Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

Asie - pacifique

Typhon Haiyan : les autorités philippines craignent que le bilan dépasse 10 000 morts

© AFP

Vidéo par Valériane GAUTHIER

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/11/2013

Le typhon Haiyan, l'un des plus violents depuis des décennies, a ravagé la province de Leyte, dans le centre des Philippines, où il aurait fait au moins 10 000 morts, selon un chef de la police régionale.

Le typhon Haiyan, l’un des plus puissants sans doute jamais enregistrés, a fait au moins 10 000 morts dans la province de Leyte, dans le centre des Philippines, a déclaré dimanche l’un des chefs de la police régionale. Le cyclone a détruit 70 à 80 % des régions qu’il a traversées vendredi et samedi, a précisé le commissaire Elmer Soria.

Des vagues hautes de cinq à six mètres charriant des débris ont rasé des maisons et noyé des centaines de personnes. Des vents atteignant 275 km/h ont été enregistrés et la montée des eaux a englouti des localités situées jusqu’à un kilomètre à l’intérieur des terres.

"Nous avons eu une réunion la nuit dernière avec le gouverneur et les autres responsables. Le gouverneur a dit que selon les estimations, 10 000 personnes sont mortes", a expliqué le commissaire Soria. "Les dégâts sont énormes." Le précédent bilan fourni par les autorités faisait état de plus de 1 200 morts, dont mille dans la seule province de Leyte. Ni l’agence nationale des secours, ni le gouvernement, n’ont confirmé le nouveau décompte. Située dans la province de Leyte, à 580 km au sud-est de Manille, la ville de Tacloban, qui compte 220 000 habitants, a subi les plus gros dégâts.

Le typhon a laissé dans son sillage des zones inondées où flottent des cadavres, des routes encombrées par les chutes d’arbres ou de pylônes, des maisons détruites. "Vu d’un hélicoptère, on voit l’étendue de la dévastation. À partir du rivage et jusqu’à un kilomètre à l’intérieur des terres, il n’y a plus une structure debout. C’était comme un tsunami", a déclaré le ministre de l’Intérieur philippin Manuel Roxas. "Je ne sais pas comment décrire ce que j’ai vu. C’est terrifiant." Le ministre a précisé avoir dépêché des patrouilles sur place pour empêcher des pillages par des habitants désespérés à la recherche d’eau ou de nourriture.

"Les morts sont partout"

"Il y a des pillages dans les centres commerciaux et les supermarchés. Ils prennent tout, même l’électroménager, les télévisions, qu’ils échangeront ensuite contre de la nourriture", a déclaré Tecson John Lim, un responsable de la municipalité de Tacloban. "Nous n’avons pas assez d’hommes. Nous avons 2 000 employés mais seulement une centaine sont venus travailler. Tout le monde est resté près de sa famille." Ce responsable précise que la ville n’a récupéré que 300 à 400 corps, mais juge plausible le bilan de 10 000 morts. "Les morts sont dans les rues, dans leurs maisons, ils sont sous les gravats, ils sont partout", a-t-il dit.

Les agences humanitaires sont déjà occupées aux Philippines par deux importantes opérations de secours, l'une dans la province centrale de Bohol depuis qui a connu séisme de magnitude 7,2 le mois dernier, l'autre dans la province méridionale de Zamboanga, où le conflit en cours a fait de nombreux déplacés.

Le Programme alimentaire mondial a annoncé l’envoi par avion de 40 tonnes de biscuits énergétiques, assez pour nourrir 120 000 personnes pour une journée, ainsi que de l’équipement de télécommunication.

L’aéroport de Tacloban a été pratiquement détruit par la montée des eaux de mer qui ont envahi les lieux, détruisant les vitres de la tour de contrôle, rasant le terminal et renversant les véhicules garés à proximité. Selon Efren Nagrama, directeur de l’aéroport, le niveau des eaux est monté de quatre mètres environ.

"Nous nous sommes échappés par les fenêtres et je me suis accroché à un pylône pendant une heure pendant que la pluie, le vent, les eaux de mer balayaient l’aéroport. Une partie du personnel a survécu en s’agrippant à des arbres. J’ai prié très fort tout le temps, jusqu’à ce que les eaux refluent", a-t-il témoigné.

Avec dépêches

 

Première publication : 10/11/2013

  • CLIMAT

    Vietnam : plus de 600 000 personnes évacuées à l'approche du typhon Haiyan

    En savoir plus

  • CLIMAT

    Vidéo : le typhon le plus violent au monde frappe les Philippines

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)