Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Père Noël habite en Chine"

En savoir plus

Afrique

Cameroun : le rapt du prêtre français porte la signature de Boko Haram

© AFP

Vidéo par Jonathan WALSH

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/11/2013

Le rapt du prêtre français, enlevé dans la nuit de mercredi à jeudi dans l'Extrême-Nord du Cameroun, porte la signature du groupe islamiste armé nigérian Boko Haram, estime Yaoundé. Le groupe n'a pas revendiqué l'acte, mais le scénario se précise.

Que s’est-il passé dans la nuit de mercredi à jeudi quand le prêtre français de 42 ans, Georges Vandenbeusch, a été enlevé dans le nord du Cameroun ? Le scénario commence à se préciser. Georges Vandenbeusch, installé au Cameroun depuis 2011, se trouvait dans sa paroisse de Nguetchewe, près de la frontière avec le Nigeria.

Aux alentours de 23 heures, mercredi 13 novembre, des sœurs ont entendu du bruit, puis des hommes les ont forcées à sortir de leur chambre. Ils étaient trois et parlaient anglais, selon plusieurs témoignages "Les voleurs sont arrivés chez nous, ils ont forcé la fenêtre et la porte, ils sont entrés dans une chambre où nous étions une sœur et moi. Ils ont demandé de l'argent, nous avons dit que nous n'en n'avions pas", raconte sur FRANCE 24 la religieuse Françoise Mutar Abayire. "Ils ont tout versé par terre, ils ont fouillé, et ils ont volé un peu d'argent, pris des livres et des sacs", poursuit-elle.

Puis les ravisseurs se sont rendus dans la chambre du père Vandenbeusch, à une centaine de mètres de là, et ont défoncé la porte. Ils se sont emparé du prêtre et l'ont forcé à marcher pieds nus à travers le village avant de prendre la fuite à moto, a déclaré le vicaire général Henri Djionyang.
 
Entre le moment où les ravisseurs tentaient de soutirer de l’argent aux religieuses et celui où ils s’en sont pris au prêtre,  Georges Vandenbeusch a eu le temps d'appeler par téléphone l'attaché militaire de l'ambassade de France à Yaoundé, qui a, à son tour, prévenu les autorités camerounaises. Un appel qui n'a pas suffi, les secours sont  arrivés trop tard.  En tout, l'opération aurait duré quarante minutes. Les hommes n'étaient pas masqués, l'un d'eux portait un treillis alors que les autres étaient habillés en civil. Ils auraient laissé exactement 309 munitions de Kalachnikov sur place. 
Stupeur et recueillement à Sceaux
 
Suspect n°1, Boko Haram
 
L'enlèvement n'a pas été revendiqué. Mais les autorités camerounaises soupçonnent la secte islamiste Boko Haram,  dont le fief se trouve à quelques dizaines de kilomètres de l'autre côté de la frontière entre le Cameroun et le Nigeria.
 
Des villageois ont vu les ravisseurs, qui étaient entre dix et vingt, entrer en motos - phares éteints - avec le père Vandenbeush, dans la commune de Kéréwa, au Nigeria, a assuré à RFI le gouverneur de la province de l'Extrême-Nord du Cameroun.
 
"Il a été pris par des gens qui venaient du Nigéria, qui parlaient la langue du Nigéria, et il a été emmené au Nigéria. Donc c'est pratiquement sûr que c'est lié à Boko Haram", a estimé sur FRANCE 24 Mgr Stevens, évêque de Maroua-Makolo, au Cameroun. 
 
 
La zone où le prêtre a été enlevé était "formellement déconseillée du fait du risque terroriste et du risque d'enlèvement", précise dans un communiqué le Quai d'Orsay. Laurent Fabius a déclaré jeudi soir n'avoir aucune précision sur l'identité des ravisseurs : "On est en train de préciser les circonstances de son enlèvement, essayer de retrouver qui l'a enlevé et tous les moyens sont déployés pour essayer de le retrouver et de le libérer".
 
Le parquet de Paris a ouvert une enquête jeudi pour enlèvement et séquestration en bande organisée en relation avec une entreprise terroriste, a-t-on appris de source judiciaire.
 
Hollande appelle les Français de l’étranger à ne pas se mettre en danger
 
Huit otages français dans le monde

Georges Vandenbeusch
(prêtre enlevé au Cameroun - nov 2013)

Didier François

Edouard Elias
Nicolas Hénin
Pierre Torres
(journalistes enlevés en Syrie - juin 2013)

Francis Collomp
(enlevé au Nigeria – déc 2012)

Gilberto Rodriguez Leal
(enlevé au Sahel - nov 2012)

Serge Lazarevic
(enlevé au Sahel - nov 2011)

 

Parfaitement informé de la dangerosité de sa mission, le père Vandenbeusch avait tenu à rester. Le président François Hollande a, lui, appelé, jeudi 14 novembre, les ressortissants français à "ne rien faire qui puisse mettre en danger leur vie
ou les exposer à des enlèvements".
 
"Nous mettons tout en œuvre pour que ce prêtre puisse être retrouvé", a déclaré le président français lors d'une conférence de presse à Monaco. Soulignant que le prêtre
Georges Vandenbeusch avait été enlevé dans une zone considérée comme éminemment "dangereuse".
 
Le rapt du curé est survenu dans la région où sept Français d'une même famille, les Moulin-Fournier (un couple, leur quatre enfants, et le frère du mari), avaient été enlevés en février dans la région, lors d'une visite au parc naturel de Waza, réputé pour la richesse de sa faune. Ils avaient été libérés fin avril.

Avec dépêches

Première publication : 15/11/2013

  • CAMEROUN

    Un prêtre français enlevé dans le nord du Cameroun

    En savoir plus

  • CAMEROUN - REPORTAGE

    Au nord du Cameroun, la population vit dans la crainte de Boko Haram

    En savoir plus

  • LUTTE ANTITERRORISTE

    Terrorisme : les États-Unis soutiennent le Nigeria pour combattre Boko Haram

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)