Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Classement des personnalités influentes : 10 africains dans le palmarès du Time magazine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Où s'arrêtera Poutine ?

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

En savoir plus

SUR LE NET

Opération ratée de la police de New York sur Twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sean Lennon dans les pas de son père

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : peine de mort et réglementation

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Michel Platini : "pas sûr que le PSG respecte le fair play financier"

En savoir plus

  • De la guerre civile aux portes de Paris, parcours de réfugiées syriennes

    En savoir plus

  • Des soldats russes sur le pied de guerre à la frontière ukrainienne

    En savoir plus

  • Accord Hamas-Fatah : Israël suspend les négociations de paix

    En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : deux candidats face à Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

    En savoir plus

  • Abdoulaye Wade bloqué au Maroc, confusion sur son retour à Dakar

    En savoir plus

  • RD Congo : près de 50 morts dans un accident de train

    En savoir plus

  • Les dessous des résultats record d’Apple

    En savoir plus

  • Ségolène Royal dément avoir interdit les décolletés dans son ministère

    En savoir plus

  • Impression 3D : dix maisons construites en 24 heures à Shanghaï

    En savoir plus

  • Premières pistes pour mettre fin au conflit entre VTC et taxis

    En savoir plus

  • Le rappeur Rohff mis en examen et incarcéré pour violences

    En savoir plus

  • Au Caire, le voile de la discorde

    En savoir plus

  • Le patron de la F1 Bernie Ecclestone jugé pour corruption

    En savoir plus

  • Au moins trois médecins américains tués dans un hôpital de Kaboul

    En savoir plus

  • Les îles Senkaku "couvertes" par le traité de défense américano-japonais

    En savoir plus

  • Platini doute que le PSG respecte le fair-play financier

    En savoir plus

  • Le président colombien rétablit le maire de Bogota dans ses fonctions

    En savoir plus

Afrique

Terrorisme : les États-Unis soutiennent le Nigeria pour combattre Boko Haram

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/11/2013

Washington a classé mercredi les groupes islamistes armés nigérians Boko Haram et Ansaru comme organisations terroristes. Objectif : soutenir le Nigeria dans sa lutte contre ces formations accusées d'être liées à Al-Qaïda au Maghreb islamique.

Il a fallu des mois pour que le département d'État américain se décide. C'est désormais chose faite : la Maison blanche a inscrit, mercredi 13 novembre, le groupe armé islamiste Boko Haram et le mouvement djihadiste Ansaru, opérant tous deux au Nigeria, sur sa liste des organisations étrangères considérées comme terroristes. Un choix qui implique de facto le gel des avoirs de ces deux organisations dans les banques américaines et le blocage de toute transaction économique ou financière.

Selon les critères américains, une entité est considérée comme terroriste lorsqu'elle mène des actions terroristes contre les intérêts américains, qu'elle en est capable, ou qu'elle en manifeste l'intention. Les États-Unis s'inquiètent en fait d'une internationalisation de ces groupes nigérians.

Liens avec Aqmi

Si Boko Haram et Ansaru sont "des organisations terroristes centrées sur le Nigeria", elles entretiennent "des liens avec Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi)", constate le département d'État. Un responsable a évoqué "des entraînements et un financement limité" fournis par Aqmi à ces organisations, lesquelles regarderaient aujourd'hui au-delà de leurs frontières, vers le Niger et le Mali. Ces deux formations sont responsables de la mort de centaines de personnes lors d'attentats perpétrés dans le nord-est et le centre du Nigeria, y compris des attaques visant des églises et des mosquées, ainsi que le siège de l'antenne locale des Nations unies à Abuja en 2011.

En inscrivant ces deux formations sur leur liste noire du terrorisme, la Maison Blanche a voulu manifester son soutien au Nigeria, "un partenaire stratégique" selon les termes d'un responsable du département d'État. Les deux gouvernements "se battent ensemble" contre le "terrorisme" islamiste, a-t-il ajouté. 

"Le Nigeria doit éradiquer l'extrêmisme religieux"

La Maison blanche a également rappelé aux autorités nigériannes ses exigences en matière de lutte antiterroriste, en les incitant à adopter, de leurs côtés, une stratégie plus large pour éradiquer l'extrémisme islamiste dans toute la région. "Nous encourageons le Nigeria à poursuivre son approche antiterroriste globale en utilisant efficacement les outils répressifs, en créant des conditions économiques favorables et en s'assurant que les droits de l'Homme sont protégés et respectés", a souligné Lisa Monaco, conseillère de Barack Obama pour les questions de sécurité intérieure et d'antiterrorisme. Washington a souvent critiqué Abuja pour des "violations des droits de l'Homme" lors d'offensives militaires depuis le mois de mai contre Boko Haram.

Abuja, par la voix de son ministre de la Justice, Mohammed Adoke, a "salué le gouvernement américain pour ses efforts menés avec le Nigeria pour éradiquer le terrorisme" et a dit "espérer que la menace Boko Haram appartienne bientôt au passé". Les attaques de ce groupe, qui prône un islam rigoriste et revendique la création d'un État islamique dans le nord du Nigeria, ont fait plusieurs milliers de victimes depuis 2009.

Pour mettre un terme à cette menace islamiste, les autorités nigérianes ont lancé des opérations au printemps dans les territoires contrôlés par Boko Haram dans le nord-est du pays. Mais les réfugiés ont commencé à gagner le Niger après des violences meurtrières en avril dans cette région.

"Un conflit régional"

Constatant que le Cameroun frontalier servait de refuge aux membres de Boko Haram, les autorités nigérianes ont demandé à Yaoundé de s'engager plus fermement dans la lutte contre cette sanglante insurrection. Mais la force multinationale chargée de faire respecter l'état d'urgence dans le nord-est du Nigeria ne compte pas de soldats camerounais et est composée de soldats nigérians, épaulés par des troupes du Niger et du Tchad. Le Nigeria, pays le plus peuplé d'Afrique, devra continuer à se battre en grande partie seul dans ce "conflit régional", déplorent de nombreux experts.

De son côté, l'ONU a annoncé mercredi que plus de 37 000 personnes fuyant les affrontements entre l'armée et les islamistes dans le nord du pays avaient trouvé refuge dans le sud-est du Niger.

(Avec dépêches)
 

Première publication : 14/11/2013

  • Nigeria : aux origines de la secte Boko Haram

    En savoir plus

  • CAMEROUN - REPORTAGE

    Au nord du Cameroun, la population vit dans la crainte de Boko Haram

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)