Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat à Madagascar : 3 morts dont un bébé et 88 blessés dans un stade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Pourquoi la France a-t-elle soutenu le régime criminel d'Hissène Habré au Tchad ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit, acte 2 : un divorce à l'amiable ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

À l'occasion de la fête du cinéma, Marjane Satrapi ouvre les portes de son univers

En savoir plus

FOCUS

Face à la radicalisation dans les prisons, la France fait appel aux aumôniers musulmans

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Observateurs s'engagent : mettre en avant les actions positives

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Brexit : et s'il n'avait pas lieu ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Stanley Johnson : "Pour moi, Boris a fait une campagne exceptionnelle !"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Brexit : les lendemains qui déchantent pour l'Europe ?

En savoir plus

Economie

Des ruches high-tech pour sauver les abeilles

© AFP

Texte par Anne-Diandra LOUARN

Dernière modification : 14/11/2013

Une équipe de chercheurs espagnols a mis au point une ruche high-tech à fabriquer et installer chez soi. Les données collectées serviront à étudier le déclin très inquiétant des abeilles à travers le monde.

Leur rôle dans notre écosystème ne se limite pas à fabriquer le bon miel des chaumières. Les abeilles, dont l’extinction préoccupe sérieusement la communauté scientifique, contribuent à l’équilibre alimentaire mondial car leur pollen permet à 70% des plantes et fleurs - cultivées ou sauvages - de se reproduire, selon les chiffres de l’Institut national de la recherche agronomique. Sans insecte pollinisateur, nous manquerions cruellement de fruits, de légumes et de stimulants comme le café, cacao.

Pour remédier à leur inquiétant déclin, des chercheurs espagnols ont mis au point une ruche high-tech à destination du grand public dotée de capteurs permettant de mesurer la population d’abeilles qui s’y trouvent et leur développement. Ces données récoltées par les utilisateurs lambdas partout à travers le monde peuvent ensuite être transmises aux chercheurs via une plateforme - The SmartCitizen.me - où tous les chiffres seront comparés et étudiés afin de préserver au mieux l’espèce et de l’aider à se redévelopper. Des facteurs autres que les pesticides pourraient ainsi émerger pour expliquer la disparition des populations d'abeilles.

Vidéo de présentation des ruches high tech (en anglais)

Open Source Beehives from Open Tech Forever on Vimeo.

Contactés par FRANCE 24, les fondateurs de "SmartCitizen" indiquent qu’une campagne de crowdfounding via le site Kickstarter va être lancée “au premier trimestre 2014” afin d’obtenir les fonds nécessaires à la fabrication et la commercialisation d’un maximum de ces ruches connectées.

Pour l'heure, les impatients (et les plus chevronnés !) peuvent construire eux-mêmes leur ruche et son kit de capteurs électroniques en utilisant les patrons des prototypes et les modèles de circuits imprimés mis à disposition librement par SmartCitizen.me.

Exemple d'un kit électronique à fabriquer
© (Crédits photo : opensourcebeehives.net)

Maigres efforts des pouvoirs publics

En attendant que les ruches du futur puissent voir le jour, il est toujours possible d'en construire une au fond de son jardin, grâce aux nombreux prototypes destribués sur le net et autres kits disponibles à l'achat. Et avec l’essor des imprimantes 3D, la tendance du “do-it-yourself” (à faire soi-même) possède, à n’en pas douter, un avenir tout tracé… D'autres initiatives originales ont été crées ; il est ainsi possible de "sponsoriser" des ruches - c'est à dire financer leur construction - comme on sponsorise déjà les plantations d’arbres.

Du côté des pouvoirs publics, on en est encore aux balbutiemments. Les autorités européennes ont toutefois pris des mesures, tout en essayant de préserver les agriculteurs et les industriels du secteur agroalimentaire. Dès le 1er décembre, l’utilisation de trois pesticides mortels pour les abeilles sera fortement restreinte sur une période d’au moins deux ans.

Première publication : 14/11/2013

  • EUROPE

    Bruxelles limite l'utilisation de trois pesticides pour préserver les abeilles

    En savoir plus

  • FRANCE

    Les Français particulièrement contaminés par les pesticides

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)