Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"Magic on the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prisonnier Pistorius"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mort d'un patron baroque"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Quel(s) patron(s) pour Total ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

DÉBAT

Les patrons de l'énergie française à l'heure de la transition

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

SPORT

Égypte : un attaquant d’Al-Ahly suspendu pour son soutien aux Frères musulmans

© Capture d'écran Al-Jazira.

Texte par Yann BUXEDA

Dernière modification : 12/11/2013

Le club d'Al-Ahly, tout récent vainqueur de la Ligue des champions d'Afrique, est en proie à une polémique dont il se serait bien passé. Son attaquant Ahmed Abdel Zaher a été suspendu lundi pour avoir affiché son soutien aux pro-Morsi.

Dimanche, le club Al-Ahly a de nouveau confirmé sa suprématie sur le football africain. Tombeur des Orlando Pirates (Afrique du Sud) 2 buts à 0 en finale retour de la Ligue des champions, les Égyptiens ont remporté la prestigieuse compétition continentale pour la deuxième fois consécutive. Un succès qui étoffe un peu plus le plus beau palmarès d’Afrique, avec huit titres majeurs au compteur.

La joie aurait pu être totale mais depuis dimanche, le club est plongé dans une affaire qui vient ternir ce beau succès. Lundi 11 novembre, Al-Ahly a décidé de suspendre son attaquant Ahmed Abdel Zaher, auteur du second but de son équipe la veille. En cause, la célébration du joueur, qui a profité de l’événement pour faire, face aux caméras, le signe de ralliement des partisans du président islamiste déchu Mohamed Morsi.

Après avoir marqué le but du break pour Al-Ahly, l’avant-centre a tendu quatre doigts en l’air, symbole des partisans pro-Morsi, dont le leader a été destitué par l’armée le 3 juillet. Ces quatre doigts symbolisent la place Rabaa, dont le nom signifie "quatrième" en arabe. C’est en ces lieux que des centaines de partisans de l’ancien président ont été abattus le 14 août, lors d’un assaut de l’armée sur leur campement.

Le joueur, au centre de la polémique, a tenté de désamorcer la situation. "Je l'avais fait mais ce n'était pas mon intention de provoquer une controverse politique. Mon seul but était d'honorer les martyrs, à la fois chez les civils et dans la police", a-t-il expliqué, selon des propos rapportés par le site d'information sportive filgoal.com.

Lourde suspension en vue ?

La direction d’Al-Ahly n’a pas tardé à réagir, annonçant que le joueur serait suspendu pour le Mondial des clubs, qui se tiendra du 11 au 21 décembre au Maroc. Plusieurs membres du comité directeur ont par ailleurs confirmé à l’AFP que cette décision était en attente de confirmation par le conseil d'administration du club.

Mais la sanction à l’endroit d’Ahmed Abdel Zaher pourrait être bien plus sévère, à l’image de celle qui avait frappé l’athlète de kung-fu Mohamed Youssef dans des circonstances comparables. Youssef, qui avait fièrement arboré un t-shirt frappé du symbole des pro-Morsi lors de la remise de sa médaille d’or aux championnats du monde de kung-fu 2013 en Russie, avait écopé de deux ans de suspension.

Dans un communiqué, le ministre des Sports Taher Abouzeid, a déclaré qu’il "attendait" que la Fédération nationale de football "suspende et donne une amende à Abdel Zaher, comme ce fut le cas pour l'athlète de kung-fu Mohamed Youssef".

"Le ministère lui-même ne peut pas prendre cette décision, mais les institutions concernées le peuvent", a-t-il martelé.

Depuis la chute du président Mohamed Morsi le 3 juillet, l’Égypte est plongée dans une grave crise politique et sociale. Les islamistes, chassés du pouvoir par l’armée, sont durement réprimés et plus d’un millier de personnes ont été tuées dans des heurts avec les forces de sécurité.

L’armée a également procédé à l’interpellation de plusieurs milliers de personnes, parmi lesquels les principaux dirigeants des Frères musulmans, mouvement dont est issu l’ex-président Mohamed Morsi.


 

Première publication : 12/11/2013

  • QATAR

    La statue du coup de tête de Zidane déboulonnée à Doha

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Éliminatoires Mondial-2014 : bras de fer entre Al-Jazira et la télévision algérienne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)