Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Culture

Fermeture de la manufacture Pleyel : "la mort d'un symbole"

© AFP

Vidéo par FRANCE 3

Texte par Joseph BAMAT

Dernière modification : 13/11/2013

Deux cent ans après sa création, l'illustre manufacture des pianos Pleyel fermera ses portes à Saint-Denis, près de Paris. La marque préférée de Chopin n'a pas su résister à la concurrence étrangère, notamment asiatique.

C’est un Requiem qui résonne pour les pianos Pleyel. La marque française de pianos la plus prestigieuse au monde arrêtera sa production d’ici la fin de l’année. Fondée en 1807 et rendue célèbre par les compositeurs Chopin, Franz Liszt, Claude Debussy ou encore Maurice Ravel, la société cesse l'activité de sa manufacture en banlieue parisienne.

"L'entreprise Pleyel confirme la fermeture de l'atelier de production de Saint-Denis, qui emploie 14 salariés, compte tenu de la situation de pertes récurrentes, et du très faible niveau d'activité", a annoncé, mardi 16 novembre, le président de la manufacture, Bernard Roques, dans un communiqué.

"Une première solution permettant d'assurer la poursuite d'une certaine partie de la production n'a pas abouti. Compte tenu du niveau des stocks des produits finis, le maintien de l'activité commerciale est assuré. Des solutions alternatives seront recherchées", a-t-il ajouté.

La disparition de cette marque, considérée comme "la Ferrari du piano", et si emblématique du savoir-faire français, a déclenché une vague de stupeur au sein des amateurs de musique classique, et dans les médias nationaux.

"Bien entendu, j’ai eu un pincement au cœur en apprenant cette nouvelle", a ainsi confié à FRANCE 24, Jean-Jacques Trinques, auteur d’un livre sur l’histoire des pianos Pleyel. "Il n’y avait plus de grande usine depuis des années, mais cela est triste, car c’est la mort d’un symbole", ajoute ce spécialiste, dont le grand-père était apprenti aux ateliers Pleyel à Saint-Denis dans les années 1920, quand le site s'étendait alors sur 50 000 m2.

Un long déclin

L’annonce de la fermeture de la manufacture est le dernier et triste chapitre d’un long déclin. La société Pleyel avait déjà connu une chute brutale au début des années 1930, après la crise de 1929. L’entreprise avait ensuite été ressuscitée par des investisseurs, qui d’après Jean-Jacques Trinques, étaient plus intéressés par les retombées financières de la marque,  que par les avancées techniques en matière d’instruments.

Au cours des années 1960, ce fleuron musical français est passé entre plusieurs mains. La production avait été délocalisée en Allemagne, puis rapatriée dans le sud de la France à Alès, dans le Gard, dans les années 1990. En 2000, c’est finalement l’entrepreneur français, Hubert Martigny, qui a racheté la marque avec l’espoir de lui faire retrouver sa grandeur d’antan. Mais la compétition féroce venue du Japon, de la Chine et de la Corée du Sud a rendu difficile ce sauvetage. Alors que les pianos asiatiques sont produits à la chaîne, la fabrication d’un instrument Pleyel nécessite 5 000 pièces, près de 1 000 heures et travail et 20 artisans différents.

Face à cette concurrence, lors de la réimplantation du groupe en 2007 à Saint-Denis, Hubert Martigny a décidé de se concentrer sur quelques rééditions, et sur des pianos personnalisés pour une clientèle très sélecte. "Martigny a juste voulu se faire plaisir avec cette affaire", estime Jean-Jacques Trinques. Mais la production, limitée à une vingtaine de pianos annuels, ne s'est pas révélée suffisante. L’homme d’affaires a finalement jeté l’éponge en début d’année, en cédant son projet fétiche à l’investisseur Didier Calmels, qui a lui-même mis un terme à la production.

Reportage dans les ateliers Pleyel

Manufacture Pleyel: visite à l'Atelier 1 par beethovenof

Quel futur pour Pleyel ?

Malgré cette fermeture, l’héritage de la société Pleyel, auquel l’État avait attribué le label "Entreprise du patrimoine vivant", n’est pas près de tomber dans l’oubli. À Paris, son nom est associé à une célèbre salle de concert, ainsi qu’à une station de métro.

La marque est également indissociable du compositeur Chopin, qui chérissait ses pianos au point de ne jouer qu'exclusivement sur l’un de ces instruments, et dans la salle Pleyel, lors de ses passages à Paris. En retour, il avait toujours à sa disposition, et grâcieusement, ces pianos français.

Passionné par ce savoir faire, Jean-Jacques Trinques veut croire en un possible retour de la marque Pleyel dans le futur. "J’espère que ces pianos seront construits, un jour, de nouveau en France", déclare-t-il, tout en ajoutant craindre une réapparition des pianos Pleyel, "mais avec un Made in China" gravé sur le côté.

Première publication : 13/11/2013

  • OPÉRA 2.0

    Une cantatrice japonaise virtuelle donne ses premiers concerts à Paris

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Le violon du "Titanic" adjugé pour plus d’un million d’euros

    En savoir plus

  • MUSIQUE

    Le Libanais Wadih el-Safi, géant de la chanson arabe, décède à 92 ans

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)