Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Burundi, le leader de l'opposition, qui avait appelé au boycott, élu vice-président de l'assemblée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Calais: la porte mortelle vers "l'Eldorado"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Faut-il copier la Silicon Valley ?

En savoir plus

FOCUS

Au Bangladesh, les assassinats de libres-penseurs se multiplient

En savoir plus

L'ENTRETIEN

François Morin : "28 banques ont la capacité de déstabiliser le système monétaire et financier mondial"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Gaza, Baalbeck, Tombouctou... La résistance par l’art

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : nouvelle controverse sur le port d'armes, après plusieurs tueries

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#CecilTheLion : le chasseur devient la proie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

EDF va prendre le contrôle des réacteurs nucléaires d’Areva

En savoir plus

FRANCE

"Les propos de 'Minute' prétendent m'expulser de la famille humaine"

© AFP

Vidéo par Pauline PACCARD , Jonathan WALSH

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/11/2013

Dans un entretien accordé à France 2, Christiane Taubira a réagi à la une du magazine "Minute", la comparant à un singe. Elle a évoqué des propos d'une "extrême violence", et qui "dénient" son "appartenance à l'espèce humaine".

La une de l'hebdomadaire Minute, comparant la garde des Sceaux à un singe, est "d'une extrême violence". Ces propos "prétendent m'expulser de la famille humaine, dénient mon appartenance à l'espèce humaine", a déclaré Christiane Taubira, mercredi 13 novembre soir, au journal de France 2.

L'élue de Guyane avait déjà été comparée à un singe par une candidate du Front

La une de "Minute" du 13 novembre 2013

national lors des élections municipales, et traitée de "guenon" par des enfants, lors d'une manifestation contre le mariage homosexuel.

"Il faut reconnaître que ce sont des propos d'une extrême violence, parce que ces propos prétendent m'expulser de la famille humaine", a déclaré à France 2 la garde des Sceaux.

"Moi, j'encaisse le choc. Simplement, évidemment, c'est violent pour mes enfants. C'est violent pour mes proches. C'est violent pour tous ceux qui me ressemblent. Ça l'est pour tous ceux qui ont une différence", a-t-elle ajouté.

"Il faut que la justice passe"

À propos de son refus de porter plainte, elle a répondu : "Je n'ai pas fait profil bas, c'est une dignité assumée, affichée avec une très grande fierté, que je tiens des multiples soutiens que j'ai reçus".

"C'est vrai que j'ai choisi dans un premier temps de ne pas confier seulement à la justice la sanction de tels propos. Il faut que la justice passe bien entendu, car le racisme n'est pas une opinion, c'est un délit, mais la justice ne peut pas porter toute la charge, la société doit aussi s'interroger", a-t-elle ajouté.

Pour la garde des Sceaux, il est "incontestable" qu'il y a aujourd'hui une désinhibition des paroles racistes.

"C'est pour cela que nous devons faire face", a-t-elle lancé. "Il y a des paroles qui ont surgi dans l'espace public, qui n'ont pas donné lieu à des réactions, et ont laissé d'autres croire qu'ils pouvaient se désinhiber", a-t-elle déploré, tout en se disant confiante dans "le socle" de la société française qui, a-t-elle dit, "s'est construite sur la fraternité".

Interrogée sur la condamnation par le Front national des propos racistes qui l'ont visée, Christiane Taubira a estimé qu'il s'agissait juste "d'hypocrisie", de "lâcheté". "Tant que le FN ne va pas renier tout son héritage, tout ce qui fait son identité profonde... Je pense que ce sont des accommodements, des positions opportunistes", a-t-elle ajouté.

"Il y a un affrontement de valeurs profondes, cet affrontement est tout à fait normal. Nous allons livrer bataille, parce que nous avons des batailles sémantiques et culturelles à livrer. Nous avons des conquêtes politiques à refaire et nous sommes bien déterminés à le faire", a-t-elle conclu.

Avec dépêches

Première publication : 13/11/2013

  • TOUS POLITIQUES

    Marine Le Pen sur FRANCE 24 : "La France est le pays le moins raciste du monde"

    En savoir plus

  • POLÉMIQUE

    Le racisme est-il devenu politiquement correct en France ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)