Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Instagram bloqué en Chine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

En savoir plus

DÉBAT

Comment lutter contre l'organisation de l'État islamique?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hongkong, nouveau Tienanmen ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

De la Mecque à Broumov : le voyage du Bazin

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les profs manquent à l'appel"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Censure chinoise sur Hong Kong

En savoir plus

FOCUS

Reportage : Le Caire mène la guerre à l'athéisme

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : la Crimée à l’heure de la russification

En savoir plus

  • Vidéo : Dohuk, province du Kurdistan submergée par les déplacés irakiens

    En savoir plus

  • Hong Kong toujours bloquée, l'exécutif demande la fin des manifestations

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes de Turquie tentent de rallier Kobani, assiégée par l’EI

    En savoir plus

  • Présidentielle brésilienne : Dilma Rousseff, touchée mais pas coulée

    En savoir plus

  • Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

    En savoir plus

  • Seulement 25 % de femmes au Sénat : à qui la faute ?

    En savoir plus

  • Référendum en Catalogne : la Cour constitutionnelle suspend le vote

    En savoir plus

  • Sharia4Belgium fait face à la justice pour recrutement de jihadistes

    En savoir plus

  • AIG : l'État américain sur le banc des accusés pour "sauvetage illégal"

    En savoir plus

  • Assassinat d'Hervé Gourdel : le point sur l'enquête en Algérie

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG s'attaque au Barça sans Zlatan

    En savoir plus

  • Charles Blé Goudé accusé de "certains des pires crimes" devant la CPI

    En savoir plus

  • La trêve violée en Ukraine : des militaires et des civils tués

    En savoir plus

  • Reportage : Le Caire mène la guerre à l'athéisme

    En savoir plus

  • Sénatoriales : le FN a séduit quatre fois plus de grands électeurs que prévu

    En savoir plus

Amériques

Une victoire pas si facile pour Michelle Bachelet

© AFP | Michelle Bachelet

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Ségolène ALLEMANDOU

Dernière modification : 18/11/2013

Elle est la grande favorite de l'élection présidentielle au Chili, qui se tient dimanche. Mais pour appliquer ses réformes, visant à réduire les inégalités, Michelle Bachelet aura besoin d'une forte majorité aux législatives.

Pour son dernier meeting de campagne à Santiago jeudi, Michelle Bachelet a dansé la cumbia, le mambo et fredonné les chants historiques de la gauche chilienne. Une ambiance digne d’un soir de victoire… tant l’ancienne présidente [2006 – 2010] paraît assurée d'un retour au palais de La Moneda, à l'issue de l’élection présidentielle, dont le premier tour se tient ce dimanche 17 novembre.

Quatre ans après avoir laissé les rênes du pays au parti de centre-droit Rénovation nationale (RN) de Sebastián Piñera, Michelle Bachelet, 62 ans, bénéficie d'une popularité incontestable, qui dépasse celle de Nueva Mayoria [Nouvelle majorité], la coalition de la gauche dont elle défend les couleurs. Selon l'institut CEP, elle hérite de 47 % des intentions de vote, très loin devant la candidate de la droite Evelyn Matthei, soutenue par Alianza, créditée d'à peine 14 %. Certaines études prédisent même sa victoire dès le premier tour...

"La mère de tous les Chiliens"

Les Chiliens n’ont jamais cessé de plébisciter celle qu'ils ont surnommé la "mère de tous les Chiliens"  pour sa spontanéité et son contact naturel. La première femme présidente dans l’histoire du pays a quitté le pouvoir avec une popularité culminant à plus de 80 %, mais n’a pas pu se représenter, en 2010, pour un deuxième mandat consécutif, conformément à la Constitution chilienne. Michelle Bachelet s’est alors envolée vers New York pour prendre la tête de l’ONU Femmes, un organisme qui défend les droits des femmes dans le monde.

