Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

"Fonds vautours" en Argentine : et après le défaut de paiement ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

asie

Le sommet du Commonwealth s'ouvre au Sri Lanka sous le signe du boycott

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/11/2013

Le prince Charles a ouvert à Colombo le sommet du Commonwealth, boycotté par plusieurs chefs de gouvernement qui protestent contre le veto du Sri Lanka à toute enquête internationale sur l'écrasement des Tamouls à la fin de la guerre civile en 2009.

Le sommet du Commonwealth s’ouvre vendredi 15 novembre au Sri Lanka sous le signe du boycott. Alors que le prince Charles a fait le déplacement à Colombo, plusieurs chefs de gouvernement, appartenant à l'organisation, brillent par leur absence.  Le Premier ministre canadien, Stephen Harper, et son homologue indien, Manmohan Singh, notamment, ne se déplaceront pas en raison du refus du Sri Lanka d'autoriser une enquête internationale sur les soupçons de crime de guerre à l’encontre de la guérilla des Tigres tamouls en 2009.

Pendant le conflit ethnique d’une trentaine d’années qui a fait environ 100 000 morts, selon les estimations de l'ONU, le gouvernement sri-lankais a écrasé la rébellion séparatiste de la minorité tamoule du nord du pays. L’ONU réclame une enquête sur les derniers mois du conflit, qui ont fait des dizaines de milliers de morts parmi les civils.  En cause, à la fois les bombardements de l’armée et la tactique des boucliers humains utilisée par la guérilla.
 
Au grand dam des autorités sri lankaises, le Premier ministre britannique, David Cameron, présent également pour la cérémonie d’ouverture du sommet de trois jours, devrait se rendre ce vendredi après-midi dans le nord du pays, à Jaffna, l'ancienne zone de guerre dominée par les Tamouls et ensanglantée par les combats à la fin du conflit. Il sera le premier dirigeant politique étranger à se rendre dans cette région de l’ancienne colonie britannique.  
 
Le Commonwealth n’est pas là pour "punir" ou "juger"
 
Quatre ans après la fin de la guerre civile, les Tamouls dénoncent la répression et un climat d’extrême suspicion à leur encontre au Sri Lanka. Le sujet est même devenu un casse-tête pour le président Mahinda Rajapaksa, contraint de se défendre face à la pression des autres pays, à commencer par la Grande-Bretagne. Il s’est défendu jeudi en déclarant qu’il n’avait "rien à cacher" et qu’un système juridique était en place pour traiter les violations des droits de l’Homme.
 
Le président sri lankais, qui comptait sur ce sommet pour montrer le renouveau économique du pays depuis la fin de la guerre, a par ailleurs estimé que le Commonwealth ne devait pas devenir une organisation de jugement de ses membres.
 
"Si le Commonwealth veut rester utile pour ses membres, il doit répondre aux besoins des peuples et ne pas se transformer en une organisation punissant ou jugeant" ceux qui la composent, a-t-il dit lors d'un discours peu avant l'ouverture formelle du sommet. Il a aussi mis en garde contre toute tentative pour un pays d'imposer "un agenda bilatéral au sein de l'organisation".
 
Avant son départ pour l'Asie, le Premier ministre britannique avait défendu sa décision de participer au sommet, en s'engageant auprès de la communauté tamoule à demander à Colombo une enquête sur les accusations de crimes de guerre.

Avec dépêches

Première publication : 15/11/2013

  • SRI LANKA

    Première élection au nord du Sri Lanka depuis la chute des Tigres tamouls

    En savoir plus

  • SRI LANKA

    Le pouvoir et les ex-rebelles tamouls coupables de crimes de guerre, selon l'ONU

    En savoir plus

  • SRI LANKA

    Colombo demande à l'ONU de ne pas publier son rapport sur la guerre contre les Tigres

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)