Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le loup et l'agneau"

En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au PSG

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

Moyen-orient

Nucléaire iranien : les négociations reprendront le 20 novembre

Catherine Ashton et Mohammad Javad Zarif

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/11/2013

À Genève, malgré trois jours d'intenses négociations, les diplomates occidentaux et iraniens ne sont pas parvenus, samedi soir, à trouver un accord sur le programme nucléaire de Téhéran. Les pourparlers doivent reprendre le 20 novembre.

Les négociations se sont poursuivies tard samedi 9 novembre au soir. En vain. Malgré trois jours d'intenses négociations à Genève entre l'Iran et six grandes puissances mondiales, il n’y a pas eu d’accord sur le programme nucléaire iranien. Une nouvelle réunion est programmée le 20 novembre avec la volonté d'aboutir, ont annoncé la chef de la diplomatie de l'Union européenne Catherine Ashton et le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif. D'ici là, le groupe 5+1 (États-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne, plus l'Allemagne), l'Iran et l'UE se sont engagés à ne rien dévoiler du contenu de leurs discussions par souci d'efficacité.

Le président iranien Hassan Rohani a déclaré dimanche que son pays ne renoncerait pas à ses "droits nucléaires", y compris l'enrichissement d'uranium, ont rapporté les médias après l'annonce de l'absence d'un accord avec les grandes puissances à Genève.

"Il y a des lignes rouges qui ne doivent pas être franchies", a-t-il dit devant le Parlement, dominé par les conservateurs.

"Les droits de la nation iranienne et nos intérêts nationaux représentent une ligne rouge, de même que les droits nucléaires dans le cadre des régulations internationales, ce qui inclut l'enrichissement (d'uranium) sur le sol iranien", a-t-il ajouté.

(AFP)

Commencée jeudi au niveau des hauts fonctionnaires, la réunion a vu vendredi débarquer en urgence les chefs de la diplomatie, le secrétaire d'État américain John Kerry interrompant une tournée au Proche Orient, suivi de l'Allemand Guido Westerwelle, du Britannique William Hague et du Français Laurent Fabius. Le Russe Sergueï Lavrov et le Chinois Li Baodong, vice-ministre des Affaires étrangères, sont arrivés plus tard.

La réunion a suscité beaucoup d'espoir, mais les négociations ont buté les deux derniers jours sur les exigences de clarification de certains participants, en particulier la France, dans la rédaction d'un accord temporaire de six mois, première étape "vérifiable" vers un accord permanent. 

Avec cet accord, l'Iran pouvait espérer un allègement "limité et réversible" de certaines sanctions. En particulier celles qui ont abouti au gel des avoirs iraniens dans des banques de pays tiers.

Laurent Fabius a été le premier à annoncer l'absence d'accord, soulignant qu'il restait beaucoup de chemin à faire. Selon Paris, des clarifications sont nécessaires sur trois points principaux : la centrale d'Arak, la fabrication de plutinium, le devenir du stock d'uranium enrichi à 20 % et plus généralement la question de l'enrichissement.

Kerry salue les "progrès accomplis"

De Téhéran, le président iranien Hassan Rohani, dans un effort de dernière minute, a appelé à ne pas manquer cette "occasion exceptionnelle" d'avancer, après dix ans de confrontation, sans succès. L'échec ne semble pourtant pas irrémédiable, de l'avis des participants, qui ont tous salué dans la nuit de samedi à dimanche les progrès réalisés.

"Il y a eu plusieurs moments, ces dernières années, où on a été sur la brèche. Mais maintenant nous sommes plus proches d'une solution raisonnable que nous ne l'avons été depuis des années", a ainsi affirmé le ministre allemand Guido Westerwelle.

Mohammad Javad Zarif, le ministre iranien, très investi dans la négociation, a affirmé ne "pas être déçu" en dépit de l'absence d'accord. "Nous travaillons ensemble et heureusement nous allons être capables de parvenir à un accord quand nous nous rencontrerons à nouveau", a-t-il dit, avec un sourire un peu forcé.

John Kerry a de son côté salué "les progrès accomplis" dans les négociations, estimant qu'on était maintenant "plus proche d'un accord". "Les États-Unis sont déterminés à ce que l'Iran n'acquière pas d'armes nucléaires", a aussi souligné le secrétaire d’État américain après les inquiétudes exprimées au plus haut niveau par Israël.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a tempêté contre un "marché de dupes" et assuré qu'Israël ne se sentirait pas engagé par cet accord et assurerait seul sa défense. Israël a plusieurs fois mis en garde les grandes puissances contre un éventuel accord avec l'Iran qui ne permettrait pas de démanteler son programme nucléaire.

Avec dépêches

Première publication : 10/11/2013

  • DIPLOMATIE

    Nucléaire iranien : l'intransigeance de la France critiquée à Genève

    En savoir plus

  • CHRONOLOGIE

    Nucléaire iranien : retour sur une décennie de crise

    En savoir plus

  • IRAN

    Netanyahou : tout accord sur le nucléaire iranien serait "une erreur historique"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)