Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Economie

L’offensive anti-NSA du Brésil fait des remous

© Flickr | La présidente brésilienne Dilma Rousseff

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 13/11/2013

La présidente brésilienne, Dilma Rousseff, veut obliger les géants du Web à stocker au Brésil les données personnelles qu’ils collectent sur le territoire. Une mesure pour contrôler l’utilisation de ces informations, qui est critiquée de toute part.

Dilma Rousseff se construit une image de pasionaria de la lutte contre la NSA. La présidente brésilienne n’a visiblement pas digéré les révélations de l’ex-consultant de la CIA, Edward Snowden, sur l’espionnage par l’agence américaine. Cette dernière est accusée de s’être interressée de très près à toutes les communications du gouvernement brésilien ou du géant pétrolier national Petrobas.

C’est pourquoi elle a déclaré “l’urgence constitutionnelle” pour un vaste projet de réforme de l’Internet, qui doit être discuté au Parlement cette semaine. Il s’agit d’une version enrichie du “Marco Civil de Internet” [la “constitution de l’Internet” brésilienne], qui traîne depuis des années dans les cartons législatifs du pays, et propose un ensemble de mesures pour assurer certains droits fondamentaux aux internautes. Dans le sillage du scandale des écoutes de la NSA, le gouvernement brésilien y a ajouté, fin octobre, un amendement, qui a déclenché une polémique, dépassant largement les frontières du pays.

Cette nouvelle proposition, soutenue par Dilma Rousseff, imposerait aux géants mondiaux du Web de faire une copie de toutes les données qu’ils collectent sur les internautes nationaux, et de les stocker sur le sol brésilien. Une proposition qui vise à exercer un meilleur contrôle sur l’utilisation faite par ces multinationales des informations personnelles qu’elles détiennent. En effet, si elles stockent des données au Brésil, elles se retrouvent responsables au regard des lois en vigueur dans le pays. Ainsi, les tribunaux pourraient être amenés à statuer sur des affaires, où les Google, Facebook et autres transmettent sur ordre de la NSA des informations, concernant des internautes brésiliens.

Levée de bouclier de Google, Facebook & Co

Un projet qui a fait froid dans le dos des géants du Net. Google, Facebook et d’autres fournisseurs de services Internet ont fait parvenir une lettre au gouvernement brésilien lui demandant de renoncer à une mesure qui “aurait un impact négatif sur l’économie numérique du pays”. Car, pour ces groupes, il s’agit, avant tout, d’une histoire de gros sous.

En effet, cette disposition, si elle était adoptée, les obligerait à établir localement des centres de données. Une opération très coûteuse : le Brésil est le pays sur le continent américain, où construire de telles structures revient le plus cher. Le prix est, en moyenne, de 60,9 millions de dollars [45,4 millions d’euros], contre 48,7 millions de dollars [36,3 millions d’euros] au Mexique, et 40 millions de dollars (30 millions d’euros) aux États-Unis, d’après une étude du cabinet britannique de consultants Frost & Sullivan, cité par le quotidien britannique “Financial Times”. À ce coût, s'ajoute le poids de taxes sur les centres de données, qui sont deux fois plus élevées qu’aux États-Unis.

En clair, cette proposition risquerait “de priver les internautes de services Internet de qualité, fournis par des sociétés américaines et internationales”, prévient Google. Une menace à peine voilée, par laquelle le géant de l’Internet suggère être prêt à couper le robinet à Gmail, YouTube ou encore Google Maps aux internautes brésiliens, plutôt que de payer des dizaines de millions de dollars pour construire de nouveaux centres de données.

Efficace ?

Ces géants du Web sont d’autant plus critiques, que le Brésil est l’un des marchés les plus prometteurs pour eux. Il est déjà le deuxième pays en terme d’abonnées à Facebook et dans le top 5 pour Twitter et YouTube. Ils n’ont donc aucune envie qu’une loi rende leurs affaires sur place plus compliquées et onéreuses.

Mais les multinationales du Net ne sont pas les seules à se montrer hostiles à cette mesure. Des experts en sécurité craignent qu’elle n’améliore seulement à la marge la sécurité de la vie privée. La NSA n’attend pas d’avoir accès aux centres de données pour collecter les informations, souligne la BBC. Les documents fournis par Edward Snowden prouvent, que les espions américains peuvent très bien aussi “écouter” les câbles par lesquels transitent ces informations.

D’autres craignent que cette obligation imposée aux fournisseurs de service Internet soit un coup porté à la compétitivité brésilienne dans le secteur clef des nouvelles technologies. Cette approche “protectionniste” ne serait pas sans rappeler la décision brésilienne, dans les années 1980, de créer une industrie de l’informatique 100 % nationale, craint Carlos Eduardo Lins da Silva, un enseignant à l’institut brésilien du Wilson Center, un centre américain de recherche sur les nouvelles technologies. Une approche, qui avait “plongé le pays dans une sombre décennie en matière d’innovation”, rappelle-t-il au “Financial Times”.

Première publication : 13/11/2013

  • SCANDALE PRISM

    Espionnage : les tensions entre le Brésil et les États-Unis montent d'un cran

    En savoir plus

  • NATIONS UNIES

    Espionnage : à l’ONU, Dilma Rousseff fustige "l'affront" des États-Unis

    En savoir plus

  • SCANDALE DES ÉCOUTES

    Prism : les chefs d'État brésilien et mexicain espionnés par la NSA

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)