Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après le 17, le 18"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : les prestations sociales gelées jusqu'en octobre 2015

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après moi, le déluge"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: élection sous tension

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Veille de scrutin en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 2)

En savoir plus

  • En direct : le président sortant Bouteflika a voté en fauteuil roulant

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • Nigeria : confusion autour du sort des 129 lycéennes enlevées par des islamistes

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • Crise ukrainienne : Poutine s'adresse aux Russes, les diplomates réunis à Genève

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • Anelka affirme ne pas avoir accepté l’offre du club brésilien

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

Asie - pacifique

Boire ou conduire : le patron de la sécurité routière en Polynésie n’a pas su choisir

© Copie d'écran, site du gouvernement polynésien.

Texte par Gaëlle LE ROUX

Dernière modification : 15/11/2013

Bruno Marty, le ministre polynésien des Transports a démissionné jeudi. L’homme, également président du Comité de la sécurité routière, a été contrôlé après un accident de voiture avec 2,4g d’alcool par litre de sang.

Bruno Marty était jusqu’à hier le ministre de l’Équipement, de l’Urbanisme, des Énergies et des Transports en Polynésie, et accessoirement le président du Comité de la sécurité routière. Gaston Flosse, le président de la Collectivité d’outre-mer [COM] a accepté, jeudi 14 novembre, sa démission. "Avec tristesse", précise le communiqué présidentiel. Bruno Marty, décrit par Gaston Flosse comme un homme "d’honneur et de courage, qui mérite l’estime de tous", se trouve pourtant au cœur d’une affaire un tant soit peu dérangeante pour Papeete.

Le 8 novembre, le ministre a été victime d’un accident de la route. Sa voiture a dévalé un ravin profond d’une dizaine de mètres. L’homme, extrait de son véhicule par les secours, ne souffrait que de légères blessures. Le problème, c’est que les analyses toxicologiques, dont les résultats n’ont été rendus publics que jeudi, ont révélé que le numéro un de la sécurité routière sur l’archipel roulait avec 2,4 grammes d’alcool par litre de sang. Soit un taux presque cinq fois supérieur à la limite légale, fixée à 0,5 gramme par litre de sang.

Multirécidiviste

Olive dans le Martini : ce n’est pas la première fois que M. Marty se fait contrôler au volant en état d’ébriété. Il a déjà à son actif deux condamnations pour des faits similaires. En février dernier, il avait déjà été condamné pour "conduite sous l’emprise d’un état alcoolique" en récidive. Son permis aurait dû lui être retiré, mais la décision du tribunal ne lui a été signifiée que la semaine dernière. Aujourd’hui, l’homme sera convoqué dans les jours qui viennent devant le tribunal correctionnel de Papeete. Il encourt une peine de quatre ans de prison et 9 000 euros d’amende.

Le nom de son successeur à la tête du ministère des Transports devrait être connu lundi 18 novembre. Nul ne sait, pour l’heure, qui présidera le Comité polynésien de la sécurité routière, qui, pour l’anecdote, a fait de la lutte contre l’alcool au volant sa priorité. Sur les réseaux sociaux, les internautes s’en donnent à cœur joie : le Tahiti Herald Tribune, sur sa page Facebook, assure d’ores et déjà que "le pot de départ de Bruno Marty a été annulé".

 

Première publication : 15/11/2013

  • POLYNÉSIE FRANCAISE

    Vote de l'ONU sur la Polynésie : "Le droit d’un peuple à l'indépendance, ça n’a pas de prix"

    En savoir plus

  • OUTREMER

    Polynésie : fraîchement élu, Gaston Flosse dénonce "la dictature" de l’ONU

    En savoir plus

  • POLYNÉSIE FRANÇAISE

    Gaston Flosse réélu : le"vieux lion" revient malgré les affaires

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)