Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

Moyen-orient

François Hollande en Israël : "La France ne cédera pas" sur le nucléaire iranien

© capture d'écran

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/11/2013

Le président François Hollande a réaffirmé, dimanche en Israël, sa position ferme vis-à-vis de la prolifération du nucléaire iranien. Il a par ailleurs formulé "quatre exigences" pour un "accord intérimaire" avec l’Iran.

Au premier jour de sa visite en Israël, François Hollande a affirmé, dimanche 17 novembre, que la France maintiendrait ses exigences vis-à-vis de l'Iran pour l’empêcher de se doter de l'arme nucléaire. "La France ne cédera pas sur la prolifération nucléaire", a déclaré le président français, en visite pour deux jours dans l’État hébreu et les Territoires palestiniens.

"Sur le dossier iranien, la France considère que la prolifération nucléaire est un danger, une menace, et en Iran tout particulièrement, une menace sur Israël, sur la région, à l'évidence, une menace pour le monde entier", a-t-il indiqué, dans une allocution à l'aéroport Ben Gourion de Tel-Aviv.

La France pose quatre conditions

Le président français a par ailleurs énoncé quatre conditions pour "un accord intérimaire" sur le programme nucléaire de Téhéran. "Première exigence : mettre l'intégralité des installations nucléaires iraniennes sous contrôle international, dès à présent. Deuxième point : suspendre l'enrichissement (d'uranium) à 20 %. Troisième exigence : réduire le stock existant. Et enfin, arrêter la construction de la centrale d'Arak", a fait savoir François Hollande.

"L'Iran, depuis trop longtemps, participe à une négociation, sans jamais avancer et nous devons en sortir", a-t-il expliqué, estimant cependant que "la négociation est toujours préférable à l'action de force".

Si les président et Premier ministre israéliens, ont salué, en début de journée, la position de fermeté de la France sur ce dossier, Benjamin Netanyahu a toutefois rappelé ses craintes quant à l’accord discuté à Genève.

Benjamin Netanyahu "très inquiet"

"Je suis très inquiet que cet accord aboutisse et ne réduise d'un coup de crayon des sanctions qui ont nécessité des années pour être mises en place - et qu'en échange de cela, l'Iran ne donne pratiquement rien", a déclaré M. Netanyahu.

La France avait publiquement exprimé le week-end dernier à Genève son opposition à un projet d'accord provisoire en négociation entre l'Iran et les puissances du P5+1, dont elle fait partie avec les quatre autres membres permanents du Conseil de sécurité de l'Onu (États-Unis, Chine, Grande-Bretagne et Russie) et l'Allemagne.

Les négociations reprendront mercredi 20 novembre à Genève, quelques heures après la fin de la visite de François Hollande en Israël.

Avec dépêches

Première publication : 17/11/2013

  • PROCHE-ORIENT

    Israël s'apprête à dérouler le tapis rouge à François Hollande

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Nucléaire iranien : Israël va faire campagne aux États-Unis contre un accord

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Nucléaire iranien : l'intransigeance de la France critiquée à Genève

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)