Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

Best Of de l'été - l'enfer d'une prison grecque et un hôpital sous les bombes au Soudan

En savoir plus

DÉBAT

La Libye s'enfonce dans le chaos

En savoir plus

#ActuElles

Une femme imam ? Oui, c'est possible en Chine!

En savoir plus

#ActuElles

Riches Émiratis cherchent épouses indiennes pour un mois

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH17 en Ukraine : l'enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Gringos"

En savoir plus

SUR LE NET

Mobilisation en ligne pour les chrétiens d'Irak

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"N'oublions pas la Syrie"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libye : Un incendie "hors de contrôle" menace Tripoli

En savoir plus

  • Vidéo : le principal hôpital de Gaza touché par des bombardements

    En savoir plus

  • Le parquet de Paris dément avoir ouvert une enquête sur la campagne de Sarkozy

    En savoir plus

  • Vidéo : le tourisme au secours des gorilles du Rwanda

    En savoir plus

  • Société Générale : Jérôme Kerviel bénéficiera d’un aménagement de peine

    En savoir plus

  • À Gaza, Israël s’attaque aux symboles du Hamas

    En savoir plus

  • Vidéo : la chute du vol AH5017 a été "vertigineuse", selon Ouagadougou

    En savoir plus

  • Un maire FN devant la justice pour avoir repeint une œuvre en bleu

    En savoir plus

  • Un incendie hors de contrôle menace Tripoli d’une "catastrophe humaine"

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Aïd meurtrier à Gaza, Netanyahou annonce une "longue campagne"

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

Afrique

Échec des pourparlers entre la RD Congo et le M23

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/11/2013

Alors que la cérémonie était prévue lundi, la RD Congo et le M23 ont reporté sine die la signature d'un accord de paix. Les deux parties sont en désaccord sur la dénomination du texte, "accord de paix" ou "déclaration".

C'est un nouvel échec. La République démocratique du Congo (RD Congo) et les rebelles congolais du M23 n'ont pas signé d'accord de paix lundi 11 novembre, a annoncé le gouvernement ougandais. La cérémonie de signature qui était prévue ce lundi à 15h GMT a donc été reportée et aucune nouvelle date n'a été fixée. 

Selon le ministre ougandais des Affaires étrangères, Okello Oryem, les deux parties sont en désaccord sur la dénomination du texte. "Ce qui achoppe, c'est que les parties en présence ne peuvent s'entendre sur le fait qu'il s'agit d'un 'accord de paix' ou d'une 'déclaration'. Ils sont d'accord sur le contenu, mais pas sur la dénomination de ce qu'ils signent. Le gouvernement de RDC dit être venu ici pour signer une déclaration", a précisé le ministre.

À Kinshasa, le porte-parole du gouvernement Lambert Mende a déclaré ne pas étre "étonné" par l'annonce faite à Kampala. "Nous, nous voulons signer une déclaration, mais le facilitateur s'entête pour une raison que nous ne connaissons pas et veut nous imposer un accord. (...) Il devient le problème. Au lieu d'être une solution. (...) S'il changeait d'avis, même cette nuit, nous pourrions signer", a-t-il confirmé.

Le sort des combattants du M23 en suspens

Le Mouvement du 23 mars (M23), rébellion de Tutsi congolais, a été mis en déroute la semaine dernière par l'armée congolaise, appuyée par une brigade d'intervention de l'ONU, après avoir sévi 18 mois dans la riche province minière du Nord-Kivu. Des dizaines d'autres groupes armés continuent de terroriser les populations locales dans les montagnes de l'est de la RDC.

Le document qui aurait dû être signé lundi devait notamment fixer le sort des quelque 1700 combattants du M23 - un chiffre avancé par Kampala, remis en question par certains observateurs - réfugiés dans des camps en Ouganda. Une centaine de rebelles blessés ont également fui au Rwanda, accusé, comme l'Ouganda, de soutenir la rébellion.

Le cas de certains commandants est cependant compliqué, notamment celui du chef militaire Sultani Makenga, accusé d'avoir commis des atrocités : massacres, viols, enrôlements d'enfants, et qui figure sur des listes de sanctions onusienne et américaine.

Avec dépêches
 

Première publication : 11/11/2013

  • RD CONGO

    M23, Kabila, Kagame, Monusco : le who's who de la crise au Nord-Kivu

    En savoir plus

  • GUERRE DU KIVU

    RD Congo : la fin du M23, un espoir de paix au Kivu ?

    En savoir plus

  • RD CONGO

    Défait par les troupes de Kinshasa, le M23 met "un terme à sa rébellion"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)