Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Droit d'asile en France : les enjeux de la réforme

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : les négociations de paix au point mort

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : espoir de paix à Brazzaville

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : risque de famine en Casamance

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Maestro", intello mais pas trop !

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : les enfants, victimes du conflit

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : la guerre s’importe–t-elle en France ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : l’offensive se durcit, le bilan s’alourdit

En savoir plus

  • "Le conflit israélo-palestinien est importé en France depuis longtemps"

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien sans heurts

    En savoir plus

  • Tour de France : "Depuis le temps qu'un Italien n'a pas gagné!"

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

  • Ukraine : deux avions de chasse de l'armée abattus dans l’est du pays

    En savoir plus

  • Reportage : l'armée israélienne essuie de lourdes pertes à Gaza

    En savoir plus

  • Accident d'avion à Taïwan : au moins 45 morts, dont deux Françaises

    En savoir plus

  • Au Nigeria, la ville de Kaduna secouée par deux explosions meurtrières

    En savoir plus

  • MH17 : les premières dépouilles des victimes sont arrivées aux Pays-Bas

    En savoir plus

  • Une ville chinoise placée en quarantaine après un cas de peste bubonique

    En savoir plus

  • Ryanair contraint de rembourser à la France 9,6 millions d’euros d’aides publiques

    En savoir plus

  • Immigration et droit d'asile : les projets de réforme du gouvernement

    En savoir plus

  • Vente du Mistral à la Russie : Fabius invite Cameron à balayer devant sa porte

    En savoir plus

  • Manifester, une liberté qui reste "la règle"... mais sous haute surveillance

    En savoir plus

  • Après le gel des vols vers Tel Aviv, Israël dénonce une mesure "injustifiée"

    En savoir plus

  • Infographie : l'ultime voyage controversé du Costa Concordia

    En savoir plus

Afrique

À Tripoli, une manifestation contre les milices vire au bain de sang

© AFP

Vidéo par Johan BODIN

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/11/2013

Des affrontements entre des habitants de Tripoli protestant contre la présence de factions armées dans la ville et des miliciens de Misrata ont fait au moins 31 morts et 285 blessés vendredi, selon diverses sources officielles.

Le gouvernement libyen a appelé vendredi 15 novembre à un cessez-le-feu entre groupes armés à Tripoli après les violents hueurts de la journée qui ont fait au moins 31 morts et 285 blessés, selon le ministre libyen de la Santé, Noureddine Daghmane.

"Nous demandons à toutes les factions armées un cessez-le-feu pour que le gouvernement puisse prendre les mesures nécessaires en vue de rétablir le calme dans la capitale", a indiqué le gouvernement dans un communiqué lu par le ministre de la Culture, Hassan al-Amine. Il a aussi appelé la population "à ne pas porter d'armes et à ne pas s'approcher du quartier de Gharghour" où se sont affrontés milices et population vendredi.

Le témoignage d'une habitante de Tripoli

Dans un communiqué, le Premier ministre a affirmé que "la manifestation était pacifique et a essuyé des tirs quand elle est entrée à Gharghour", revenant sur des propos tenus plus tôt dans lesquels il expliquait que ces heurts avaient opposé "des manifestants armés à des hommes armés". "Il n'y avait aucune personne armée parmi les manifestants", a encore ajouté le Premier ministre.

Tirs des miliciens sur les manifestants

Les incidents ont débuté plus tôt dans la journée lorsqu'une milice a tiré sur des centaines de manifestants, venus pacifiquement réclamer le départ de ces ex-rebelles de leur quartier général. En début d'après-midi, alors que des centaines de manifestants s’approchaient de ce QG, des membres de cette milice de Misrata, à l'est de Tripoli, avaient tiré des rafales en l'air à la mitraillette et aux canons anti-aériens, pour tenter de les disperser. Mais devant la persévérance des protestataires, les hommes armés ont tiré sur eux, selon un journaliste de l'AFP. D’après un chef de cette milice, interrogé par la chaîne privée Al-Naba, ce sont les manifestants qui ont tiré en premier sur le QG.

La Libye dépassée par des factions armées

Dans la soirée, des hommes armés, à bord de pick-up munis de canons anti-aériens, ont pris d'assaut le quartier général de la milice et l'ont incendié, rapportent des témoins. "Des Tripolitains armés sont entrés dans le quartier de Gharghour. Ils ont incendié toutes les villas [que les miliciens] occupaient, pour qu'ils n'y reviennent pas. La plupart des membres de la milice se sont barricadés dans une seule villa. Mais l'étau se resserre autour d'eux", a indiqué à l'AFP Ibrahim, un témoin sur place.

"Nous allons annoncer une grève générale et entrer dans la désobéissance civile jusqu'au départ de ces milices", a averti vendredi le président du Conseil local de Tripoli, l'équivalent de la mairie.

Les Tripolitains protestent régulièrement contre la présence de factions armées venues d'autres localités. Ces dernières ont participé à la libération de Tripoli du régime Kadhafi en août 2011, mais n’ont pas quitté la capitale depuis. Les autorités de transition les ont sommées à plusieurs reprises de quitter la ville, en vain.

Avec dépêches

Première publication : 15/11/2013

  • LIBYE

    De violents affrontements entre milices rivales à Tripoli

    En savoir plus

  • LIBYE

    Le chef de la police militaire libyenne abattu à Benghazi

    En savoir plus

  • LIBYE

    Le Premier ministre libyen qualifie son enlèvement de "coup d'État"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)