Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

SUR LE NET

Wikileaks dénonce les États utilisant des logiciels espions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La confiance en peau de chagrin"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

"La grève à Air France doit s'arrêter"

En savoir plus

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG se frotte au mythique Ajax

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Zinedine Zidane se verrait bien un jour sélectionneur des Bleus

    En savoir plus

  • Un obus tiré de Gaza vers Israël, le premier depuis la trêve

    En savoir plus

Afrique

L'Égypte lève l'état d'urgence en vigueur depuis trois mois

© AFP

Vidéo par Antoine MARIOTTI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/11/2013

Un tribunal égyptien a levé mardi l'état d'urgence imposé depuis trois mois dans le pays. Le gouvernement a affirmé qu'il entendait se conformer à cette décision, entrée en vigueur après la flambée de violences envers les pro-Morsi.

Un tribunal égyptien a statué que l'état d'urgence, imposé depuis trois mois en Égypte, avait expiré mardi 12 novembre. Le gouvernement a pour sa part affirmé, dans un communiqué, qu'il "s'engageait à appliquer la décision de justice et attendait de recevoir une copie de l'arrêt pour l'exécuter".

L’état d’urgence, qui permet aux autorités de procéder à des arrestations et des perquisitions sans mandat, avait été décrété par le président par intérim, Adly Mansour, le 14 août dernier à la suite de l'intervention des forces de sécurité contre les campements des partisans du président islamiste Mohamed Morsi, renversé par l'armée début juillet. Au moins un millier de personnes ont été tuées, essentiellement des pro-Morsi, le 14 août et dans les jours qui ont suivi.
Censé durer un mois, l'état d'urgence avait été prolongé de deux mois le 12 septembre.

L’état d’urgence, symbole de "lois répressives"

L'état d'urgence a été imposé de façon quasi-permanente en Égypte depuis des décennies, avant sa levée le 31 mai 2012. Sa remise en place était importante d'un point de vue symbolique, a estimé Heba Morayef, responsable de Human Rights Watch en Égypte. "Le ministère de l'Intérieur semble avoir la conviction que les lois répressives ont un effet de dissuasion", a-t-elle dit.

Le président par intérim doit promulguer bientôt par décret de nouvelles régulations des rassemblements, qui sont perçues comme des restrictions à la liberté de manifester et de faire grève et qui ont déjà suscité de vives réactions de mécontentement, même parmi les membres du gouvernement et ses partisans.

Les partisans de M. Morsi, premier président élu démocratiquement en Égypte, appellent régulièrement à manifester, en particulier le vendredi, à l'issue de la prière musulmane hebdomadaire, même si la répression a limité leur capacité à mobiliser massivement.

Les États-Unis saluent la mesure mais demeurent inquiets

Mardi, les États-Unis ont salué la levée annoncée de l'état d'urgence et du couvre-feu, tout en exprimant leurs "inquiétudes" face aux projets des autorités égyptiennes de "légiférer en matière de sécurité". "Nous exhortons le gouvernement à respecter les droits de tous les Égyptiens, ce qui implique d'assurer que tous les Égyptiens puissent exercer dans le calme leur liberté de rassemblement et d'expression", a déclaré la porte-parole du département d'État, Jennifer Psaki.

Outre les pouvoirs élargis des forces de l'ordre, l'état d'urgence a permis au gouvernement d'assigner l'ancien président Hosni Moubarak, actuellement jugé pour complicité dans le meurtre de manifestants début 2011, à résidence dans un hôpital militaire du Caire. Hosni Moubarak avait été libéré de prison en septembre. Mais il pourrait être de nouveau incarcéré, le gouvernement ayant amendé une loi allongeant la durée de détention provisoire.

Avec dépêches

Première publication : 12/11/2013

  • DROITS DES FEMMES

    Les femmes, premières victimes des révolutions arabes

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Procès Morsi : "Je suis le président de la République d'Égypte"

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Les juges du procès du chef des Frères musulmans se récusent

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)