Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

Economie

Occupy Wall Street rachète 15 millions de dettes à des citoyens américains

© AFP

Texte par Anne-Diandra LOUARN

Dernière modification : 14/11/2013

L’organisation Occupy Wall Street s’est acquittée, grâce à des dons, de près de 15 millions de dollars de factures médicales impayées. Ils dénoncent le coût trop élevé de la santé et les profits que font les créanciers sur le dos des endettés.

Quelque 14,7 millions de dettes subitement envolées et des centaines de familles américaines qui respirent à nouveau. Derrière ce miracle se trouve le mouvement Occupy Wall Street. En un an, l’organisation s’est acquittée des factures médicales impayées de quelque 2 693 familles à travers les États-Unis, où le coût exorbitant de la santé - malgré la récente loi Obamacare - a précipité de nombreuses personnes dans la misère.

Leur but : s’en prendre directement à ceux qu’ils ont nommé “les 1%” - cette frange de la population qui se partage toutes les richesses du monde - et prouver que les 99 % restants peuvent changer la donne. “Les dettes personnelles sont une source majeure de profits et de pouvoir pour les décideurs de Wall Street qui travaillent à nous isoler et nous apeurer un peu plus chaque jour. En faisant ensemble des actions directes, nous pouvons changer ce système illégitime”, déclarent les Occupy sur leur site web.

Présentation du projet "Rolling Jubilee" (en anglais)

15 millions rachetés pour... 400 000 dollars

Au total, l’opération de rachat des dettes, baptisée “Rolling Jubilee” ("Jubilée en marche"), ne leur a coûté “que” 400 000 dollars sur les 15 millions réclamés par les hôpitaux et autres entreprises médicales. Une somme récoltée grâce à des dons reversés en totalité à la cause. Conscients qu’ils avaient peu de chances d’être un jour remboursés, les créanciers ont, en fait, accepté de réduire drastiquement le montant des factures. Certaines dettes ont ainsi été rachetées au taux de un dollar pour 500 dollars.

59B6E894-16FF-4601-B423-4C8D5913408F - Document (en anglais)

Selon Occupy, les dettes acquittées allaient de 50 dollars à 200 000 dollars pour la facture la plus élevée. Les familles ont été informées de l’effacement de leur dette par un simple courrier du collectif. À l’exception des adresses postales, Occupy n’a pris connaissance d’aucune autre information sur l’endetté, sa situation familiale ou encore sa santé. "Une personne nous a répondu. Elle nous a raconté qu'elle avait été plusieurs fois sans-abri, et qu'elle tentait de se reconstruire", a confié Andrew Ross, professeur à l'université de New York et membre du groupe "Strike Debt" ("Attaquer la dette") d'Occupy.

Prochain combat, les dettes étudiantes

Reste que “15 millions de dollars entament à peine le marché des dettes. 'Roling Jubilee' n’est qu’une tactique parmi d’autres, pas une solution”, rappelle le collectif militant qui se félicite tout de même d’avoir attiré l’attention et prouvé que l’on pouvait “repousser les limites du politiquement possible”. Les Occupy appellent donc plus que jamais les 99 % à se rassembler pour agir, car en traitant les dettes de façon individuelle, “on souffre en silence” alors que collectivement, le système devient ébranlable, selon eux. “Si vous devez 100 dollars à votre banque, c’est votre problème. Si, ensemble, nous lui devons 100 millions, ça devient son problème”, expliquent-ils.

Le groupe, qui a récolté à ce jour 625 000 dollars de dons, dispose encore de plus de 225 000 dollars qu’il compte mettre à profit, notamment pour s’attaquer aux incommensurables dettes contractées par les étudiants américains. Chaque année, 60 % des étudiants américains doivent emprunter de l'argent pour payer leurs études. Ils sont actuellement 37 millions à être redevables, parmi lesquels 14 % (5,4 millions) rencontrent des difficultés de paiement. En 2012, le prêt étudiant moyen était de 24 301 dollars.

Mais avant de se lancer dans cette nouvelle bataille, Occupy appelle tous ses sympathisants à se rassembler vendredi 15 novembre dans plusieurs villes américaines, dont New York (NY), San Francisco (Californie), Portland (Oregon) ou encore Austin (Texas), pour célébrer cette petite - mais signifiante - victoire des 99 % sur les 1 %.

Les chiffres publiés par Occupy Wall Street (en anglais)
© (crédits: rollingjubilee.org)

Première publication : 14/11/2013

  • ETATS-UNIS

    Réforme de la santé : Obama présente ses excuses pour les couacs

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Réserve fédérale : les traders peuvent-ils défier les lois de la physique ?

    En savoir plus

  • CYBERSÉCURITÉ

    Quantum Dawn 2 : quand Wall Street joue à la guerre informatique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)