Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Arabie saoudite impose sa stratégie à l'Opep

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Nouvelle affaire d'enlèvement au Mexique : la mère d'une victime témoigne

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

DÉBAT

Exclusif : François Hollande s'exprime sur France 24 - RFI - TV5 Monde (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Exclusif : François Hollande s'exprime sur France 24 - RFI - TV5 Monde

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Football : une sanction démesurée pour Brandao ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Tchéky Karyo

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des Arts du couturier Elie Saab

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Jacques Attali, président de PlaNet Finance

En savoir plus

Amériques

Nucléaire iranien : "Vive la France !", tweete le républicain John McCain

© AFP

Vidéo par Philippe GASSOT

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/11/2013

Deux sénateurs républicains, dont le célèbre John McCain, ont remercié la France, dimanche, pour son blocage des négociations sur le nucléaire iranien à Genève. Sur Twitter, John McCain a félicité Paris et terminé son message par "Vive la France !"

C’est un tweet qui n’est pas passé inaperçu. Dimanche 10 novembre, le sénateur républicain John McCain s’est écrié "Vive la France !", en français dans le texte, sur le site de microblogging Twitter.

Un message chaleureux qui vient féliciter la position de Paris lors des négociations sur le nucléaire iranien à Genève : la diplomatie française a en effet empêché la signature d’un accord samedi soir, malgré les critiques de plusieurs autres négociateurs occidentaux. "La France a eu le courage d'empêcher un mauvais accord sur le nucléaire iranien", a ainsi déclaré John McCain.

Lindsey Graham remercie la France

"Dieu merci pour la France, Dieu merci pour ce refus d'un accord", a lancé de son côté le sénateur républicain Lindsey Graham sur CNN. "Voilà des mots qu'on n'a pas entendus depuis bien longtemps, mais laissez-moi vous expliquer : ils (les Français) sont en train de très bien prendre la main au Proche-Orient", a-t-il ajouté.

Selon ce sénateur, un texte sera présenté la semaine prochaine au Congrès américain. Il comportera quatre exigeances, a expliqué Lindsey Graham : l'arrêt de l'enrichissement (d'uranium), le démantèlement des centrifugeuses, l'arrêt de la construction d'un réacteur à plutonium et l'autorisation du contrôle par la communauté internationale de tout le cycle iranien (du combustible)". "Notre but, a fait valoir le sénateur, est d'obtenir un accord sur le long terme. Nous ne voulons pas nous retrouver avec une Corée du Nord au Proche-Orient."

La France, pays le plus belliciste au Proche-Orient ?

La position de la France dans ce dossier suscite des interrogations à Washington. "Avec cette intervention de dernière minute, la France a une nouvelle fois fait la preuve qu'elle était devenue, ces dernières années, le pays occidental le plus belliciste au Proche-Orient et dans les États voisins", a déclaré à l'AFP Hussein Ibish, expert auprès du Centre de réflexion American Task Force on Palestine. "La France a poussé pour l'intervention en Libye, a envahi et sauvé le Mali, était la plus enthousiaste à l'idée de frapper la Syrie, et sur l'Iran, c'est elle qui a refusé de signer un accord".

Pour Alireza Nader, expert auprès de Rand Corporation, l'initiative française n'a rien de "nouveau". "Les négociations précédentes entre l'Iran et le groupe des 5+1, dont la France fait partie, contenaient les mêmes demandes qu'aujourd'hui. Il est frappant de constater que beaucoup de personnes sont surprises. La question est plutôt de savoir pourquoi la France a-t-elle pris cette position à ce moment-là ?".

La suite des négociations est prévue le 20 novembre.

Avec dépêches

Première publication : 10/11/2013

  • DIPLOMATIE

    Nucléaire iranien : les négociations reprendront le 20 novembre

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Nucléaire iranien : l'intransigeance de la France critiquée à Genève

    En savoir plus

  • CHRONOLOGIE

    Retour sur une décennie de crise avec l'Iran

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)