Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Asie - pacifique

En Afghanistan, la production d'opium fait un bond de près de 50 %

© AFP | Culture du pavot en Afghanistan

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/11/2013

La production d'opium en Afghanistan a atteint 5 500 tonnes en 2013, soit une augmentation de 49 % par rapport à 2012, selon les Nations unies. L'organisation craint que les récoltes profitent aux Taliban, grands bénéficiaires du trafic de drogue.

Les surfaces cultivées d'opium ont atteint un niveau record en Afghanistan en 2013, selon les Nations unies, qui craignent de voir le produit de ce commerce tomber entre les mains des "seigneurs de guerre" au moment où les forces internationales s’apprêtent à quitter le pays.

L'étendue des surfaces est passée de 154 000 hectares en 2012 à 209 000 hectares en 2013, dépassant le précédent record de 2007 (193 000 hectares), indique le Bureau des Nations unies contre la drogue et le crime (UNODC) dans son rapport annuel sur le sujet.
 
Conséquence directe : la production d'opium, dont est notamment issue l'héroïne, a atteint 5 500 tonnes en 2013, ajoute le document, soit une augmentation de 49 % par rapport à l’année précédente.
 
Premier producteur mondial de pavot, le pays a fourni 75 % de la demande mondiale en 2012, un chiffre qui pourrait passer à 90 % selon les experts.
 
Dommage collatéral du départ des troupes internationales ?
 
Selon l'UNODC, les cultivateurs pourraient avoir accru la production d'opium "pour préserver leurs avoirs face à la perspective d'un futur incertain qui pourrait résulter du retrait des troupes internationales l'année prochaine".
 
L'augmentation des surfaces cultivées et de la production "constitue une menace pour la santé publique, la stabilité et le développement de l'Afghanistan", a commenté le directeur de l'agence onusienne, Yury Fedotov, dans un communiqué.
 
Le trafic international de drogue à partir de l'Afghanistan profite en effet directement aux insurgés talibans, qui en tirent entre 100 et 400 millions de dollars par an, selon des chiffres de l'ONU et de l'administration afghane.
 
L'opium nourrit la guerre
 
Cette manne financière - chiffrée localement à un milliard de dollars par an, soit 4 % du PIB afghan - contribue à nourrir l'insurrection meurtrière que les Taliban mènent contre les forces gouvernementales afghanes et celles de l'Otan depuis leur éviction du pouvoir en 2001 par une coalition militaire dirigée par les États-Unis.
 
"Le lien entre l'insécurité et la culture de l'opium observé depuis 2007 est toujours vrai en 2013": près de 90 % des champs d'opium sont rassemblés dans neuf provinces qui comptent parmi les bastions des Taliban, souligne le rapport de l'ONU.
 
Malgré douze ans de guerre et des moyens militaires colossaux, la Force internationale de l'Otan en Afghanistan (Isaf) n'a pas réussi à mater la rébellion islamiste et le retrait des 75 300 soldats de la coalition fait craindre d'une nouvelle guerre civile.

Avec dépêches

Première publication : 13/11/2013

  • NARCOTRAFIC

    Trafic de drogues : l’échec cuisant des autorités mondiales depuis 1990

    En savoir plus

  • TRAFIC DE DROGUES

    Un "narco-tunnel sophistiqué" découvert entre Tijuana et San Diego

    En savoir plus

  • MOYEN-ORIENT

    Le Captagon, l'amphétamine qui finance le conflit syrien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)