Le racisme est-il devenu politiquement correct en France ?

    En savoir plus

  • INTERNET

    Twitter se gausse de Marine Le Pen et de ses propos sur la barbe des ex-otages

    En savoir plus

  • POLITIQUE FRANÇAISE

    Droit du sol : quand Copé braconne sur les terres du Front national

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)