Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

EUROPE

Le pape François, cible potentielle de la mafia calabraise

© AFP

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 14/11/2013

D'après un magistrat anti-mafia italien, le pape François s’est mis à dos la puissante mafia calabraise, la ‘Ndrangheta, à cause de la transparence qu’il a imposée aux institutions financières du Vatican.

"Si les parrains (de la pègre, NDLR) pouvaient lui faire un croche-patte, ils n'hésiteraient pas". C’est en ces termes qu’un magistrat anti-mafia italien a prévenu des risques encourus par le pape François.

La mise en garde de Nicola Gratteri, procureur à Reggio de Calabre, dans le sud de l'Italie, prononcée mercredi 13 novembre au cours d’une interview au quotidien "el Fatto Quotidiano" a été relayée par la majorité des médias italiens. D’après lui, le souverain pontife s’est mis à dos la puissante mafia calabraise, la ‘Ndrangheta, à cause de la transparence qu’il a imposée aux différentes institutions financières du Vatican.
 
"Le danger est réel"
 
"Tous ceux qui se nourrissent du pouvoir et de la richesse qui découlent directement de l’Église sont nerveux et agités (…). Les mafieux, qui investissent et recyclent l'argent de la criminalité depuis des années grâce à des connivences avec l'Église s'inquiètent, explique Nicola Gratteri. J'ignore si les parrains ont les moyens de faire quelque chose contre le pape, mais je sais qu'ils y pensent. Le danger est réel."
 
Conformément à sa volonté de procéder à une réforme des structures du Vatican, le pape François avait annoncé, fin mai, la création d’une commission spéciale d’enquête sur l’Institut pour les œuvres de religion (IOR), "la banque du pape". Et ce, afin de s’assurer que ses activités soient conformes aux principes de l’Église catholique.
 
L’IOR, la principale institution financière du Vatican, était très critiquée pour son manque de transparence. Elle est au centre de plusieurs scandales impliquant des mafieux, ayant profité de son opacité pour y blanchir leurs fonds. Il lui est notamment reproché de ne pas respecter les critères internationaux de transparence, dans le cadre de la lutte contre le blanchiment d’argent et l’évasion fiscale. En 2012, la "banque du pape" a enregistré un bénéfice net de 86,6 millions d'euros, quatre fois celui de 2011.
 
Acte de contrition
 
En outre, le pape François avait dénoncé, en mai, les organisations mafieuses italiennes, et appelé leurs membres à faire acte de contrition. Il avait alors condamné les mafias qui "réduisent en esclavage" hommes, femmes et enfants. "Elles (les mafias) ne peuvent pas faire cela, elles ne peuvent pas réduire nos frères en esclavage, nous devons prier le Seigneur pour que les mafiosi se convertissent à Dieu", avait-il déclaré.
 
De quoi froisser les cadres d’une pègre qui associe la symbolique de son Église à son pouvoir. "Les rites d'initiation des nouveaux mafieux ont des références à la religion et les "picciotti" (hommes de main de la mafia) prient avant de commettre un assassinat, 'Ndrangheta et religion vont de pair", précise Nicola Gratteri.
 
La 'Ndrangheta est une structure de crime organisé réputée pour être l’une des plus secrètes du monde. Spécialisée, à l’origine, dans l'extorsion et les enlèvements contre rançon, elle a bâti sa puissance grâce aux trafics de drogue et d’armes dans les 1970-1980. Grâce à l’argent de la drogue, l’organisation calabraise s’est internationalisée : elle investit dans le monde entier, utilise les paradis fiscaux pour blanchir l'argent et parasite l’économie légale ainsi que les marchés publics.
 
Selon les Nations unies, les principales organisations mafieuses italiennes que sont la Cosa Nostra sicilienne, la Camorra napolitaine, la 'Ndrangheta calabraise et la Sacra Corona Unita dans les Pouilles dégagent au total un chiffre d'affaires annuel de l'ordre de 116 milliards d'euros. À elle seule, la 'Ndrangheta émarge à 44 milliards d’euros, toujours selon la même source.
 

Première publication : 14/11/2013

  • RELIGION

    Le pape suspend un évêque "de luxe" allemand

    En savoir plus

  • RELIGION

    Le "G8 du Vatican" planche sur l'Église de demain

    En savoir plus

  • RELIGION

    L’Église s’est laissée enfermer dans des préceptes, selon le pape

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)