Pendant ces trois dernières années, les Chiliens n’ont cessé de guetter son retour, très médiatisé en mars dernier. Renforcée par sa stature internationale, la nouvelle candidate s’est alors dit prête à "assumer le défi "d’un autre mandat, en se donnant comme priorité de "vaincre l'inégalité au Chili".

Ces vingt dernières années, le pays a connu une période de croissance et de prospérité qui, nourrie par l'extraction du cuivre, l'a hissé au rang des pays développés. Mais son ascension s'est accompagnée d'une inégalité dans la répartition des richesses.

Réduire les inégalités

Les manifestations se sont multipliées dans le pays sous le mandat de Piñera pour exiger des changements du modèle économique et politique : des étudiants revendiquant une éducation gratuite, des travailleurs réclamant des réformes au code du travail et de meilleures conditions de salaires. Des fonctionnaires, comme les postiers ou encore les éboueurs, ont même lancé des mouvements de grève pour mettre la pression au gouvernement quelques jours avant le scrutin.

Pour l'heure, seul le programme de Michelle Bachelet semble pouvoir répondre à toutes ces attentes. Sur le plan social, la candidate a promis de réformer l’éducation supérieure, en assurant la gratuité et en mettant fin aux établissements privés, mais aussi d'ouvrir des crèches et des écoles. Pour y parvenir, elle y consacrera chaque année 1,5 à 2 % du PIB.

En terme de santé, la candidate, médecin de formation, prévoit de légaliser l'interruption volontaire de grossesse, en cas de viol ou de risques pour la mère ou l'enfant à naître - une pratique totalement interdite dans plusieurs pays d'Amérique latine. Elle promet aussi quatre milliards de dollars pour la construction de nouveaux hôpitaux, de centres de soins et de recrutement de médecins. Et s'engage en outre à ouvrir un débat national sur le droit au mariage des homosexuels.

Sur le volet fiscal, elle veut porter progressivement la taxe sur les entreprises de 20 à 25 % et en finir avec le Fondo de Utilidades Tributables (FUT), un mécanisme qui permet à certaines sociétés de réduire leur facture fiscale. Elle entend également mettre fin à la possibilité pour les entreprises de reporter indéfiniment le paiement de l’impôt sur les profits réinvestis, une mesure adoptée en 1984 sous Pinochet.

Réforme de la Constitution

Mais si la voie semble grande ouverte pour accéder à la présidence, les chemins pour conduire les différentes réformes s'annoncent semés d'obstacles institutionnels, tout comme ce fut le cas pour Sebastien Piñera.

En cause : la Constitution de 1980, en vigueur depuis la dictature d'Augusto Pinochet. Si elle a été amendée à plusieurs reprises, le corps du texte reste inchangé, et notamment le système électoral, qui ne favorise pas le parti arrivé en tête. C’est pourquoi la refonte de la Constitution est devenue un thème majeur de cette campagne, proposée par la quasi totalité des neufs candidats. Pour y arriver, certains proposent de passer par une assemblée constituante, tandis que Michelle Bachelet préfère envisager les voies parlementaires.

Dans ce cas, la favorite de l'élection a besoin d'une majorité des deux tiers dans chacune des deux Chambres du Parlement. Mais tous les observateurs s'accordent à dire que ce pari est loin d’être gagné. Consciente de l'enjeu, la fille du général Bachelet, mort en détention sous la dictature d'Augusto Pinochet (1973-1990), s'est attachée à mobiliser les électeurs, tant pour la présidentielle que les législatives, qui se déroulent le même jour, "parce que j'ai besoin d'un Congrès capable de se jeter à l'eau pour les changements dont le Chili a besoin", a-t-elle prévenu.

 

Première publication : 15/11/2013

  • PRÉSIDENTIELLE AU CHILI

    Quarante ans après le coup d’État de Pinochet, la droite en lambeaux

    En savoir plus

  • CHILI

    Primaires : très large victoire de l'ex-présidente chilienne Michelle Bachelet

    En savoir plus

  • CHILI

    Au Chili, le mouvement étudiant se radicalise à six mois de la présidentielle

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)