Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

Les Observateurs s'engagent : mettre en avant les actions positives

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Brexit : et s'il n'avait pas lieu ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Stanley Johnson : "Pour moi, Boris a fait une campagne exceptionnelle !"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Brexit : les lendemains qui déchantent pour l'Europe ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Quelles conséquences à la dégradation de la note britannique ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

LafargeHolcim va enquêter sur son usine en Syrie

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Royaume désuni"

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit : à quand la suite ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit : à quand la suite ? (Partie 1)

En savoir plus

Asie - pacifique

L'Iran fait une pause dans son programme d'enrichissement d'uranium

© Archives AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/11/2013

Un rapport de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), publié jeudi, montre que l'Iran a freiné le développement de ses capacités d'enrichissement d'uranium au cours des trois derniers mois.

L'Iran a pratiquement gelé l'expansion de ses capacités d'enrichissement d'uranium au cours des trois derniers mois, comme le prouve le dernier rapport de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) publié jeudi 14 novembre.

L'agence onusienne explique dans ce document que seules quatre centrifugeuses de première génération ont été installées depuis août dans l'usine d'enrichissement de Natanz. Cette dernière en compte désormais 15 204, alors que 1 800 avaient été ajoutées entre mai et août.

Le stock iranien d'uranium enrichi est passé au cours de la même période, qui couvre globalement le début du mandat du nouveau président Hassan Rohani, de 186 à 196 kilos, soit une augmentation de 5 %. Ce stock reste donc en deça des 250 kg nécessaires pour mettre au point une arme nucléaire une fois enrichi à 90 %.

Toujours selon ce rapport, l'Iran n'a pas commencé à mettre en œuvre de centrifugeuses de nouvelle génération IR-2M, et "aucun composant majeur" n'a été ajouté au réacteur en cours de construction à Arak.

Ce document de l'AIEA est publié à quelques jours de nouvelles négocations à Genève entre la République islamique et le groupe des "5+1" [Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne].

Avec dépêches

Première publication : 14/11/2013

  • DIPLOMATIE

    Nucléaire iranien : pourquoi la France a dit "non"

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Nucléaire iranien : "Vive la France !", tweete le républicain John McCain

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Nucléaire iranien : Israël va faire campagne aux États-Unis contre un accord

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)